Alexandre Astruc

©Getty Images, Louis MONIER / Contributeur

Enfant doué, bon élève, il montre des prédispositions pour les mathématiques. Enfant de journalistes, l'écriture est son premier moyen d'expression. Il commencera à écrire pendant la Guerre, sous l'Occupation pour des journaux tels que Confluences.

La mode des années 1940 chez les intellectuels était de flâner à Saint-Germain-des-Prés, terreau des nouvelles pensées et courants d'opinion. Il y fréquentera notamment Boris Vian ou Jean-Paul Sartre, la jeune garde existentialiste.

Féru de cinéma, il n'écarte pas la piste de faire carrière dans le 7ème art, alors en plein essor. Toujours de loin, il commence néanmoins à développer ses écrits sur cette industrie à la fin de la guerre. Il se penche sur les cinéastes phares de l'époque tels qu' Orson Welles, mais fait preuve de grande curiosité en s'intéressant à des metteurs en scène étrangers et indépendants. Il publiera également Les Vacances, son premier roman.

Peu à peu, Alexandre Astruc s'impose comme un théoricien du cinéma, il s'intéresse à sa technique, ses différentes idéologies. Il développe notamment la "caméra-stylo", un concept précis où il définit le cinéma comme un moyen d'expression entier, un langage propre, se suffisant à lui-même. Ce concept sera publié dans la revue L'Ecran Français.

Très vite, cette théorisation de l'industrie séduira les futures têtes de file de la Nouvelle Vague des années 1960. Jean-Luc Godard, indéboulonnable chef de ce courant aurait même surnommé Astruc de "Tonton de la Nouvelle Vague".

Quelques années avant l'avènement de la Nouvelle Vague, Alexandre Astruc passe en toute logique derrière la caméra et réalise Le Rideau Cramoisi, récompensé du Prix Louis-Delluc. Trois ans après c'est Les Mauvaises Rencontres qu'il mettra en scène et plus tard, en 1962, L'Education Sentimentale.

Dans les années 1980, il se penchera vers le petit écran et réalisera plusieurs épisodes d' Arsène Lupin avec l'acteur Jean-Claude Brialy. Il ne lâche guère sa machine à écrire et publie plusieurs romans, dont Le Serpent jaune, L'Autre Versant de la colline...

Tout au long de sa vie, il continuera à nourrir en parallèle sa passion pour les mathématiques. Alexandre Astruc meurt en mai 2016 des suites d'une longue maladie.


Filmographie :

1993 : Albert Savarus (Téléfilm)
1989 : Une fille d'Eve (Téléfilm)
1981 : Histoires extraordinaires (Série TV)
1980 : Arsène Lupin joue et perd (Série TV)
1978-1980 : Les dossiers de l'écran (Série TV)
1976 : Sartre par lui-même (Documentaire)
1974 : Les grands détectives (Série TV)
1970 : Cinéastes de notre temps (Série TV)
1968 : Flammes sur l'Adriatique
1966 : La longue marche
1962 : L'éducation sentimentale
1961 : La proie pour l'ombre
1958 : Une vie
1955 : Les mauvaises rencontres
1953 : Les crimes de l'amour
1953 : Le rideau cramoisi

Récompense :

1952 : Prix Louis Delluc pour Le rideau cramoisi

Ses derniers films

Tous ses films

Rendez-vous de juillet

comédie dramatique
sortie le 13 juillet 2016
Rendez-vous de juillet

Les Âmes fortes

comédie dramatique
sortie le 20 mai 2001
Les Âmes fortes

Flammes sur l'Adriatique

guerre
sortie le 1 janvier 1968
Flammes sur l'Adriatique

L'Education sentimentale

comédie dramatique
sortie le 1 mai 1962
L'Education sentimentale
 
0 commentaire - Alexandre Astruc
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]