John Lee Hooker

©Getty Images, Justin Ide

Au divorce de ses parents, en 1921, il découvre le blues à travers le nouveau mari de sa mère, Willie Moore, un ouvrier agricole bluesman à ses heures perdues. Il lui fait découvrir les classiques de ce genre musical, dérivé des chants de travail des populations afro-américaines, et le forme à la guitare.

Dès 1932, une dizaine d'années après la mort de son père, John Lee Hooker quitte le foyer familial et coupe totalement les ponts avec sa mère et son beau-père. Il part chercher du travail à Détroit et s'y installe définitivement en 1943. Réputée pour être la capitale de l'industrie automobile, le vingtenaire y trouve un poste d'ouvrier, tout en cherchant en parallèle à se produire sur de petites scènes.

Ses débuts sur scène sont difficiles, sa guitare sèche avec laquelle il joue son blues, n'impacte pas assez les oreilles des clients et se perd dans le brouhaha des bars de Détroit. C'est alors que le bluesman tente une nouvelle approche en se procurant une guitare électrique. Le son est alors amplifié et ses morceaux raisonnent tellement bien qu'il sort son premier morceau en 1948, qu'il baptise Boogie Chillen. L'année suivante, le titre se classe numéro 1 dans les charts.

Malgré ce succès, les salaires dérisoires versés aux musiciens noirs à l'époque le contraignent à multiplier ses contrats avec des maisons de disque et de ce fait à changer de noms. Il prendra notamment les pseudos de John Lee Booker, Johnny Hooker et John Cooker.

Artisan du blues, il bat la mesure en tapant sur une planchette de bois contreplaquée fixée sous sa chaussure. En 1951, le morceau I'm in the Mood se classe numéro 1 des charts pendant quatre semaines consécutives. Mais la fin des années 1950 est marquée par l'arrivée du rythm and blues, qui fait de l'ombre au blues que joue Hooker. La carrière du bluesman stagne et nombre de musiciens de sa génération retournent travailler à l'usine.

John Lee Hooker doit sa renaissance au British blues boom, ces musiciens anglais - Eric Clapton, les Rolling Stones, Alexis Korner - qui s'inspirent du blues dans leur musique et lui redonne ses lettres de noblesse. Le blues connait alors une seconde jeunesse à la fin des années 1960 et offre à Hooker un regain d'intérêt, sortant pas moins de 80 albums tout au long de sa carrière. Il se fait notamment connaître en France avec les titres restés célèbres
Boom Boom (1962) et Shake It Baby (1963).

Vingt ans plus tard, le musicien américain, qui n'a cessé de propager le son du blues aux quatre coins du monde, est approché par le cinéma. John Landis, qui a pour projet de réaliser la comédie musicale dopée au blues The Blues Brothers(1980), le contacte pour qu'il prenne part au film. C'est comme ça que le chanteur s'est retrouvé dans l'une des scènes du film, dans laquelle on le voit jouer en pleine rue avec ses musiciens alors que les passants font leur marché. Chose rare à l'époque, sa prestation est filmée et enregistrée en live.

En 1989, il enregistre, avec, entre autres, Carlos Santana et Keith Richards, l'album The Healer, pour lequel il reçoit le Grammy Award du meilleur album de blues traditionnel.

Durant les dernières années de sa vie, John Lee Hooker s'installe à San Fransisco, où il ouvre un club de blues qu'il nomme Boom Boom Room. Tombé malade en 2001, à l'aube d'une tournée en Europe, il meurt le 21 juin de cette année-là, à Los Altos en Californie, à l'âge de 83 ans.

Filmographie :

1980 : The Blues Brothers

Discographie :

2004 : Jack O' Diamonds: The 1949 Recordings
2003 : Face to Face
2003 : Burning Hell (Our World)
2003 : Rock With Me
2003 : Blues is my soul
2001 : The Cream (Re-issue)
2000 : On Campus
1998 : Black Man Blues
1997 : Don't Look Back
1997 : Alone: The Second Concert
1996 : Alone: The First Concert
1996 : Moanin' the Blues (Eclipse)
1995 : Chill Out
1995 : Whiskey & Wimmen
1995 : Blues for Big Town
1994 : King of the Boogie
1994 : Original Folk Blues... Plus
1994 : Dimples (Classic Blues)
1993 : Nothing But The Blues
1992 : Boom Boom
1992 : This Is Hip
1992 : Urban Blues
1991 : More Real Folk Blues: The Missing Album
1991 : Mr. Lucky
1990 : Don't You Remember Me
1989 : Highway Of Blues
1989 : The Detroit Lion
1989 : The Healer
1988 : Trouble Blues
1987 : Jealous
1980 : Everybody Rockin'
1980 : Sittin' Here Thinkin'
1979 : Sad And Lonesome
1978 : The Cream
1977 : Black Snake
1977 : Dusty Road
1976 : Alone
1976 : In Person
1974 : Free Beer And Chicken
1974 : Mad Man Blues
1973 : Born In Mississippi, Raised Up In Tennessee
1972 : Detroit Special
1971 : Endless Boogie
1971 : Half A Stranger
1971 : Hooker'n'Heat/Infinite boogie
1971 : I Feel Good
1971 : Goin' Down Highway 51
1971 : Never Get Out Of These Blues Alive
1970 : If You Miss 'Im... I Got 'Im
1970 : John Lee Hooker on the Waterfront
1970 : Moanin' and Stompin' Blues
1969 : If You Miss'Im I Got'Im
1969 : Simply The Truth
1969 : Get Back Home
1969 : That's Where It's At!
1968 : Hooked on Blues
1966 : It Serves You Right to Suffer
1966 : The Real Folk Blues
1965 : Hooker & The Hogs
1964 : Burning Hell
1964 : Great Blues Sounds
1964 : I Want to Shout the Blues
1964 : The Big Soul of John Lee Hooker
1962 : Burnin'
1962 : Drifting the Blues
1962 : The Blues
1962 : Tupelo Blues
1961 : John Lee Hooker Sing The Blues
1961 : Plays And Sings The Blues
1961 : The Folk Lore of John Lee Hooker
1960 : Blues Man
1960 : I'm John Lee Hooker
1960 : That's My Story
1960 : Traveling'
1959 : Folk Blues
1959 : House Of The Blues
1959 : The Country Blues of John Lee Hooker

Récompenses :

1989 : Grammy Award du meilleur album de blues traditionnel pour The Healer

Ses dernières news

Toutes ses news
En écoute : SANSEVERINO "Montreuil / Memphis"
La rédaction
18 octobre 2017

En écoute : SANSEVERINO "Montreuil / ...

18 octobre 2017
article

Sa discographie avec

Toute sa discographie
 
0 commentaire - John Lee Hooker
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]