Maïwenn

©Abaca

Il semble pourtant que le destin se soit chargé de conforter cette dernière puisque Maïwenn est considérée, aujourd'hui, comme une artiste accomplie, réalisatrice de premier ordre après le succès légitime (critique et public) de ses trois premiers films. Maïwenn est par ailleurs la soeur d'Isild Le Besco (actrice au talent tout aussi exemplaire) et de Jowan Le Besco (scénariste, réalisateur et chef opérateur). Maïwenn est, en outre, la demi-soeur de Léonor Graser et Kolia Litscher.

Maïwenn débute sa carrière d'actrice très jeune. Dès l'âge de trois ans, sa mère lui impose de courir les castings pour que l'enfant soit le plus rapidement repéré par la profession. Maïwenn fait ainsi une première apparition sur le grand écran, en 1981, sous les traits de la petite Prune dans le film L'année prochaine si tout va bien de Jean-Loup Hubert. Deux ans plus tard, elle incarne Isabelle Adjani enfant dans L'Eté meurtrier de Jean Becker. La même année, le téléspectateur la retrouve au générique des séries Cinéma 16 (segment "Le bois-Cormier") et Les enquêtes du commissaire Maigret (elle joue Colette dans l'épisode "Un Noël de Maigret"). En parallèle, Maïwenn fait ses débuts sur les planches sous la direction du metteur en scène Aurélien Recoing. Trois ans plus tard, l'enfant actrice est de nouveau engagée par le cinéma dans L'état de grâce de Jacques Rouffio, puis dans L'autre nuit de Jean-Pierre Limosin (1988).

Au début des années 90, le parcours de Maïwenn semble s'orienter vers le mannequinat en remportant un concours de beauté organisé par le magazine "20 ans". Cette expérience (désopilante) demeure sans suite. L'actrice, maintenant adolescente, obtient à cette époque deux rôles qui marqueront indubitablement sa carrière : celui d'Hermine dans Lacenaire (1990) de Francis Girod, et celui de Carole Lambert dans La gamine (1992) d'Hervé Palud. En 1991, Maïwenn fait la rencontre déterminante de Luc Besson lors de la cérémonie des César. L'année suivante, alors âgée de 16 ans, elle se marie avec le réalisateur et donne naissance à une petite fille dénommée Shanna. Refusant de devenir l'égérie à l'écran de son mari, Maïwenn accepte néanmoins le petit rôle de Ouin-Ouin dans Léon, puis de remplacer au pied levé l'actrice démissionnaire qui devait interpréter la diva peinturlurée du Cinquième élément.

Après sa séparation d'avec Luc Besson, Maïwenn se réfugie aux Etats-Unis. A son retour, Maïwenn, sans un sou, reprend ses activités artistiques par les planches, en participant aussi à différents courts métrages de jeunes réalisateurs (dont 8 rue Charlot de Bruno Garcia en 2001), ainsi que des séries télévisées (Nestor Burma ou Caméra Café). Motivée par l'une de ses professeurs de théâtre, l'actrice commence la rédaction d'un one-man show intitulé Pois chiche, où elle exprime d'une manière détournée son désarroi familial. Présenté au Café de la Gare, le spectacle remporte un vif succès et conforte l'actrice dans l'écriture.

La comédienne fait son retour au cinéma en 2003, dans Osmose de Raphael Fejtö. Cette année-là, elle tient plus encore le haut de l'affiche aux côtés de Cécile De France dans Haute tension, le deuxième thriller horrifique du Français aujourd'hui immigré aux Etats-Unis, Alexandre Aja. En 2004, son spectacle Pois chiche trouve son extension dans un premier court-métrage intitulé I'm an actrice. Dans ce format de 24 minutes, Maïwenn continue d'exorciser son mal-être originel dans le rôle d'une mère face à sa fille (incarnée par sa propre progéniture, Shanna). En 2004, toujours, elle joue dans Le genre humain - 1ère partie : Les Parisiens de Claude Lelouch. Le cinéaste la recrute à nouveau pour Le courage d'aimer (présenté en France l'année suivante).

En 2006, Maïwenn sort son premier long métrage, intitulé Pardonnez-moi, sorte de Festen rageur ayant la volonté de solder définitivement ses relations houleuses avec ses parents. C'est un nouveau succès (nomination au César du meilleur espoir féminin, nomination au César du meilleur premier film). Le format docu-fiction lui sied à merveille. Elle transforme l'essai en 2009 avec Le Bal des actrices (couronné du Prix Henri Langlois ) où elle se penche, cette fois, sur les névroses du métier d'actrice et sur le tournage duquel elle rencontre Joey Starr.

Maïwenn fait de nouveau appel au chanteur du Suprême NTM pour Polisse, qui traite encore de l'enfance maltraitée, cette fois-ci du point de vue d'une Brigade de Protection des Mineurs. Immense succès ! Polisse remporte le Prix du Jury au Festival de Cannes et réalise un carton plein au box-office (l'oeuvre cumule encore trois nominations aux César : Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario original). En 2012, l'actrice et réalisatrice est à l'affiche de Télé Gaucho de Michel Leclerc. Cette même année, Maïwenn est nommée Chevalier de l'Ordre des arts et lettres. En 2015, elle revient avec sa nouvelle réalisation, Mon roi, présenté en compétition officielle du Festival de Cannes.

Filmographie :

Cinéma

Actrice

1981 : L'Année prochaine... si tout va bien de Jean-Loup Hubert
1983 : L'Été meurtrier de Jean Becker
1986 : L'État de grâce de Jacques Rouffio
1987 : Cinématon no 994 de Gérard Courant
1988 : L'Autre Nuit de Jean-Pierre Limosin
1990 : Lacenaire de Francis Girod
1991 : La Gamine de Hervé Palud
1994 : Léon de Luc Besson
1996 : Le Cinquième Élément de Luc Besson
2000 : La Mécanique des femmes de Jérôme de Missolz
2001 : 8, rue Charlot de Bruno Garcia
2003 : Haute Tension de Alexandre Aja
2004 : Osmose de Raphaël Fejtö
2004 : Les Parisiens de Claude Lelouch
2005 : Le Courage d'aimer de Claude Lelouch
2006 : Pardonnez-moi
2008 : Le Bal des actrices
2011 : Polisse
2012 : Télé gaucho de Michel Leclerc
2013 : L'amour est un crime parfait d'Arnaud et Jean-Marie Larrieu

Réalisatrice et scénariste

2004 : I'm an Actrice (court-métrage)
2006 : Pardonnez-moi (également productrice)
2009 : Le Bal des actrices
2011 : Polisse
2015 : Mon roi

Télévision

Actrice

1983 : Les Enquêtes du commissaire Maigret, épisode : Un Noël de Maigret de Jean-Paul Sassy
1985 : Double Face (téléfilm)
1990 : La Famille Ramdam, série télévisée de Christiane Lehérissey
2001 : L'Oiseau rare, téléfilm de Didier Albert
2002 : Caméra Café, un épisode :La fiancée venue du froid

Récompenses :

2006 : Chistera du jury des jeunes et du meilleur réalisateur au Festival international des jeunes réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz pour Pardonnez-moi

2007 : Prix Robert Enrico du Festival international du film d'aventures de Valenciennes pour Pardonnez-moi

2011 : Lumière sur... by Kinepolis pour Polisse

Coup de coeur des cinémas Gaumont Pathé pour Polisse

Grand Prix cinéma Elle pour Polisse

Prix du Jury du Festival de Cannes pour Polisse

2012 : Prix Jacques Deray pour Polisse

Trophée de la personnalité de l'année des Trophées du Film français

Mention spéciale du Colcoa Film Festival pour Polisse

Meilleur réalisateur aux Lumières de la presse étrangère pour Polisse

Ses dernières news

Toutes ses news
Ils sont chanteurs et cartonnent au cinéma
Clara Lemaire
23 novembre 2016

Ils sont chanteurs et cartonnent au cinéma

23 novembre 2016
diaporama
Maïwenn : son coup de gueule contre les César
Roxane Centola
29 février 2016

Maïwenn : son coup de gueule contre les César

29 février 2016
article
Les femmes de la semaine du 23 au 29 janvier 2016
Hélène Demarly
29 janvier 2016

Les femmes de la semaine du 23 au 29 janvier 2016

29 janvier 2016
diaporama
César 2016 : Marguerite et Trois souvenirs de ma jeunesse mènent les nominations
Pauline Julien
27 janvier 2016

César 2016 : Marguerite et Trois souvenirs de...

27 janvier 2016
article
 
0 commentaire - Maïwenn
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]