Bertrand Burgalat

©Getty Images, Pascal Le Segretain
Le brillant Bertrand Burgalat naît en Corse en 1963, dans un milieu aisé où son père est un haut fonctionnaire de l'État et une mère qui détient le premier prix de conservatoire d'opéra. Il apprend docilement le piano dès l'âge de 6 ans, mais c'est bel bien au travers de l'électronique qu'il s'épanouit. Pink Floyd reste son premier choc musical contemporain.

Plus âgé, il se divertit en imaginant des groupes de rock, de jazz et découvre Kraftwerk, notamment leur meilleur album de loin, "Autobahn". À cette époque, il baigne plus ou moins dans des mouvances d'extrême-droite, mais ne tarde pas à s'en détacher et se souvient toujours de cette période comme un très mauvais souvenir. Il commence réellement sa carrière musicale en tant qu'arrangeur et travaille notamment pour un groupe slovène, Laibach.

Seul, il se réapproprie les codes de l'Easy Listening, autrement dit ces mélodies que l'on peut entendre dans les publicités des années 1950-1960-1970, toujours entendue dans les ascenseurs... Il ne pouvait que se faire remarquer du monde glamour et obscur de la publicité et il signe pour Saint-Laurent, pour qui il réalise des musiques de spots. Musicien de l'ombre, il confie aux Inrocks en 1999 que c'est le rôle qu'il préfère : "Celui de l'artiste, un peu en retrait, celui qui s'occupe du studio."

Au tout début des années 1990, il travaille pour Cyril Collard et conçoit une bande originale, celle des "Nuits Fauves" (1992). Il croise également en 1994 le chemin d'une actrice qui voit sa carrière décoller grâce aux "Visiteurs", Valérie Lemercier. Les amoureux s'installent ensemble et se ressemblent dans ce chic décalé, cet humour dans la création, une naïveté complètement contrôlée. Ils sont un couple, des collaborateurs, un vrai tandem créatif.

En 1995, Bertrand Burgalat fonde son propre label baptisé Tricatel en hommage à "L'Aile ou la Cuisse" (1976) de Claude Zidi et à la fausse chaîne d'alimentation sous vide que gère l'acteur Julien Guiomar. Pour Bertrand, Valérie Lemercier enregistre Goûte mes frites, premier titre sous le label Tricatel. Elle sort également un album dans ...
la foulée, "Valérie Lemercier chante", un album aux textes désuets et aux mélodies électroniques qui rappellent les Yé-Yé, toujours aussi "branchouilles". Il écrira également la musique de son one-woman-show en 2000.

Il faut attendre 1999 pour que son premier album voit le jour. Il le baptise alors "The Ssssound of Mmmusic" et ne trahit pas ses inspirations seventies et ses mélodies psyché. Il part en festivals avec ses chansons. Certaines se font remarquer, notamment Gris Métal, ornée de la voix lancinante de Michel Houellebecq. Pour les plus jeunes générations, les textes de Bertrand Burgalat peuvent s'apparenter à ceux de Philippe Katerine et les mélodies se rapprochent de celles de Sébastien Tellier.

Il compose mais laisse les textes à plus compétents pour son album "Portrait-Robot" en 2005. Cette même année, il signe la bande originale du film "Palais Royal !" réalisé par celle qui est alors devenue son ex-compagne. Deux ans plus tard, il s'occupe de l'album "Inventaire" de la tortue la plus célèbre de France, Christophe Willem et se cache notamment derrière les titres Elu produit de l'année, Intemporel et Pourquoi tu t'en vas, un duo qu'il enregistre avec Lemercier.

Néanmoins, sa carrière en solo et ses deux albums n'ont pas vraiment rencontré leur public, alors que le public, lui, adore Burgalat, mais en créateur de succès pour les autres... C'est une frustration pour lui. Jusqu'en 2014, il aura enregistré en solo huit albums. En 2015, il publie un essai, "Diabétiquement vôtre" sur sa maladie, le diabète, ses ravages et son rapport intime à cette dysfonction très handicapante.

Le magazine GQ classe en 2016 le dandy en 13e position des vingt Français les mieux habillés.

Discographie :

2016 : Tout de suite maintenant, de Pascal Bonitzer
2013 : Quai d'Orsay, de Bertrand Tavernier
2012 : Toutes directions
2011 : My little princess, d'Eva Inoesco
2010 : Belleville Tokyo, d'Elise Girard
2007 : Inédits
2007 : Chéri B.B.
2005 : Portrait-robot
2005 : Palais Royal !, de Valérie Lemercier
2000 : The Sssound of Mmmusic
1999 : The Genius of Bertrand Burgalat
1997 : Quadrille, de Valérie Lemercier

Récompenses :

2011 : Chevalier des arts et des lettres
 
0 commentaire - Bertrand Burgalat
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]