Gilles Jacob

©Abaca, Marechal Aurore
D'origine juive, le jeune Gilles quitte la capitale pour les Alpes et se réfugie pendant toute la guerre dans le séminaire d'Assomptionnistes de Miribel-les-Echelles en Isère. Alors qu'il a 11 ans, il se cache avec son frère dans l'harmonium de la chapelle, où ils resteront des heures tandis que les Allemands cerneront les lieux. Cette scène marquante de son existence sera reprise dans un film de Louis Malle, "Au revoir les enfants", sorti en salles en 1987.
Après la guerre, l'adolescent qu'il est devenu retourne dans la ville Lumière et intègre le lycée Louis-Le-Grand. Parmi ses camarades, Claude Chabrol, avec qui il fait l'école buissonnière pour se faufiler dans les salles obscures. A l'instar de l'un de ses autres amis, François Truffaut, il prend la plume et travaille comme critique pour la revue Cinéma de 1964 à 1968, avant de collaborer aux Nouvelles Littéraires pendant quatre ans.
En 1973, Gilles Jacob devient secrétaire général adjoint de l'Association française de la critique de cinéma. Ses avis tranchés sur le cinéma de Claude Berri et Woody Allen mais surtout sa critique virulente sur le film "Histoire d'O", de Just Jaeckin, défendu par Jean-Jacques Servan-Schreiber, l'obligent à quitter en 1975 le magazine L'Express qu'il avait intégré trois ans plus tôt. Cette époque est également marquée par son arrivée en 1977 dans l'émission Le Masque et la plume, programme retransmis sur FR3, qu'il produit et présente.
Cette année-là, sa cinéphilie prend une toute autre ampleur : il se fait élire délégué général du Festival de Cannes, un an après avoir officié comme délégué général du Festival de Cannes auprès de Maurice Bessy. Ses missions sont les suivantes : visionner le maximum de films du monde entier afin de trouver les prétendants officiels qui concourront pour la fameuse Palme d'Or. En 1979, il montre déjà tout son talent et son intuition en sélectionnant "Le Tambour" et "Apocalypse ...
Now" qui deviendront de véritables classiques du 7ème art.
Président du Festival de Cannes de 2001 à 2014, Gilles Jacob contribue au rayonnement international du Festival. En mettant en avant les stars et les cinéastes, il donne à l'événement l'occasion d'être l'une des plus grandes manifestations cinématographiques annuelles. Il oeuvre notamment à la création, en 1978, de La caméra d'Or, qui donne une visibilité aux jeunes réalisateurs, la sélection Un Certain Regard, qui propose des films parfois en marge des codes habituels du cinéma ou encore la fondation du nouveau Palais en 1979 dans le but de favoriser l'accueil des journalistes et donner ainsi une plus grande dimension médiatique à l'événement. Il donne aussi au Festival une dimension plus historique en organisant des projections de films de patrimoine.
Si on le voit chaque année au milieu des photographes sur le célèbre tapis rouge de Cannes, l'homme reste toujours en coulisses. Entre les années 1980 et aujourd'hui, il prend la caméra pour réaliser des films portant sur ses actrices fétiches (Jeanne Moreau, Anna Magnani) ou sur le Festival de Cannes ("Le Cinéma dans les yeux", "Histoires de Festival", "Les Marches, etc.").
En 2014, Gilles Jacob range son noeud papillon cannois après 38 années d'engouement pour le cinéma pluriel. Thierry Frémaux, qu'il avait choisi en 2001 pour devenir le nouveau délégué général, conserve son poste et s'accompagne désormais de Pierre Lescure, nouveau président de l'évènement.
Gilles Jacob porte aujourd'hui la casquette de Président d'honneur du Festival de Cannes, et quand il ne tweete pas à tout-va en conseillant des pépites du cinéma, le cinévore se charge de la Cinéfondation, accompagnant les étudiants de cinéma venant des quatre coins du monde, ayant déjà fait un film ou souhaitant passer derrière la caméra pour la première fois. L'ancienne génération qui forme la nouvelle : le relais est passé.
Récompenses :
2014 : Grand officier de la Légion d'honneur
1999 : Commandeur de l'ordre national du Mérite

Ses dernières news

Toutes ses news
Claude Rich boudé par les chaînes télé ?
Marc-Emmanuel Adjou
25 juillet 2017

Claude Rich boudé par les chaînes télé ?

25 juillet 2017
article
Une Palme d'or et une célèbre planche de surf vendues aux enchères à Cannes
Fabien Gallet
18 mai 2016

Une Palme d'or et une célèbre planche de surf ...

18 mai 2016
article
Michel Piccoli sort son autobiographie : "Je suis indigné de ne plus jouer"
Fabien Gallet
06 novembre 2015

Michel Piccoli sort son autobiographie : ...

06 novembre 2015
article
Yvette Lebon, la doyenne des actrices françaises, s'est éteinte
04 août 2014

Yvette Lebon, la doyenne des actrices ...

04 août 2014
news

Ses derniers films

Tous ses films

Une journée particulière

documentaire
sortie le 1 janvier 2012
Une journée particulière

HH, Hitler à Hollywood

drame
sortie le 4 mai 2011
HH, Hitler à Hollywood

Chacun son cinéma

comédie
sortie le 31 octobre 2007
Chacun son cinéma

Michael Moore : Polémique Système

documentaire
sortie le 1 janvier 2007
Michael Moore : Polémique Système
 
0 commentaire - Gilles Jacob
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]