Bruno Coulais

©Abaca, Briquet Nicolas
Personne, et lui le dernier, n'aurait cru que ce Parisien qui détestait le cinéma et rechignait à aller voir des dessins-animés enfant deviendrait un jour l'un des plus grands compositeurs de musiques de films de sa génération. Né le 13 janvier 1954 dans une famille bruyante - sa mère écoutait du classique dans sa chambre, son frère de la pop et ses soeurs de la variété - il fait son éducation musicale dans ce capharnaüm. Se plaisant si bien dans ce foyer grouillant de musiques, il se dirige vers des études de musique à l'âge de 18 ans.
Formé au violon et au piano, il n'imagine pas à ce moment-là faire carrière dans la musique de films. C'est le réalisateur François Reichenbach, qu'il croise lors d'un stage de son dans un auditorium, qui va lui ouvrir la voie en lui parlant de son documentaire "Mexico Magico" (1977). Il recherche un compositeur et lui propose le poste. Bruno, devenu cinévore, accepte pour se faire la main.
Après cette collaboration, il fait ses armes au cinéma pour "Qui trop embrasse" (1985) de Jacques Davila et se tourne vers la télévision, notamment auprès des réalisateurs Gérard Marx et Laurent Heynemann. On retrouve également son nom aux génériques de trois films de Christine Pascal : "Zanzibar", "Le petit prince a dit" et "Adultère (mode d'emploi)".
Compositeur discret, il se démarque par sa recherche constante de voix atypiques (comme celle de Robert Wyatt), son goût pour l'opéra et les musiques d'ambiance. Pour lui, la musique ne doit pas être une illustration sonore de la séquence, mais donner l'impression qu'elle vient du film.
Le rythme de sa carrière s'accélère en 1994, année de sa rencontre avec Josée Dayan, qui lui confie la composition de la musique de son feuilleton "La Rivière Espérance" (1995). L'homme-orchestre change ensuite de disque et revient à ses premières amours : le documentaire. Avec "Microcosmos : Le Peuple de l'herbe", réalisé par Claude Nuridsany et Marie Pérennou, et "Himalaya : L'Enfance d'un chef", Bruno Coulais acquiert ses premières récompenses (Deux César et une Victoire de la meilleure musique de film) et reçoit des pluies de propositions.
C'est vers des superproductions à la française qu'il se tourne, du film fantastique "Belphégor, le fantôme du Louvre" au thriller "Les Rivières pourpres" (2001) de Mathieu Kassovitz, en passant par "Vidocq" (2001) avec Gérard Depardieu. Autant de succès en salle qui assoient la notoriété du compositeur.
À l'aube des années 2000, Bruno Coulais débute une fructueuse collaboration avec le réalisateur de documentaires Jacques Perrin. Pour "Le Peuple migrateur" en 2001, il accroche un micro à une oie et reproduit la rythmique des battements d'ailes. Les images des "Voyageurs du Ciel et de la Mer" (2004) et des "Océans" (2010) seront également intensifiées par la musique pluridimensionnelle du compositeur.
Après une brève parenthèse consacrée à des projets personnels (création d'un opéra pour enfants, projets avec Akhenaton et le groupe corse A Filetta), Bruno Coulais donne le la au film choral de Christophe Barratier, "Les Choristes" (2003), avec Gérard Jugnot en professeur de musique investi. Un troisième César lui est remis mais le plus incroyable dans cette histoire reste la reprise de "Vois sur ton chemin" par... Beyoncé aux Oscars 2005 !
Les années 2000 sont aussi synonymes de cinéma d'action pour le compositeur. Un nouveau challenge qu'il accomplit avec brio pour Frédéric Schoendoerffer ("Truands"), Alain Corneau ("Le Deuxième souffle") ou encore Olivier Marchal ("MR 73"). Puis remet les pieds dans le cinéma d'animation avec "Coraline" (2009), qui marque sa première collaboration avec un studio américain et "Le chant de la mer" (2014), porté par la voix de Nolwenn Leroy. En 2010, il s'amuse à détourner des objets du quotidien comme des hochets ou des tuyaux pour les intégrer à la bande originale du film documentaire "Bébés".

Depuis, Bruno Coulais s'est associé au réalisateur de comédies James Huth ("Brice de Nice", "Lucky Luke", "Un bonheur n'arrive jamais seul"), à Benoît Jacquot ("Au fond des bois", "Les Adieux à la reine", "Trois coeurs") et a renouvelé sa confiance à Jacques Perrin pour le documentaire "Les Saisons", sorti en janvier 2016.
Discographie :
2016 : Les Saisons, de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud
2015 : Mune, le gardien de la lune, de Benoît Philippon
2014 : Le ...
Chant de la mer, de Tomm Moore
2014 : Trois coeurs, de Benoît Jacquot
2014 : Gemma Bovery, d'Anne Fontaine
2013 : Amazonia, de Thierry Ragobert
2013 : Je fais le mort, de Jean-Paul Salomé
2012 : Pour toi j'ai tué, de Laurent Heynemann
2012 : Ludwig II, de Pete Sehr
2012 : Un bonheur n'arrive jamais seul, de James Huth
2012 : La Rizière, de Xiaoling Zhu
2012 : Sur la piste du Marsupilami, d'Alain Chabat
2011 : Les Adieux à la reine, de Benoît Jacquot
2011 : La Mer à l'aube, de volker Schlöndorff
2011 : La Clé des champs, de Claude Nuridsany et Marie Pérennou
2011 : Mon pire cauchemar, d'Anne Fontaine
2011 : Les Faux monnayeurs, de Benoît Jacquot
2010 : Le Caméléon, de Jean-Paul Salomé
2010 : Bébés, de Thomas Balmès
2010 : Le Roi, l'Ecureuil et la Couleuvre, de Laurent Heynemann
2010 : Tête de Turc, de Pascal Elbé
2010 : Océans, de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud
2010 : Au fond des bois, de Benoît Jacquot
2009 : Lucky Luke, de James Huth
2009 : Brendan et le secret de Kells, de Tomm Moore
2009 : Coraline, d'Henry Selick
2009 : Villa Amalia, de benoît Jacquot
2008 : Agathe Cléry, d'Etienne Chatillez
2008 : Un homme d'honneur, de Laurent Heynemann
2008 : Ulzhan, de volker Schlöndorff
2008 : MR 73, d'Olivier Marchal
2008 : Les femmes de l'ombre, de Jean-Paul Salomé
2007 : Sempre vivu!, de Robin Renucci
2007 : Le Deuxième souffle, d'Alain Corneau
2007 : Truands, de Frédéric Schoendoerffer
2006 : La Planète blanche, de Thierry Piantanida et Thierry Ragobert
2005 : Quelques jours en avril, de Raoul Peck
2005 : Les Rois maudits, de Josée Dayan
2004 : Voyageurs du Ciel et de la Mer, de Jacques Perrin
2004 : Brice de Nice, de James Huth
2004 : Je préfèère qu'on reste amis..., d'Eric Toledano
2004 : Genesis, de Claude Nuridsany
2003 : Agents secrets, de Frédéric Schoendoerffer
2003 : Les Choristes, de Christophe Barratier
2001 : Le peuple migrateur, de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud
2001 : L'Enfant qui voulait être un ours, de Jannick Astrup
2001 : Origine océan, quatre milliards d'années sous les mers, de Gérard Calderon
2001 : Vidocq, de Pitof
2000 : Un aller simple, de Laurent Heynemann
2000 : De l'amour, de Jean-François Richet
2000 : Belphégor, le fantôme du Louvre, de Jean-Paul Salomé
2000 : Harrison's Flowers, d'Elie Chouraqui
2000 : Les Rivières pourpres, de Mathieu Kassovitz
2000 : Commen un aimant, de Akhenaton et Kamel Saleh
1999 : Zaide, un petit air de vengeance, de Josée Dayan
1999 : Un dérangement considérable, de Bernard Stora
1999 : Le Libertin, de Gabriel Aghion
1999 : Scènes de crimes, de Frédéric Schoendoerffer
1999 : Himalaya : L'Enfane d'un chef, d'Eric Valli
1999 : La Débandade, de Claude Berri
1999 : Epouse-moi, d'Harriet Marin
1999 : Balzac, de Josée Dayan
1998 : Le Comte de Monte-Cristo, de Josée Dayan
1998 : Belle-maman, de Gabriel Aghion
1997 : Gaetan et Rachel en toute innocence, de Suzy Cohen
1997 : Préférence, de Gregoire Delacourt
1997 : Déjà mort, d'Oliver Dahan
1997 : Serial Lover, de James Huth
1997 : Don Juan, de Jacques Weber
1997 : La Famille Sapajou, d'Elisabeth Rappeneau
1996 : L'Orange de Noël, de Jean-Louis Lorenzi
1996 : Microcosmos : Le Peuple de l'herbe, de Claude Nuridsany et Marie Pérennou
1996 : Vice Vertu et Vice Versa, de Françoise Romand
1995 : La Rivière Espérance, de Josée Dayan
1995 : Adultère (mode d'emploi), de Christine Pascal
1995 : La Colline aux mille enfants, de Jean-Louis Lorenzi
1994 : Waati, de Souleymane Cissé
1992 : Vieille canaille, de Gérard Jourd'hui
1992 : Le petit prince a dit, de Christine Pascal
1992 : Le Retour de Casanova, d'Edouard Niermans
1992 : Siméon, d'Euzhan Palcy
1992 : Le fils du requin, d'Agnès Merlet
1991 : Les équilibristes, de Nico Papatakis
1991 : Le Jour des rois, de Marie-Claude Treilhou
1990 : La Campagne de Cicéron, de Jacques Davila
1989 : Zanzibar, de Christine Pascal
1986 : Le lien de parenté, de Willy rameau
1986 : La Femme secrète, de Sébastien Grall
1986 : Qui embrasse trop, de Jacques Davila
Récompenses :
2011 : Prix France Musique-Sacem de la meilleure musique de film pour Au fond des bois
2010 : Annie Award pour Coraline
2007 : Grand Prix Sacem de la musique pour l'audiovisuel
2005 : Etoile d'or du compositeur de musique originale de films pour Les Choristes et Genesis
2005 : Victoire de la meilleure musique de film pour Les Choristes
2005 : César de la meilleure musique de film pour Les Choristes
2000 : César de la meilleure musique de film pour Himalaya : L'Enfance d'un chef
1997 : Victoire de la musique de la meilleure musique de film pour Microcosmos : Le Peuple de l'herbe
1997 : César de la meilleure musique de film pour Microcosmos : Le Peuple de l'herbe

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos

Ses derniers films

Tous ses films

Croc Blanc

animation
sortie le 28 mars 2018
Croc Blanc

Marie Curie

biopic
sortie le 24 janvier 2018
Marie Curie

Drôles de petites bêtes

animation
sortie le 13 décembre 2017
Drôles de petites bêtes

La Mélodie

drame
sortie le 8 novembre 2017
La Mélodie
 
0 commentaire - Bruno Coulais
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]