Annie Cordy

©Abaca, Aurore Marechal
Car si la France l'a tout de suite adoptée, dès les années 1950, c'est dans sa terre natale, en Belgique, qu'Annie Cordy a bel et bien débuté. Née Léonie-Julienne Cooreman un 16 juin 1928 près du château royal de Laeken à Bruxelles, de la rencontre entre un menuisier et une épicière, c'est cette dernière qui va lui donner le goût de la musique en lui faisant écouter la TSF. Mais trouvant sa fille vraiment maigrichonne, elle prend l'initiative de l'inscrire à des cours de danse, chez les soeurs Louise et Léo Ambrosini, afin qu'elle retrouve la forme. Plutôt drôle quand on connaît la pêche d'enfer de la dame aujourd'hui !

Enfant de la guerre, Nini Cordy - pseudonyme qu'elle prendra lors du gala de danse de fin de saison de 1947 - ne réalise pas vraiment la gravité des évènements, sauf lorsque son père part au front, préférant inventer mille et un jeux avec son frère Louis et sa soeur Jeannette. C'est justement au cours d'un gala de saison qu'on va lui demander pour la première fois de pousser la chansonnette. Elle, qui fredonnait déjà autour du poste de TSF familial le Sombrero et mantilles de Rina Ketty, chante ce morceau pour la première fois devant un public, conquis par sa prestation dynamique et sincère.

En 1945, la guerre terminée et le bonheur familial recouvré, Léonie met le pied à l'étrier en participant à une myriade de télé-crochets qu'elle remporte la plupart du temps grâce à son interprétation de sa chanson fétiche, Zazou. Son grain de folie, sa simplicité et sa voix claire font mouche et lui permettent, dans la foulée, de se produire dans la salle de spectacle de L'Ancienne Belgique mais surtout au Boeuf sur le toit, plus grand cabaret du pays où sein duquel elle va faire des étincelles. Pas encore majeure, elle est en effet déjà une artiste accomplie, dans des habits de danseuse, derrière un micro mais aussi un piano, et sous le chapeau d'un clown.

À peine cinq ans après son arrivée au Boeuf sur le toit, la nouvelle meneuse de revue en vogue dans le Plat Pays est approchée par Miss Bluebell, célèbre maîtresse de ballet de l'époque qui rend régulièrement visite à ses filles en Belgique lorsqu'elle ne gère par le reste de la troupe au Lido de Paris. Missionnée par Joseph Clérico, patron du célèbre cabaret, de trouver la jeune fille parfaite pour sa prochaine revue, elle propose le rôle une première fois à Léonie, qui refuse. C'est vrai qu'elle est très bien ici, entourée de sa famille, de ses amis, gagnant même plutôt bien sa vie à son jeune âge de 22 ans. Finalement, sous les cris de rage de son patron, qui ne veut certes pas perdre sa meilleure recrue mais qui serait vraiment fière de voir une Belge conquérir Paris, Léonie accepte. Voilà comment, un 1er mai 1950, Nini Cordy, que la France change en Annie Cordy, met pour la première fois les pieds dans la Ville Lumière.

Là, elle continue de faire des étincelles, démontrant rapidement son talent indéniable de comique et s'essayant à tous les genres (opérettes, théâtre, cinéma...) avec succès. Maurice Chevalier, qui vient à tous ses spectacles, dira d'elle à l'époque qu'elle était "le plus attrayant petit clown féminin du music-hall français". Propulsée dans la lumière avec l'aide de François-Henri Bruneau, un agent parisien qu'elle rencontre en 1951 et avec qui elle vivra quarante années d'amour, le Tout-Paris la croise dans les plus grands music-halls de la capitale, où elle assure les premières parties des récitals de Luis Mariano, Eddie Constantine ou encore Tino Rossi.

En 1952, alors qu'elle a déjà mené pas mal de revues sur la scène du Lido, de l'ABC ou encore du Moulin Rouge, le compositeur Frédéric Lopez vient la voir avec sous le bras le scénario de sa nouvelle opérette : "La route fleurie". Avide de nouveaux défis, Annie Cordy accepte de jouer le rôle principal auprès de Bourvil et de Georges Guétary, qui lui apprennent beaucoup sur le métier. L'osmose est tellement naturelle entre le trio que "La route fleurie" tient l'affiche parisienne pendant trois ans. La Belge réitèrera l'expérience par la suite dans la version filmée du "Chanteur de Mexico" (1956), "Tête de linotte" (1957), "Visa pour l'amour" (1961-1964) ou encore "Hello Dolly" (1972) et "Nini la chance" (1975), sûrement ses deux plus célèbres opérettes.

La première, "Hello Dolly", parle de cette veuve désirant marier tout le monde et finalement elle-même. Dans un premier temps, Annie Cordy, qui n'avait déjà pas sa langue dans sa poche, refuse ce rôle qui n'avait pas été composé pour elle mais pour Barbara Streisand dans le film musical de 1969 avec Gene Kelly. Finalement, le metteur en scène américain Jerry Herman parvient à trouver les mots et voilà qu'en avril 1972 la touche-à-tout s'illustre dans cette adaptation française qui connaît un grand succès hexagonal.

La seconde, "Nini la chance", une opérette composée par Georges Lifeman, qu'Annie Cordy avait déjà croisé sur les morceaux Marches des gueules noires, Le Bal à tonton ou encore Si les mois n'avaient pas vingt jours, se joue à Paris en octobre 1976. Seule tête d'affiche du spectacle, elle déménage dans le rôle de cette petite française, assistante d'un chirurgien devenu vedette d'une superproduction après la guerre. Et les paroles "Nini la chance, Nini la danse/La vie est fête quand on y croit comme moi" font écho à la personnalité de cette épicurienne à la bonne humeur communicative.

Entre-temps, les Français qui n'avaient jamais eu l'occasion de la voir sur scène la découvre sur leur petit écran, bien que vêtue bizarrement... Nous sommes en effet en 1974 et Annie Cordy débarque avec son plumeau et son tablier pour chanter - et taper du pied (!) - le tube La Bonne du curé. Plus vraie que nature dans la peau de cette bonne roulant les "r", elle assure, comme les Américains, un show à elle toute seule, fait de chant, de danse et surtout d'humour. Un humour bienveillant qui va séduire 2 millions de personnes qui s'emparent du disque. Après ce succès, la trublionne se retrouve programmée à l'Olympia pendant pas moins de quatre mois. Une première (et même une dernière !). Bruno Coquatrix, emballé à l'idée qu'elle vienne présenter sa revue dans sa salle, n'aura malheureusement pas le temps de voir le spectacle, décédant en 1979.

Dans les années 1980, ses fans, qu'elle appelle les "Cordistes", la découvrent de nouveau dans de drôles d'accoutrements : avec un chapeau à plumes et un parapluie dans Tata Yoyo et avec une tasse fumante sur la tête dans l'ensoleillé Cho ka ka o. Restés dans la mémoire collective de beaucoup de petits et grands, ces deux succès festifs seront accompagnés de beaucoup d'autres, moins connus, moins chorégraphiés - 700 au total, soit plus de trente heures d'écoute d'Annie Cordy ! À ce chiffre faramineux viennent s'ajouter plus de 4000 galas à travers le monde, neuf comédies musicales et une cinquantaine de films et fictions. Autant de formats qui ont vu se réjouir cette amoureuse de la scène, artiste fantaisiste aux multiples ...
facettes.

Au cinéma justement, son personnage de femme haute en couleur nous a fait rire, c'est sûr, mais aussi pleurer. Actrice fétiche de Raoul André, qui la fera tourner à quatre reprises entre 1967 et 1973, elle campe ensuite l'amante de Jean Gabin dans "Le Chat" (1971) avec Simone Signoret, et la femme de Michel Galabru dans "Les Gaspards" (1973) de Pierre Tchernia.

Puis, avec l'âge, on l'emploit davantage pour des rôles plus creusés dans les années 1990 et 2000, comme Richard Bohringer dans "C'est beau une ville la nuit" (2006), Alain Resnais dans "Les herbes folles" (2008), ou Jean-Paul Rouve dans "Les Souvenirs" (2014). Ce dernier fait d'elle une grand-mère de 85 ans qui se retrouve dans une maison de retraite, sans l'avoir demandé, et va finalement fuir cet asile de fous. Drôle et touchante, Annie Cordy prouve alors que, malgré son âge, elle est encore prête à nous surprendre. Pour le meilleur et pour le rire.

Discographie :

2012 : Ca me plait... pourvu que ça vous plaise
1998 : Best of Annie Cordy
1994 : Le genre américain
1992 : Madame la Fontaine
1992 : Oh la la quelle soirée
1988 : L'arbre à chanson
1988 : Cigarettes, whisky et p'tit's pépées
1985 : Cho ka ka o
1982 : Envoyez la musique !
1982 : Comédies musicales
1981 : Vanini vanillée
1980 : La coupe à ratcha
1980 : Six roses
1980 : Natacha
1980 : T'as vu Monte-Carlo
1979 : La bonne du curé
1979 : Notre dernier automne
1979 : Comme au spectacle
1979 : L'histoire de France
1979 : Les gaulois
1979 : Les drôles d'amis d'Annie Cordy
1979 : Señorita raspa
1978 : Prends le temps
1978 : Qui qu'en veut ?
1978 : La madam'
1978 : De toutes les couleurs
1978 : The queen of the disco
1978 : La bonne du curé - volume 2
1978 : Hello dolly
1977 : L'hurluberlu
1977 : Boing-boing
1977 : Suivez le disque
1976 : La bébête
1976 : Nini la chance
1976 : Ca ira mieux demain
1975 : A la rentrée
1975 : Jane la tarzane
1974 : Mon superman
1974 : La bonne du curé
1974 : Riquet à la houppe
1974 : Oh ! La La
1973 : Hé hé, c'est chouette !
1973 : Héhé c'est chouette
1973 : La dernière bourrée à Paris
1973 : Les printemps
1972 : Le chouchou de mon coeur
1972 : Hello dolly
1972 : Pinocchio
1972 : Fleur de papillon
1972 : Hello Annie
1972 : Léon, Léon
1971 : Allez paris !
1971 : Ton polichinelle
1971 : Sacré bourricot
1971 : Quatre pétales
1970 : Le chouchou de mon coeur
1970 : Fallait m'le dire
1970 : Gino
1970 : Calamity
1970 : Indien vaut mieux que deux tu l'auras
1970 : Le chouchou de mon coeur
1970 : Plein feux
1969 : C'est pour ça
1969 : T'as vu Monte Carlo ?
1969 : On meurt encore d'amour
1969 : La route fleurie
1967 : Pic et pioche
1967 : 76 trombones
1967 : L'accident d'Hector
1967 : Ouah ! ouah !
1967 : Millie
1966 : Ce bruit
1966 : Les bonnets-za-poils
1966 : T'auras ton sapin
1966 : Grand récital
1966 : Quelle fiesta
1965 : Quand un homme est un homme
1965 : Le cow-boy
1965 : Ouah ! ouah !
1965 : Mes premières chansons
1965 : Chanson de zorba
1965 : Edgard
1964 : Six roses
1964 : Style 1900
1964 : Lettre de vacances
1964 : Tu m'as vou-lue
1963 : Anaé atoa
1963 : Valentine
1963 : Aïe pourquoi on s'aime
1963 : J'ai froid les pieds
1963 : For me... formidable !
1962 : Twist - tango
1962 : Le jour le plus long
1961 : Chansons enfantines
1961 : Banjo boy
1961 : A la pétanque
1961 : La marche des anges
1961 : Hop dans la rivière
1961 : Visa pour l'amour
1960 : Les papous
1960 : A bahia
1960 : Paname
1960 : Comme ci, comme ça, Monsieur
1960 : Sammy
1960 : Fantaisie
1959 : Le millionnaire
1959 : Petite fleur
1959 : Salade de fruits
1959 : Tête folle
1959 : Abuglubu abugluba
1959 : Oh, wie dumm
1959 : Papa Daddy
1959 : Fruchtsalat
1959 : Bottle cha-cha
1958 : Hello le soleil brille
1958 : Ton cheveu
1958 : Toréro
1958 : Houla houp
1957 : Cigarettes, whisy et p'tit's pépées
1957 : Tout ce que veut Lola
1957 : Oh ! la, la
1956 : Lolo...lola
1957 : Tout ce que tu veux Lola
1956 : Faut pas t'énerver comme ça
1956 : Lola... lola
1956 : Freddy
1955 : Le petit pélican
1955 : Oh ! bessie
1955 : Fleur de papillon
1955 : Pinson sérénade
1955 : Sammy
1955 : La petite martiniquaise
1955 : This is Paris
1955 : Oh Bessie
1955 : Du soleil
1954 : Viens à Nogent
1954 : Les douaniers du clair de lune
1954 : Viens à Nogent
1954 : Le petit cabri
1954 : La bagarre
1954 : Moi, j'aime les hommes
1954 : With Love from Paris
1953 : Les chansons de nos provinces
1953 : La petite Marie
1953 : Bonbons caramels
1953 : Léon
1953 : La biaiseuse
1953 : La route fleurie
1952 : Les trois bandits de Napolo
1948 : Aye ma mamy, aye ma mama
1948 : Il aurait bien voulu
1948 : Papa, mama, samba
1948 : Les pompiers du Mexique
1948 : C'est magic

Filmographie :

2015 : Chef (Série TV)
2015 : Le Cancre, de Paul Vecchiali
2014 : Le Dernier Diamant, d'Éric Barbier
2014 : Les Souvenirs, de Jean-Paul Rouve
2013 : H-Man (Série TV)
2011 : Je retourne chez ma mère, de Williams Crepin
2009 : Scènes de ménage (Série TV)
2008 : Disco, de Fabien Onteniente
2008 : Le Crime est notre affaire, de Pascal Thomas
2008 : Les herbes folles, d'Alain Resnais
2006 : Le dernier des fous, de Laurent Achard
2005 : C'est beau une ville la nuit, de Richard Bohringer
2004 : Le Tuteur (Série TV)
2003 : Frère des ours, de Bob Walker et Aaron Blaise (Film d'animation)
2003 : Madame Edouard, de Nadine Monfils
2002 : Les Rebelles de Moissac, de Jean-Jacques Kahn
2002 : Passage du bac, d'Olivier Langlois
2001 : Fabien Cosma (Série TV)
1997 : Sans cérémonie, de Michel Lang
1997 : Une mère comme on n'en fait plus, de Jacques Renard
1994 : La Fille du roi, de Philippe Triboit
1994 : La Vengeance d'une blonde, de Jeannot Szwarc
1990 : Un été après l'autre, d'Anne-Marie Etienne
1982 : Le Braconnier de Dieu, de Jean-Pierre Darras
1981 : Madame Sans-Gêne, d'Abder Isker
1979 : Les Fiançailles de feu, de Pierre Bureau
1978 : L'Avare, de Jean Pignol
1977 : Drôles de zèbres, de Guy Lux
1976 : Rue haute, d'André Ernotte
1974 : Commissariat de nuit, de Guido Leoni
1974 : Isabelle devant le désir, de Jean-Pierre Berckmans
1973 : La Dernière bourrée à Paris, de Raoul André
1973 : Le Mataf, de Serge Leroy
1973 : Les Gaspards, de Pierre Tchernia
1972 : Elle court, elle court la banlieue, de Gérard Pirès
1972 : Les Galets d'Etretat, de Sergio Gobbi
1971 : Le Chat, de Pierre Granier-Deferre
1971 : Les portes de feu, de Claude Bernard-Aubert
1970 : Ces messieurs de la gâchette, de Raoul André
1970 : La Rupture, de Claude Chabrol
1970 : Le passager de la pluie, de René Clément
1969 : Le bourgeois gentil mec, de Raoul André
1967 : Ces messieurs de la famille, de Raoul André
1965 : L'Or du duc, de Jacques Baratier et Bernard Toublanc-Michel
1960 : Tête folle, de Robert Vernay
1959 : Cigarettes, whisky et petites pépés, de Maurice Regamey
1958 : Tabarin, de Richard Pottier
1957 : Viktor et Viktoria, de Karl Anton
1956 : La Belle des belles, de Robert Z. Leonard
1956 : Le Chanteur de Mexico, de Ricahrd Pottier
1955 : Bonjour sourire, de Claude Sautet
1954 : Poisson d'avril, de Gilles Grangier
1953 : Boom sur Paris, de Maurice de Canonge
1953 : Si Versailles m'était conté, de Sacha Guitry

Ses dernières news

Toutes ses news
Français ou Belge : devinez la nationalité de ces stars !
Justine Fiordelli
13 septembre 2017

Français ou Belge : devinez la nationalité de ...

13 septembre 2017
article
Michel Leeb au secours de la chapelle dans laquelle il s'est marié !
Justine Fiordelli
26 juillet 2017

Michel Leeb au secours de la chapelle dans ...

26 juillet 2017
article
Fauve s'appelle vraiment Fauve, et ça n'a pas été facile à porter
Fabien Gallet
24 juin 2016

Fauve s'appelle vraiment Fauve, et ça n'a pas ...

24 juin 2016
article
Ces stars handicapées par leurs angoisses
Fabien Gallet
08 mars 2016

Ces stars handicapées par leurs angoisses

08 mars 2016
diaporama

Ses derniers films

Tous ses films

Tamara volume 2

comédie
sortie le 1 janvier 2017
Tamara volume 2

Le Cancre

drame
sortie le 5 octobre 2016
Le Cancre

Les Souvenirs

comédie
sortie le 14 janvier 2015
Les Souvenirs

Le Dernier Diamant

drame
sortie le 30 avril 2014
Le Dernier Diamant
 
0 commentaire - Annie Cordy
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]