Boris Vian

©Getty Images, Serge DE SAZO
Souvent détesté, parfois adulé, Boris Vian est ce genre d'auteur qui ne laisse aucun lecteur indifférent. Cultivant depuis son enfance l'art de la dérision, des canulars et des jeux de mots, il grandit à Ville-d'Avray, une banlieue chic des Hauts-de-Seine auprès d'une famille italo-provençale. Née Boris Paul Vian, par admiration de sa mère pour le tsar Boris Godounov et pour laisser une trace du prénom de son père Paul, il est victime, à l'âge de 12 ans, d'un rhumatisme articulaire lui laissant une insuffisance aortique.

Malgré cet accident de la vie, il suit un parcours scolaire sans faute, du baccalauréat philosophie option mathématiques aux classes préparatoires aux grandes écoles scientifiques du Lycée Condorcet. En 1939, Boris Vian entre à l'Ecole centrale et en ressort avec un poste d'ingénieur à l'AFNOR (association française de normalisation). Six ans plus tard, sa vie parallèle de musicien de jazz prend le dessus et le pousse à démissionner.

Quittant le système pour flâner la nuit dans les cafés de Saint-Germain-des-Prés, le Café de Flore et les Deux Magots en tête, il joue de sa trompette de poche qu'il rebaptise "trompinette", et côtoie d'autres intellectuels de la Rive Gauche à l'instar de Jean-Paul Sartre, Raymond Queneau, Jean Cocteau, Juliette Gréco ou encore Simone de Beauvoir. Le jour, il tente de gagner sa vie avec sa plume, collaborant comme chroniqueur pour les revues musicales Jazz Hot et Jazz 47. Directeur artistique chez Phillips dès 1957, il se charge de dresser un catalogue des artistes de jazz, sa musique de prédilection.

Habile avec les notes de musique comme avec les mots, il entreprend d'écrire son premier roman, "J'irai cracher sur vos tombes", sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, afin que ses deux carrières ne se mélangent pas. Sorti en 1946, ce roman inspiré des romans noirs américains traite d'une vengeance sous un angle violent est très controversé en raison notamment de ses scènes violentes et très portées sur le sexe. Écrit en 15 jours, il est le best-seller de l'année 1947 malgré les gros titres dont il est victime. Cela fait suite à un fait-divers lié à une femme retrouvée morte étranglée dans un hôtel de Montparnasse, avec un exemplaire du roman ouvert à la page où le personnage de Lee Anderson assassine sa maîtresse. Définitivement interdit à la vente en 1949 car jugé pornographique et immoral, il restera le roman le plus vendu de Boris Vian.

Vernon Sullivan réitère avec les romans "Les morts ont tous la même peau" et "Elles se rendent pas compte" entre autres, qui trouvent leur public contrairement aux futurs romans signés de son vrai nom. En effet, malgré une oeuvre littéraire prolixe, ses romans signés Boris Vian se voient occultés par ceux de Vernon Sullivan. Une dualité qui le conduit en 1953 à abandonner la littérature après ...
avoir notamment publié "L'Écume des jours" (1947) et son inquiétant nénuphar faisant écho à sa maladie de jeunesse ou encore "L'Arrache-coeur" (1953) et son exploration de l'inconscient.

Boudés par les lecteurs peu enclins à ses thèmes fétiches (l'usure des hommes par le travail et les machines, les récits initiatiques avortés, les petits espaces...) et par la maison d'édition Gallimard, son éditeur historique qui refusa "L'Arrache-coeur", il quitte ce monde qui lui permettait de développer sa verve inventive et son penchant pour l'absurde au travers de multiples identités (on en compte une trentaine dont l'anagramme Bison Ravi) et de néologismes farfelus (le célèbre pianocktail de "L'Ecume des jours" que l'on retrouvera dans l'adaptation de Michel Gondry en 2013), inventant une nouvelle grammaire qui lui était propre. Cette dernière, il la réutilisera quelques temps dans les années 1950 par le biais du Collège de pataphysique, société de recherches savantes et inutiles, également fréquenté par Raymond Queneau.

Sa réputation de marathonien de l'écriture à la carrière marquée par le sceau du scandale est de nouveau entachée en février 1954 avec la chanson "Le Déserteur", écrite dans un climat de fin de guerre d'Indochine. Interdite sur les ondes dans sa version d'origine car jugé antipatriotique et antimilitariste, Mouloudji la chantera en modifiant les paroles du dernier couplet où Vian menaçait explicitement de sortir les armes.

Le 23 juin 1959, Boris Vian quitte ce monde à l'âge de 39 ans alors qu'il se trouve rue Marboeuf dans une salle de cinéma qui projette la première du film inspiré de son roman "J'irai cracher sur vos tombes". Une crise cardiaque l'emporte dès les premières minutes du film, sans doute après avoir vu son nom au générique, qu'il voulait retirer. Comme sa vie, sa mort aura eu l'allure d'un roman.

Si aujourd'hui le grand public connait principalement les oeuvres de l'auteur et sa carrière de chanteur, n'oublions pas sa collaboration avec Juliette Gréco pour qui il écrit des chansons ("Musique Mécanique"), ni ses scénarios pour le théâtre ("L'Equarrissage pour tous") et le cinéma ("J'irai cracher sur vos tombes"), où il a d'ailleurs joué les acteurs quelques fois ("Notre-Dame de Paris"). Souvent qualifié de romancier pour adolescents, ses ouvrages connaissent une seconde naissance chez la jeunesse de mai 1968, voyant chez lui un véritable modèle de contestation.

Si de son vivant aucune de ses oeuvres n'a connu de rééditions et le succès qu'il attendait vraiment, en 2010 il est adoubé par la Pléiade de Gallimard, rejoignant Marcel Proust ou encore Franz Kafka sans le savoir. Triste sort du destin pour cet éternel pessimiste.
Filmographie :
Acteur
1960 : Le Bel Age, de Pierre Kast
1957 : Amour de poche, de Pierre Kast
1956 : Notre-Dame de Paris, de Jean Delannoy
Discographie :
1991 : Boris Vian chante Boris Vian
1956 : Chansons possibles et impossibles
1955 : Chansons possibles
1955 : Chansons impossibles

Ses dernières news

Toutes ses news
Mort de Magali Noël, l'interprète de "Fais-moi mal Johnny"
Sébastien Jenvrin
23 juin 2015

Mort de Magali Noël, l'interprète de ...

23 juin 2015
article

Ses derniers films

Tous ses films

L'Ecume des jours

comédie dramatique
sortie le 29 janvier 2014
L'Ecume des jours

Le Cowboy de Normandie

comédie dramatique
sortie le 1 janvier 2014
Le Cowboy de Normandie

L'Autostoppeur de Boris Vian

comédie dramatique
sortie le 1 janvier 2014
L'Autostoppeur de Boris Vian

Notre Faust

comédie dramatique
sortie le 1 janvier 2014
Notre Faust
 
0 commentaire - Boris Vian
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]