Anton Newcombe

©Getty Images, Pacific Press
Originaire de Newport Beach, c'est lorsqu'il emménage à San Francisco qu'Anton Newcombe fonde son groupe en 1990. Les BJM, comme on les appelle communément, changeront sans cesse de formation, voyant au fil des années jusqu'à une cinquantaine de musiciens défiler auprès de celui qui restera ainsi la seule et unique incarnation du fameux groupe de rock psychédélique. Sa musique, qui rappelle celle des années 1960 donc, est dès les premières heures encensée par les critiques. Et lui, reconnu pour son génie.

Mais derrière tout génie se trouve un personnage complexe. Celui qui, sur scène reste pourtant dans un coin pour laisser son joueur de tambourin briller, a bien connaissance de son talent et fait preuve d'un ego surdimensionné. Anton Newcombe transparaît alors comme un leader tyrannique envers les membres de son groupe, un qui, nourri aux drogues et à l'alcool, en vient régulièrement aux mains - la raison peut-être de tous ces allers et venues au sein de la formation. De même que, souhaitant garder tout contrôle sur sa musique, il refuse de se laisser embarquer dans le diktat de l'industrie du disque, qu'il méprise depuis toujours. C'est pourquoi The Brian Jonestown Massacre reste peu connu du grand public pendant ses dix premières années d'exercice, malgré une production des plus prolifiques - trois albums rien qu'en 1996 - et le soutien des critiques.

C'est un documentaire, diffusé en 2004, qui replace Anton Newcombe et son groupe sur les devants de la scène, alors même qu'il dépeint pourtant un sombre tableau. "Dig!", réalisé par Ondi Timoner, suit pendant sept ans l'évolution des BJM en parallèle à celle de leurs amis devenus ennemis, les Dandy Warhols menés par Courtney Taylor. Alors que ces derniers signent auprès d'un grand label, les autres tombent dans l'auto-destruction. Mais, aussi peu flatteur soit-il, le portrait d'Anton Newcombe montre aussi son talent indéniable, qui a de quoi susciter l'intérêt d'un plus large public.

Aussi le leader emblématique des Brian Jonestown Massacre a-t-il su braver la tempête pour connaître ses plus ...
belles heures de gloire sur le tard. Aujourd'hui désintoxiqué, moins amaigri et les rouflaquettes grisonnantes, le chanteur reste pour autant fidèle à lui-même, le parlé toujours aussi franc qu'énigmatique et le refus inébranlable de céder à la pression de l'industrie musicale. Depuis devenu producteur, avec son propre label cyniquement dénommé The Committee That Keeps Music Evil (le Comité qui maintient la musique démoniaque), il continue de produire pour son groupe albums sur albums - bientôt seize au total, dont une cent-cinquantaines de chansons composées par ses soins - qui rencontrent toujours autant de succès critique en plus d'un nouveau succès commercial. Sans compter que les portes des plus grands festivals lui sont dorénavant grandes ouvertes.

À près de cinquante ans, Anton Newcombe commence par ailleurs à s'ouvrir à de nouveaux horizons. Celui qui vit dorénavant une vie de famille paisible avec sa femme et son fils à Berlin - alors qu'il ne parle pas un mot d'Allemand, ce qui lui permet de rester déconnecté du monde médiatique et publicitaire - ne s'est émancipé des BJM qu'en 2015. Après avoir collaboré cette année-là avec la chanteuse canadienne Tess Parks sur l'album "I Declare Nothing", il revient en solo en 2016 pour composer la bande originale du film indépendant "Moon Dogs", réalisé par Philip John. Mais il n'en oublie pas pour autant son groupe, auprès de qui il est également attendu en 2016 pour un seizième opus intitulé "Third World Pyramid".

Discographie :

2016 : Moon Dogs (bande originale)

Avec Tess Parks :

2015 : I Declare Nothing

Avec The Brian Jonestown Massacre :

2016 : Third World Pyramid
2015 : Mini Album Thingy Wingy
2015 : Musique de Film Imaginé
2014 : Revelation
2012 : Aufheben
2010 : Who Killed Sgt. Pepper ?
2008 : My Bloody Underground
2003 : ... And This Is Our Music
2001 : Bravery, Repetition and Noise
1998 : Strung Out in Heaven
1997 : Give it Back !
1996 : Thank God for Mental Illness
1996 : Take It From the Man !
1996 : Their Satanic Majesties' Second Request
1995 : Methodrone
1995 : Spacegirl and Other Favorites

Ses dernières news

Toutes ses news
Fat White Family : 3 bonnes raisons d'écouter "Songs for our mothers"
Clara Lemaire
22 janvier 2016

Fat White Family : 3 bonnes raisons d'écouter ...

22 janvier 2016
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos

Ses derniers films

Tous ses films

DIG !

documentaire
sortie le 13 avril 2005
DIG !
 
0 commentaire - Anton Newcombe
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]