Fritz Lang

©Getty Images, Harry Chase
Mobilisé à Vienne, Fritz Lang se blesse sur le front italien et se voit hospitalisé plusieurs mois. Contraint et forcé de rester allongé dans son lit d'hôpital, c'est là qu'il va pour la première fois se mettre à écrire des scénarios pour le réalisateur et producteur autrichien Joe May et notamment le film "Die Hochzet im Excentrucclub", qui le lance dans l'industrie cinématographique. Une fois remis sur pied, il rejoint Berlin et travaille de pair avec le producteur Erich Pommer. Il rencontre à cette même époque sa seconde épouse Thea von Harbou (la première s'est suicidée), qui participera à l'écriture de la totalité de ses films tournés en Allemagne.

16. C'est le nombre de films que Fritz Lang écrit et réalise en Allemagne entre 1919 et 1933. Parmi eux se trouvent l'un des chefs-d'oeuvre du cinéma muet allemand, le film expressionniste "Metropolis", sorti en 1927. Considérée comme l'une des plus grosses superproductions jamais réalisée, ce film hors-norme à tous les niveaux, nécessite à l'époque pas moins de 310 jours et 60 nuits de tournage. D'une durée de trois heures, il s'étale sur 620 kilomètres de pellicule et explose le budget de la UFA, société de production allemande qui a bien voulu faire confiance à Lang, en faisant appel notamment à 36 000 figurants. Explorant ici en noir et blanc deux thèmes devenus plus tard cher à la science-fiction, l'intelligence artificielle et la perte du contrôle des hommes sur leurs créations technologiques.

A sa sortie, le film ne reçoit pas l'accueil escompté par le cinéaste. Les critiques sont mauvaises, beaucoup se souviendront de la diatribe de l'écrivain H.G. Wells, qui écrira dans les colonnes du New York Times le 17 avril 1927 : "J'ai récemment vu un film stupide (...). Un ramassis d'à peu près tous les clichés, sottises et platitudes possibles". Peut-être trop en avance sur son temps, sûrement trop osé pour l'époque, Metropolis n'acquiert son statut de chef-d'oeuvre qu'à sa ressortie à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Coupé de trente minutes, il passe sous la barre des 3 heures et prend sa revanche en devenant une référence dans le domaine de la science-fiction. Il n'y a qu'à voir le droïde C-3PO de la saga Star Wars.

Quatre ans après le mal-aimé "Metropolis", Fritz Lang réalise un autre de ses films culte, "M le maudit", dans lequel il traite son thème fétiche, celui de la psychologie criminelle, avec ce meurtrier d'enfants qui sifflote. C'est d'ailleurs le sifflement de Fritz Lang et non celui de l'acteur Peter Lorre que l'on entend. Figurant, avec "Le Testament du docteur Mabuse" (1933) parmi ses premiers films parlants, il précède une autre phase importante de sa carrière : la période américaine.

Dans les années 1940, Hollywood, qui participe alors à l'effort de guerre en produisant pléthores de films antinazis, voit s'émanciper quelques réalisateurs comme Alfred Hitchcock et Lang, qui se spécialisent dans le film d'espionnage. Lang réalise notamment "Chasse à l'homme" (1941), "Les bourreaux meurent aussi" (1943) et "Cape et Poignard" (1946). Entre-temps, il fait ses premiers pas en couleur avec le western "...
href="http://cineday.orange.fr/films/le-retour-de-frank-james-CNT0000009vchg/">Le Retour de Frank James" (1940), la suite du film à succès "Le Brigand bien-aimé" produite par la Fox. Il y retrouve Henry Fonda, qu'il avait déjà fait tourner plus tôt dans "J'ai le droit de vivre" (1937), cavale tragique d'un jeune récidiviste et son épouse.

Conformément aux pratiques américaines, il ne cosigne pas les scénarios, ne coproduit que rarement les films, n'a pas droit au montage final. Mais, dans la pratique, il travaille aux scénarios et s'arrange le plus souvent pour rendre impossibles des coupes trop mutilantes. Quelques vingtaines de films parlants seront réalisés par Lang aux Etats-Unis des films comme "Furie" (1936) avec Spencer Tracy, "House by the River" (1950) ou "La Cinquième Victime" (1956), qui s'intéressent à la société dans laquelle il évolue, au monde moderne et à l'ambivalence de la nature humaine.

À la fin des années 1950, Fritz Lang revient en Allemagne de l'ouest, la RFA, où il signe pour le producteur Artur Brauner le dyptique indien "Le Tigre du Bengale" (1958) et "Le Tombeau hindou" (1959). Suivi, en 1960, du "Diabolique Docteur Mabuse", dernier film réalisé par le cinéaste. Il s'agit du troisième épisode des méfaits du Docteur Mabuse, personnage créé par l'écrivain Norbert Jacques, qu'il avait déjà adapté dans "Docteur Mabuse le joueur" (1922), tournage pendant lequel il perd accidentellement son oeil droit, et "Le Testament du docteur Mabuse" (1933).

Alors que depuis longtemps la critique le considère comme "fini", de jeunes cinéphiles découvrent sa période américaine dans les années 1960 et l'acclament. Jean-Luc Godard lui fait jouer son propre rôle dans "Le Mépris" (1963), et il est question qu'il tourne en France. Mais Lang regagne Hollywood, apparaît dans divers festivals et se consacre à la supervision de sa biographie par Lotte Eisner, ouvrage qu'il ne verra pas paraître. Il meurt le 2 août 1976 à Beverly Hills, à l'âge de 85 ans.


Filmographie :

1960 : Journey to the Lost City
1960 : Le diabolique docteur Mabuse
1959 : Le tombeau hindou
1959 : Le tigre du Bengale
1956 : Invraisemblable vérité
1956 : La cinquième victime
1955 : Les contrebandiers de Moonfleet
1954 : Désirs humains
1953 : Règlement de comptes
1953 : La femme au gardénia
1952 : Le démon s'éveille la nuit
1952 : L'ange des maudits
1950 : Guérillas
1950 : Au fil de l'eau
1957 : Le secret derrière la porte
1946 : Cape et poignard
1945 : La rue rouge
1944 : La femme au portrait
1944 : Espions sur la Tamise
1943 : Les bourreaux meurent aussi
1941 : Chasse à l'homme
1941 : Les pionniers de la Western Union
1940 : Le retour de Frank James
1938 : Casier judiciaire
1937 : J'ai le droit de vivre
1936 : Liliom
1933 : Le testament du Dr. Mabuse
1931 : M le maudit
1929 : La femme sur la lune
1928 : Les espions
1927 : Metropolis
1924 : Les nibelungen, la vengeance de Kriemhild
1924 : Les nibelungen : la mort de Siegfried
1922 : Le docteur mabuse
1921 : Les trois lumières
1921 : Quatre hommes pour une femme
1920 : L'image vagabonde
1920 : Les araignées - Le cargo d'esclaves
1919 : Madame Butterfly
1919 : Les araignées - Le lac d'or
1919 : Der Herr der Liebe
1919 : Le métis

Ses dernières news

Toutes ses news
Martin Scorsese trouve le cinéma d'aujourd'hui sans intérêt
Pauline Julien
19 décembre 2016

Martin Scorsese trouve le cinéma d'aujourd'hui ...

19 décembre 2016
article
Martin Scorsese : 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur le cinéaste
Pauline Julien
18 octobre 2015

Martin Scorsese : 10 choses que vous ne saviez ...

18 octobre 2015
article

Ses derniers films

Tous ses films

Les Bourreaux meurent aussi

drame
sortie le 29 novembre 2017
Les Bourreaux meurent aussi

Le Diabolique Docteur Mabuse

suspense
sortie le 1 mars 2017
Le Diabolique Docteur Mabuse

Chasse à l'homme

guerre
sortie le 5 août 2015
Chasse à l'homme

Cape et poignard

suspense
sortie le 5 août 2015
Cape et poignard
 
0 commentaire - Fritz Lang
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]