George Clinton

©Getty Images, David Corio / Contributeur
Alors qu'il travaille dans un de ces fameux barbershops, George Clinton lance sa carrière musicale en 1955 lorsqu'il fonde un quintet de doo-wop. Les jeunes hommes, qui se font déjà appeler The Parliaments, s'entraînent a cappella dans l'arrière-boutique du salon de coiffure et mettront des années avant de s'aventurer dans un studio d'enregistrement. Lorsque leur leader obtient un job de parolier et producteur pour la célèbre maison de disque Motown, le groupe finit par franchir le cap à la fin des années 1960.

The Parliaments signe auprès de Revilot Records et rencontre son premier succès en 1967 avec le single (I Wanna) Testify, qui se hisse en troisième position des charts R&B aux États-Unis. Mais lorsque le label rencontre des difficultés financières l'année suivante, et que George Clinton refuse d'enregistrer de nouveaux titres, la formation perd son nom dans une bataille juridique. Surgit alors, le temps de récupérer les droits, Funkadelic avec un premier album éponyme en 1970. Loin d'être toutefois enterré, le renommé Parliament réapparaît cette année-là, diffusant l'opus "Osmium" et un nouveau hit-single dénommé Breakdown, qui se place en trentième position du classement R&B américain en 1971.

Les deux groupes - qui n'ont de différent que le nom - s'illustreront dès lors chacun leur tour dans les bacs, avec une production quelque peu frénétique tout le long des années 1970. Alors que chacune des formations agrandit ses rangs pour devenir de larges ensembles de musiciens, Parliament s'engage d'un côté dans un funk influencé par James Brown et Sly Tone, tandis que Funkadelic cultive de l'autre un rock psychédélique inspiré d'artistes comme Jimi Hendrix.

Tout en cultivant une présence scénique éblouissante avec un look des plus extravagants - l'ancien coiffeur se fera notamment une réputation pour ses mèches multicolores -, George Clinton et sa bande produisent dans la décennie une bonne vingtaine de hit-singles, dont notamment Flash Light (1978) et Aqua Boogie (1979) positionnés en tête du classement R&B outre-Atlantique. De même, pas moins de huit albums de Parliament et Funkadelic sont fait disques d'or, dont trois qui obtiennent la certification platine ("Mothership Connection", 1976 ; Funkentekechy Vs. The Placebo Syndrome", 1978 ; "One Nation Under A Groove", 1978).

George Clinton rencontre encore des difficultés législatives au début des années 1980, lorsque Polygram acquiert le label Casablanca. Parliament et Funkadelic disparaissent alors en 1982, et leur leader se lance dans une carrière solo. Signé auprès de Capitol, il diffuse "Computer Games" cette année-là, lequel fait fureur grâce au tube dancefloor Atomic Dog. S'en suivront d'autres petits hits comme Nubian Nut ou Do Fries Go With That, mais, plus il avance dans la décennie, plus l'extravagant chanteur perd en popularité. Même auprès de son groupe, réuni sous le sigle des P-Funk All Stars, le génie du funk a bien du mal à trouver sa place dans cette nouvelle ère qui a tout simplement effectué un rejet total du disco et tout ce qui l'entoure.

George Clinton parvient finalement à resurgir à la toute fin des années 1980, signant auprès du label de Prince, Pailsey Park, pour diffuser "The Cinderella Theory" (1989) puis "Hey Man, Smell My Finger" ...
(1993). Il connaît par ailleurs un regain de notoriété grâce à quelques rappeurs qui font appel à ses talents de producteurs et empruntent même plusieurs échantillons de ses tubes : alors qu'un certain Dr. Dre s'inspire largement de la musique du P-Funk pour créer sa G-Funk, l'air d'Aqua Boogie envahit notamment les premières notes du fameux Shit Don't Stop (1994) de Tupac Shakur et Atomic Dog se voit samplé sur d'innombrables titres par d'autres stars du hip-hop comme Snoop Dogg, Ice Cube, MC Hammer ou encore De La Soul. Cette influence incontestable dans le monde de la musique lui vaut, au nom de ses formations Parliament/Funkadelic, d'être introduit en 1997 au fameux Rock and Roll Hall of Fame.

Celui que le panthéon du rock présente ainsi : "Si James Brown est le père fondateur du funk, Clinton en est l'architecte en chef et tacticien", continue de rayonner dans le nouveau millénaire. Alors qu'il fait notamment l'introduction de l'album "That Blue Carpet Treatment" de Snoop Dogg en 2006, il apparaît également sur le petit écran cette année-là avec un cameo dans la sitcom à succès "How I Met Your Mother". Deux ans plus tard, le chanteur diffuse un album de reprises intitulé "George Clinton and His Gangsters of Love", sur lequel figurent des invités de marque de divers horizons, comme Sly Stone, les Red Hot Chili Peppers, RZA ou encore Carlos Santana.

George Clinton a toutefois largement réduit la cadence, et ce d'autant plus depuis la mort de son fils George Clinton Jr. d'une maladie du foie en 2010. Le chanteur diffuse un dernier album studio au nom de Funkadelic en 2014, "First Ya Gotta Shake the Gate", et affiche depuis un tout nouveau look - exit les perruques hautes-en-couleur, place au chapeau et costard, bien que toujours bariolé - à l'occasion de quelques apparitions événements. Notamment en 2015, aux côtés de Mary J. Blige, Grandmaster Flash et Mark Ronson sur la scène du Glastonbury Festival pour entonner le tube de ce dernier, Uptown Funk.

Discographie :

En solo

2008 : George Clinton and His Gangsters of Love
2005 : How Late Do U Have 2BB4UR Absent ?
1996 : T.A.P.O.A.F.O.M.
1993 : Dope Dogs
1993 : Hey Man, Smell My Finger
1989 : The Cinderella Story
1986 : R&B Skeletons in the Closet
1985 : Some of My Best Jokes Are Friends
1982 : You Shouldn't-Nuf Bit Fish
1982 : Computer Games

Funkadelic

2014 : First Ya Gotta Shake the Gate
2008 : Toys
2007 : By Way Of The Drum
1981 : The Electric Spanking of War Babies
1980 : Connections & Disconnections
1979 : Uncle Jam Wants You
1978 : One Nation Under a Groove
1976 : Hardcore Jollies
1976 : Tales of Kidd Funkadelic
1975 : Let's Take It to the Stage
1974 : Standing on the Verge of Getting It On
1973 : Cosmic Slop
1972 : America Eats Its Young
1971 : Maggot Brain
1970 : Free Your Mind... and Your Ass Will Follow
1970 : Funkadelic

Parliament

1980 : Trombipulation
1979 : Gloryhallastoopid
1978 : Motor Booty Affair
1977 : Funkentelechy Vs. The Placebo Syndrome
1976 : The Clones of Dr. Funkestein
1975 : Mothership Connection
1975 : Chocolate City
1974 : Up for the Down Stroke
1970 : Osmium

Ses dernières news

Toutes ses news
Brian Wilson va bientôt publier ses mémoires
Sébastien Jenvrin
13 avril 2016

Brian Wilson va bientôt publier ses mémoires

13 avril 2016
article
Sly and the Family Stone : mort de la trompettiste Cynthia Robinson
Sébastien Jenvrin
27 novembre 2015

Sly and the Family Stone : mort de la ...

27 novembre 2015
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos

Ses derniers films

Tous ses films

Kuso

horreur
sortie le 1 janvier 2017
Kuso

Horrorween

comédie
sortie le 1 janvier 2011
Horrorween
 
0 commentaire - George Clinton
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]