Heidemarie Jiline Sander

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
©BestImage

Diplômée de design en textile, Jil sera un temps journaliste avant de commencer à créer des vêtements en tant que styliste indépendante. Sa première boutique ouvre ses portes en 1968 : elle y vend notamment des vêtements de la marque Rykiel ou encore Mugler. Environ six ans plus tard, la jeune styliste créé sa première collection éponyme qu'elle commercialise dans sa propre boutique et présente à Paris. Touche à tout, la jeune femme se lance également dans les cosmétiques et les parfums en 1979.

Les créations de la styliste se veulent élégantes, sobres, modernes et pratiques : classée dans le mouvement des "modernistes" et des "minimalistes" de la mode des années 1980-1990, Jil Sander refuse que son travail soit considéré de façon artistique ou politique. Celle que l'on surnomme "la reine du minimum", se contente de couleurs neutres et monochromes : le gris, le beige et le bleu marine sont ses couleurs de prédilection depuis les années 1990. Ses vêtements sont fluides, épurés et féminin et rencontrent le succès auprès des femmes d'affaires entre autres.

Son entreprise, cotée à la bourse de Francfort dès la fin des années 1980, s'étend : elle ouvre alors une première boutique à Paris en 1993, puis une seconde à Milan et enfin une autre à Chicago. C'est en 1997 qu'elle présente sa première collection pour homme en Italie. Durant ces années, sa société réalise environ 100 millions de dollars de chiffre d'affaires : un petit chiffre face aux grands groupes rivaux. Au début de l'an 2000, le groupe italien Prada acquiert la majorité des parts de son entreprise dans le but d'y injecter des fonds pour son développement.

Cependant, Jil Sander, à la fois présidente et styliste en chef, entretient des relations difficiles avec Patrizio Bertelli qui intervient dans toutes les décisions. Minimaliste et élitiste, le style de la créatrice allemande jure avec le modèle économique de Prada : une large diffusion ne correspond pas à la démarche de Sander. C'est ainsi que la maison de haute couture italienne imposera une baisse des techniques de confection ou de la qualité des textiles. Furieuse, Jil Sander démissionne cinq mois plus tard, perdant par la même occasion l'usage de son nom.

C'est en 2003 qu'elle reviendra vers sa marque pour rapidement la quitter de nouveau. Remplacée par Raf Simons, ce dernier conservera son style minimaliste : elle le soutiendra publiquement dans son rôle de directeur artistique. Prada revend Jil Sander AG en 2006 à un groupe britannique qui le revendra lui-même à un groupe japonais deux ans plus tard. En 2009, on retrouve la styliste en tant que consultante.

Après avoir collaboré trois ans avec le groupe UNIQLO, Jil Sander est appelée à récupérer la direction artistique de la maison portant son nom par le groupe japonais qui la possède et après le départ de Raf Simons chez Dior. Cependant, elle quittera son poste peu après, pour la troisième fois de sa carrière.

 
0 commentaire - Heidemarie Jiline Sander
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]