Esther Garrel

©Getty Images, Danny Martindale
Biberonnée au théâtre par sa mère et au cinéma par son père, elle baigne toute petite dans le milieu du spectacle, si bien qu'elle se dirige vers le Conservatoire de Paris pour se former à la musique et au chant.
Mais le destin la rattrape et elle débute comme comédienne en jouant dans divers courts-métrages. C'est son père qui lui mettra le pied à l'étrier en 2001, en lui donnant un petit rôle dans son film en noir et blanc "Sauvage innocence".
Esther Garrel y prend goût et tourne sept ans plus tard chez son frère, dans le court-métrage "Mes copains". Cette année-là, elle perce en dehors de son cocon familial lorsque le directeur de casting Richard Rousseau la contacte pour passer des essais pour "La Belle Personne" de Christophe Honoré, adapté librement du roman La Princesse de Clèves. Agée de 16 ans à l'époque, elle décroche le rôle de la lycéenne Esther, aux côtés de Léa Seydoux et de son frère Louis.
Ce même directeur de casting la rappelle pour un nouveau rôle dans un film d'auteur : la comédie "Un chat est un chat", de Sophie Fillières, dans laquelle elle prête ses traits à Sybille, une amie d'Agathe Bonitzer, jeune actrice montante comme elle.
Sa tristesse douce, sa mine défaite et son regard noir conquièrent ensuite Bertrand Bonello, qui la fait tourner dans deux de ses long-métrages : "Where the Boys Are" (2010) et "L'Apollonide - Souvenirs de la maison close" (2011).
En 2011, elle fait également partie des "17 filles" de la comédie dramatique de Muriel et Delphine Coulin, avant de camper la fille de Noémie Lvovsky et Samir Guesmi dans le ...
nostalgique "Camille Redouble".

Très sollicitée par le cinéma d'auteur à l'instar de son frère aîné, la comédienne se démarque dans la fiction autobiographique "Jeunesse" de Justine Malle, la fille de Louis, en 2013. Elle y incarne le rôle principal du double cinématographique de la réalisatrice : Juliette, une adolescente qui, alors qu'elle tombe pour la première fois amoureuse de l'un de ses camarades de khâgne, voit son père tomber gravement malade. Choisie pour sa compréhension du rôle, elle qui a pour père un metteur en scène, elle illumine le film mêlant à la fois fougue et effacement.
Sa famille de coeur n'est jamais très loin de sa famille de cinéma, puisqu'en 2013 elle partage l'affiche avec son frère de "La Jalousie" (2013), un drame tourné par son père. Deux ans plus tard, c'est sa mère, Brigitte Sy, qui la dirige dans "L'Astragale", adapté du roman éponyme d'Albertine Sarrazin. Cette année-là, elle retrouve Noémie Lvovsky dans "Les Jours venus", un autoportrait sans concession signé Romain Goupil.
Filmographie :
2015 : Les Jours venus, de Romain Goupil
2015 : L'Astragale, de Brigitte Sy
2013 : Jeunesse, de Justine Malle
2013 : La Jalousie, de Philippe Garrel
2012 : Camille redouble, de Noémie Lvovsky
2011 : 17 filles, de Delphine Coulin et Muriel Coulin
2011 : L'Apollonide - Souvenirs de la maison close, de Bertrand Bonello
2010 : Where the Boys Are, de Bertrand Bonello
2010 : Armandino e il madre, de Valeria Golino
2009 : Un chat un chat, de Sophie Fillières
2008 : Mes copains, de Louis Garrel
2008 : La Belle Personne, de Christophe Honoré
2008 : Rien dans les poches, de Marion Vernoux (téléfilm)
2001 : Sauvage innocence, de Philippe Garrel
1999 : Zanzibar à Saint-Sulpice, de Gérard Courant

Ses dernières news

Toutes ses news
César 2014 : Adèle Exarchopoulos, Charlotte Le Bon et Alain-Fabien Delon présélectionnés
18 novembre 2013

César 2014 : Adèle Exarchopoulos, Charlotte Le...

18 novembre 2013
news

Ses derniers films

Tous ses films

Call Me By Your Name

drame
sortie le 10 janvier 2018
Call Me By Your Name

L'Amant D'un Jour

drame
sortie le 31 mai 2017
L'Amant D'un Jour

Marguerite & Julien

drame
sortie le 2 décembre 2015
Marguerite & Julien

L'Astragale

drame
sortie le 8 avril 2015
L'Astragale
 
0 commentaire - Esther Garrel
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]