Charlie Watts

©Abaca, West Ian/PA Photos
Charlie Watts est un passionné de jazz et de blues depuis tout jeune, découvrant très tôt de grands artistes américains comme Miles Davis, John Coltrane et notamment le batteur Chico Hamilton. Inspiré par ce dernier, il décide de se mettre aux percussions en se confectionnant une caisse claire à partir d'un banjo, dont il retire le manche pour ne garder que la peau et en jouer avec des balais. Avec un ami d'enfance, le bassiste Dave Green, auprès duquel il grandit dans un quartier de préfabriqués de Wembley, il monte à la fin des années 1950 un premier groupe appelé, non sans plaisanterie, The Jo Jones All Stars. Mais la musique n'est alors qu'un passe-temps, et c'est un autre talent artistique que le jeune homme envisage d'exploiter pour sa carrière professionnelle...

Diplômé de l'école d'art de Harrow, Charlie Watts obtient en 1960 un travail de graphiste auprès d'une agence publicitaire. À 20 ans, il écrit et illustre un livre pour enfants sur la légende du jazz Charlie Parker, "Ode to a High-Flying Bird". Ainsi partagé entre ses deux passions, celui qui continue, le soir venu, de jouer dans les clubs londoniens va bientôt voir son destin prendre un tournant irréversible. Alors qu'il participe au Blues Incorporated d'Alexis Korner, il fait la connaissance d'autres musiciens qui l'invitent à rejoindre leur groupe de rock récemment formé, The Rolling Stones. Après un long moment d'hésitation, préférant encore rester graphiste de jour et simplement arrondir les fins de mois en jouant auprès de formations plus reconnues la nuit, le batteur finit par accepter, lançant à Keith Richards, selon le magazine Rolling Stone : "Vous êtes géniaux, mec, mais vous avez besoin d'un putain de bon batteur".

C'est ainsi que Charlie Watts rejoint le guitariste auprès de ses acolytes Mick Jagger et Brian Jones, par ailleurs soutenus à l'époque par le bassiste Bill Wyman et le pianiste Ian Stewart, pour un premier concert au Ealing Blues Club le 12 janvier 1963. "Pour moi, ce n'était qu'une autre offre de travail", racontera-t-il plus tard dans l'autobiographie du groupe, "According to the Rolling Stones" (2003). Or, après une reprise du It's All Over Now de Bobby Womack en 1964, qui l'inscrit d'emblée en troisième position des charts britanniques, la jeune formation s'impose dès l'année suivante des deux côtés de l'Atlantique avec son mythique (I Can't Get No) Satisfaction. Lui qui ne pensait pas s'impliquer plus que cela dans la musique voit alors son destin scellé : le jeune graphiste devient l'une des plus grandes rock-stars que le monde ait jamais connu.

Or malgré le succès phénoménal qu'il rencontre, tube après tube, et contrairement à ses bad boys de compères, Charlie Watts a toujours été des plus sages. Plutôt que de jouer les coureurs, il épouse en 1964 celle avec qui il avait déjà entamé une relation avant de devenir célèbre, Shirley Ann Shephard. Le couple, encore uni aujourd'hui, accueillera sa fille unique, Serafina, en 1968 puis élèvera des chevaux dans le Devonshire en Angleterre. ...
Une vie des plus paisibles, en somme, si ce n'est peut-être pour le rythme effréné des tournées... Et cette crise de la quarantaine qui voit le musicien tomber dans les drogues et l'alcool sur le tard. Jusque-là consommateur modéré, il admettra en effet avoir eu des problèmes d'addiction au début des années 1980 avant de tout arrêter définitivement, même la cigarette. Son passé de fumeur le rattrapera en 2004, mais le sexagénaire parviendra à battre le cancer de la gorge.

Ses folles années de débauche révolues à la seconde moitié des années 1980, Charlie Watts retourne à ses premières amours. Après avoir jouer du boogie-woogie durant la fin des année 1970 au sein d'une formation dénommée Rocket 88 (avec le pianiste Ian Stewart, le guitariste Alexis Korner et le saxophoniste Dick Morrissey), le batteur britannique monte un grand ensemble de jazz de trente-deux musiciens appelé naturellement le Charlie Watts Orchestra. Il ne se contente toutefois que d'effectuer toute une série de concerts auprès de ce dernier, n'enregistrant qu'un live en 1986 au Fulham Town Hall à Londres. C'est ensuite au début des années 1990 qu'il publie divers albums, sous le nom de The Charlie Watts Quintet, dont un hommage à son idole de toujours, Charlie Parker. Après avoir travaillé avec le percussionniste Jim Keltner sur l'album "Bridges to Babylon" (1997) des Rolling Stones, il diffuse avec lui une oeuvre instrumentale simplement titrée "The Charlie Watts-Jim Keltner Project" en 2000. Puis revient à la formation jazz avec son Charlie Watts Tentet en 2004, avant de participer à un nouveau groupe dénommé The ABC&D of Boogie Woogie avec les pianistes Axel Zwingenberger et Ben Waters, ainsi que son ami d'enfance, le bassiste Dave Green.

Néanmoins fidèle aux Rolling Stones, constituant aujourd'hui l'un des trois derniers membres originels de la formation avec Mick Jagger et Keith Richards, c'est encore auprès d'eux que Charlie Watts continue de jouer en 2016. Les septuagénaires viennent en effet de sortir leur vingt-troisième album studio, intitulé "Blue & Lonesome". S'il avoue au New Yorker être "toujours en train de dire 'Je suis fatigué, j'ai envie de prendre ma retraite'", il ajoute néanmoins que Keith Richards lui rétorque à ces moments-là "Charlie, qu'est-ce que tu ferais d'autre ?" Aussi aurait-il décidé ne prendre sa retraite que lorsque ce dernier, ou son binôme Mick Jagger, prendraient la leur. Au vu de l'énergie et l'appétence dont ces deux-là font encore preuve après plus de cinquante ans de carrière, autant dire que le batteur n'est pas près de se retirer de la scène...

Discographie :

2012 : The ABC&D of Boogie Woogie Live in Paris
2010 : The Magic of Boogie Woogie (The ABC&D of Boogie Woogie)
2004 : Watts at Scott's (The Charlie Watts Tentet)
2000 : The Charlie Watts-Jim Keltner Project
1996 : Long Ago and Far Away (The Charlie Watts Quintet)
1993 : Warm and Tender (The Charlie Watts Quintet)
1992 : A Tribute to Charlie Parker with Strings (The Charlie Watts Quintet)
1991 : From One Charlie... (The Charlie Watts Quintet)
1986 : The Charlie Watts Orchestra Live at Fulham Town Hall

Ses dernières news

Toutes ses news
Quiz : êtes-vous incollable sur les Rolling Stones ?
Fabien Gallet
20 octobre 2017

Quiz : êtes-vous incollable sur les Rolling ...

20 octobre 2017
article
Quelles sont les plus grosses fortunes du rock anglais ?
Clara Lemaire
26 avril 2016

Quelles sont les plus grosses fortunes du rock ...

26 avril 2016
article
The Rolling Stones : une première exposition à Londres en 2016
Sébastien Jenvrin
03 juillet 2015

The Rolling Stones : une première exposition à ...

03 juillet 2015
article

Ses derniers films

Tous ses films

Rolling Stones - Crossfire Hurricane (Chenelière Events)

documentaire
sortie le 1 janvier 2013
Rolling Stones - Crossfire Hurricane (Chenelière Events)

Beware Of Mr. Baker

documentaire
sortie le 1 janvier 2012
Beware Of Mr. Baker

Stones In Exile

documentaire
sortie le 1 janvier 2010
Stones In Exile

Shine a Light

documentaire
sortie le 16 avril 2008
Shine a Light
 
0 commentaire - Charlie Watts
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]