Michel Piccoli

©Abaca, Genin Nicolas/ABACA
Michel Piccoli, né le 27 décembre 1925 à Paris, est un acteur mais aussi producteur, réalisateur et scénariste. Fils de musiciens, il suit une formation de comédien au cours Simon. Au début de sa carrière, il se consacre surtout à la scène, comme tout bon comédien dans les années 1940.
Au sortir de la guerre, le réalisateur Christian-Jaque le fait tourner dans ses "Sortilèges" et par la suite dans "Le Point du jour" de Louis Daquin. Jean-Pierre Melville, remarque aussi le jeune Piccoli qui le met en lumière dans "Le Doulos".
Actif pendant le mouvement de la Nouvelle Vague, le tournant se fait grâce au couple de légende qu'il forme avec Brigitte Bardot dans "Le Mépris" de Jean-Luc Godard (1963). L'incendiaire Brigitte, alanguie sur le lit lui lance cette réplique mémorable : "Et mes seins, tu les aimes ?", sa carrière déjà bien lancée permet à Piccoli de s'imposer comme un acteur incontournable de son époque.
En 1967, pour "Les Demoiselles de Rochefort", Jacques Demy lui confie le rôle résolument charmant de Simon Dame. Ce marchand d'instruments de musique assène qu'il porte "un nom fort ridicule" et décide de s'installer à Rochefort pour retrouver son amour de jeunesse, incarnée par Danielle Darrieux. A l'instar des autres vedettes du film comme Catherine Deneuve, Françoise Dorléac ou Gene Kelly, l'acteur interprète lui-même ses chansons.
Après sa prestation télévisée de "Dom Juan" chez Marcel Bluwal en 1965, il entretient avec le chef de file des surréalistes Luis Buñuel une longue collaboration cinématographique commencée dès 1956 avec "La Mort en ce jardin" puis "Le Fantôme de la liberté" (1974).
En 1970, le maître de la comédie dramatique Claude Sautet, en fait son Pierre dans "Les Choses de la vie" (1970) où il campe un homme en proie au doute amoureux, s'éloignant de sa compagne incarnée par Romy Schneider et qui voit sa vie défiler après un accident de voiture. Le jeu de Piccoli est élégant, sombre. Il retrouve le réalisateur en 1974 pour "Vincent, François, Paul... Et les autres", l'un des premiers films de copains à la française, où les amitiés et les amours s'entrecoupent à l'écran. Michel Piccoli excelle dans le rôle du mari déçu, souvent en crise avec lui-même.
L'acteur ose prendre des risques en jouant dans plusieurs films à scandale comme "La Grande Bouffe" en 1973 de Marco Ferreri, il prend plaisir à jouer les escrocs dans "Sept morts sur ordonnance" en 1975 et excelle dans l'ambiguïté de l'interprétation dans "Le Saut dans le vide" et "Une étrange affaire" - deux rôles qui lui valent deux prix d'interprétation à Cannes en 1980 et à Berlin en 1982.
Le sexagénaire joue ensuite dans "Milou en mai" (1989) ou "La Belle Noiseuse" (1990). Réalisateur, il signe en 1997 "Alors voilà", suivi de "La Plage noire", une réflexion sur l'exil et la liberté. La singularité du metteur en scène se confirme avec "C'est pas tout à fait la vie dont j'avais rêvé", présenté en Sélection officielle à Cannes en 2005. Avec "Habemus Papam" de Nanni Moretti, il signe l'interprétation d'un pape qui refuse d'avoir été choisi par ses pairs, prestation qui lui vaut des critiques dithyrambiques.
Michel Piccoli s'est marié trois fois, avec Eleonore Hirt (dont il aura une fille), l'interprète Juliette Gréco puis Ludivine Clerc. Proche de Sartre,Signoret ou De Beauvoir, qui supportèrent tous le mouvement communiste, il s'opposa à la dictature communiste en Europe de l'Est. Michel Piccoli est un homme de gauche dont l'engagement est reconnu.
Filmographie :
2013 : Le Goût des myrtilles, de Thomas de Thier
2012 : Vous n'avez encore rien vu, d'Alain Resnais
2012 : Holy Motors, de Leos Carax
2012 : Les Lignes de Wellington, de Raoul Ruiz et Valeria Sarmiento
2011 : Habemus Papam, de Nanni Moretti
2009 : Le Bel Âge, de Laurent Perreau
2008 : De la guerre, de Bertrand Bonello
2008 : La Poussière du temps, de Théo Angelopoulos
2007 : Boxes, de Jane Birkin
2007 : Les Toits de Paris, d'Hiner Saleem
2007 : Chacun son cinéma, de Manoel de Oliveira, sketch Rencontre unique
2006 : Jardins en automne, d'Otar Iosseliani
2006 : Belle toujours, de Manoel de Oliveira
2006 : Ne touchez pas la hache, de Jacques Rivette
2006 : Seven Heroes, de Vadim Glowna
2005 : Le Miroir magique, de Manoel de Oliveira
2005 : La Ballade de Fairbanks, d'Alexandre Moix
2004 : Je t'aime... moi non plus, de Maria de Medeiros
2003 : La Prophétie des grenouilles, de Jacques-Rémy Girerd
2003 : Un homme, un vrai, de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
2003 : Ce jour-là, de Raoul Ruiz
2003 : La Petite Lili, de Claude Miller
2003 : Les Dessous de Lily, de François Breniaux
2002 : Mal de mer, d'Olivier Vinuesa
2001 : Je rentre à la maison, de Manoel de Oliveira
2001 : Intervention divine, d'Elia Suleiman
2000 : À propos de Buñuel,de José-Luis Lopez Linarez et Javier Rioyo
2000 : Ferreri, i love you, de Fiorella Infascelli
2000 : Tout va bien, on s'en va, de Claude Mouriéras
2000 : Paris à tout prix, d'Yves Jeuland et Pascale Sauvage
2000 : Nouvel ordre mondial... Quelque part en Afrique, de Philippe Diaz
1999 : Libero Burro, de Sergio Castellitto
1999 : Paris Tombouctou, de Luis Garcia Berlanga
1999 : Les Acteurs, de Bertrand Blier
1998 : Rien sur Robert, de Pascal Bonitzer
1998 : Passion in the Desert, de Lavinia Currier
1998 : Le Plus Beau Pays du monde, de Marcel Bluwal
1997 : Généalogies d'un crime, de Raoul Ruiz
1996 : Compagnon de voyage, de Peter Del Monte
1996 : Party, de Manoel de Oliveira
1996 : Tykho Moon, d'Enki Bilal
1995 : Beaumarchais, l'insolent, d'Édouard Molinaro
1995 : Deux fois cinquante ans de cinéma français, de Jean-Luc Godard et Anne-Marie
1994 : L'Émigré, de Youssef Chahine
1994 : L'Ange noir, de Jean-Claude Brisseau
1994 : Les Cent et Une Nuits de Simon Cinéma, d'Agnès Varda
1992 : Archipel, de Pierre Granier-Deferre
1992 : Le Souper, d'Édouard Molinaro
1992 : La Cavale des fous, de Marco Pico
1992 : Rupture(s), de Christine Citti
1991 : La Belle Noiseuse ou Divertimento, de Jacques Rivette
1991 : Le Voleur d'enfants, de Christian de Chalonge
1991 : Les équilibristes, de Nico Papatakis
1991 : Le Bal des casse-pieds, d'Yves Robert
1991 : Écrire contre l'oubli, de Michel Piccoli ...

1989 : Martha et moi, de Jiří Weiss
1988 : Y'a bon les blancs, de Marco Ferreri
1988 : Le Peuple singe, de Gérard Vienne
1987 : Maladie d'amour, de Jacques Deray
1987 : L'Homme voilé, de Maroun Bagdadi
1987 : Blanc de Chine, de Denys Granier-Deferre
1986 : Le Paltoquet, de Michel Deville
1986 : La Puritaine, de Jacques Doillon
1986 : Mauvais Sang, de Leos Carax
1986 : La Rumba, de Roger Hanin
1986 : Terre étrangère, de Luc Bondy
1985 : Mon beau-frère a tué ma soeur, de Jacques Rouffio
1984 : Le Succès à tout prix, de Jerzy Skolimowski
1984 : Adieu Bonaparte, de Youssef Chahine
1984 : Partir, revenir, de Claude Lelouch
1984 : Le Matelot 512, de René Allio
1984 : Péril en la demeure, de Michel Deville
1983 : La Diagonale du fou, de Richard Dembo
1983 : Viva la vie, de Claude Lelouch
1982 : Les Yeux, la bouche, de Marco Bellocchio
1982 : La Passante du Sans-Souci, de Jacques Rouffio
1982 : Derrière la porte, de Liliana Cavani
1982 : Une chambre en ville, de Jacques Demy
1982 : Le Prix du danger, d'Yves Boisset
1982 : Que les gros salaires lèvent le doigt !, de Denys Granier-Deferre
1982 : La Nuit de Varennes, d'Ettore Scola
1981 : Une étrange affaire, de Pierre Granier-Deferre
1981 : Espion lève-toi, d'Yves Boisset
1981 : Passion, de Jean-Luc Godard
1980 : La Fille prodigue, de Jacques Doillon
1979 : Mélodie meurtrière, de Sergio Corbucci
1979 : Le Mors aux dents, de Laurent Heynemann
1979 : Le Saut dans le vide, de Marco Bellocchio
1979 : Le Prix de la survie, de Hans Noever
1979 : Atlantic City, de Louis Malle
1978 : La Petite Fille en velours bleu, d'Alan Bridges
1978 : Le Divorcement, de Pierre Barouh
1978 : Le Sucre, de Jacques Rouffio
1977 : Des enfants gâtés, de Bertrand Tavernier
1977 : L'Imprécateur, de Jean-Louis Bertuccelli
1977 : La Part du feu, d'Étienne Périer
1977 : Cet obscur objet du désir, de Luis Buñuel
1976 : Mado, de Claude Sautet
1976 : René la Canne, de Francis Girod
1975 : Léonor, de Juan Buñuel
1975 : Sept morts sur ordonnance, de Jacques Rouffio
1975 : La Dernière Femme, de Marco Ferreri
1975 : F... comme Fairbanks, de Maurice Dugowson
1975 : Todo modo, d'Elio Petri
1974 : Le Trio infernal, de Francis Girod
1974 : Le Fantôme de la liberté, de Luis Buñuel
1974 : Vincent, François, Paul... et les autres, de Claude Sautet
1974 : La Faille, de Peter Fleischmann
1974 : E comincio il viaggio nella veretigine, de Toni de Grégorio
1973 : Themroc, de Claude Faraldo
1973 : La Grande Bouffe, de Marco Ferreri
1973 : Touche pas à la femme blanche, de Marco Ferreri
1973 : Grandeur nature, de Luis Berlanga
1973 : Un amour de pluie, de Jean-Claude Brialy
1972 : L'Attentat, d'Yves Boisset
1972 : Le Charme discret de la bourgeoisie, de Luis Buñuel
1972 : La Femme en bleu, de Michel Deville
1972 : Le Far West, de Jacques Brel
1972 : Les Noces rouges, de Claude Chabrol
1972 : César et Rosalie, de Claude Sautet
1971 : Max et les Ferrailleurs, de Claude Sautet
1971 : La Poudre d'escampette, de Philippe de Broca
1971 : La Décade prodigieuse, de Claude Chabrol
1971 : Liza, de Marco Ferreri
1970 : L'Audience, de Marco Ferreri
1970 : Les Choses de la vie, de Claude Sautet
1969 : La Voie lactée, de Luis Buñuel
1969 : L'Étau, d'Alfred Hitchcock
1969 : L'Invitée, de Vittorio De Seta
1969 : L'Invasion, d'Yves Allégret
1968 : La Chamade, d'Alain Cavalier
1968 : Dillinger est mort, de Marco Ferreri
1968 : Danger : Diabolik !, de Mario Bava
1968 : La Prisonnière, d'Henri-Georges Clouzot
1967 : Benjamin ou les Mémoires d'un puceau, de Michel Deville
1966 : La Voleuse, de Jean Chapot
1966 : Les Demoiselles de Rochefort, de Jacques Demy
1966 : Un homme de trop, de Constantin Costa-Gavras
1966 : Belle de jour, de Luis Buñuel
1966 : Mon amour, mon amour, de Nadine Trintignant
1965 : Compartiment tueurs, de Constantin Costa-Gavras
1965 : Les Ruses du diable, de Paul Vecchiali
1965 : La guerre est finie, d'Alain Resnais
1965 : Les Créatures, d'Agnès Varda
1965 : Lady L, de Peter Ustinov
1965 : Paris brûle-t-il ?, de René Clément
1965 : La Curée, de Roger Vadim
1964 : De l'amour, de Jean Aurel
1964 : Doubles masques et agents doubles,de Basil Dearden
1964 : Marie Soleil, d'Antoine Bourseiller
1964 : Le Coup de grâce, de Jean Cayrol et Claude Durand
1963 : Le Journal d'une femme de chambre, de Luis Buñuel
1963 : Le Mépris, de Jean-Luc Godard
1962 : Climats, de Stellio Lorenzi
1962 : Le Doulos, de Jean-Pierre Melville
1962 : Le Jour et l'Heure, de René Clément
1961 : Les Vierges de Rome, de Vittorio Cottafavi et Carlo Ludovico
1961 : Le Rendez-vous, de Jean Delannoy
1960 : Le Bal des espions, de Michel Clément
1959 : La Bête à l'affût, de Pierre Chenal
1959 : La Dragée haute, de Jean Kerchner
1957 : Les Copains du dimanche, d'Henri Aisner
1957 : Nathalie, de Christian-Jaque
1957 : Rafles sur la ville, de Pierre Chenal
1957 : Tabarin, de Richard Pottier
1956 : La Mort en ce jardin, de Luis Buñuel
1956 : Les Sorcières, de Salem de Raymond Rouleau
1955 : Ernst Thälmann : Führer seiner Klasse, de Kurt Maetzig
1955 : Les Mauvaises Rencontres, d'Alexandre Astruc
1955 : Les Grandes Manoeuvres, de René Clair
1955 : Marie-Antoinette, de Jean Delannoy
1954 : Interdit de séjour, de Maurice de Canonge
1954 : Tout chante autour de moi, de Pierre Gout
1954 : French Cancan, de Jean Renoir
1952 : Destinées, sketch Jeanne, de Jean Delannoy
1950 : ...Sans laisser d'adresse, de Jean-Paul Le Chanois
1945 : Sortilèges ou Le Cavalier de Riouclare, de Christian-Jaque
Récompenses :
1982 : Ours d'argent de la Berlinale pour Une étrange affaire
1980 : Prix d'interprétation au Festival de Cannes pour Le Saut dans le vide

Ses dernières news

Toutes ses news
10 films d'animation made in France
Marine de Guilhermier
27 juillet 2017

10 films d'animation made in France

27 juillet 2017
diaporama
Jane Birkin : "À Paris, tout me rappelle Kate : les lieux, les gens"
Fabien Gallet
26 octobre 2016

Jane Birkin : "À Paris, tout me rappelle...

26 octobre 2016
article
L'affiche officielle du 69ème Festival de Cannes vient d'être dévoilée
Pauline Julien
21 mars 2016

L'affiche officielle du 69ème Festival de...

21 mars 2016
article
Jacques Rivette, figure emblématique de la Nouvelle Vague, est décédé
Pauline Julien
29 janvier 2016

Jacques Rivette, figure emblématique de la...

29 janvier 2016
article

Ses derniers films

Tous ses films

Le Journal d'une femme de chambre

comédie dramatique
sortie le 2 août 2017
Le Journal d'une femme de chambre

La Voie lactée

comédie dramatique
sortie le 2 août 2017
La Voie lactée

Belle de Jour

drame
sortie le 2 août 2017
Belle de Jour

Le fantôme de la liberté

comédie dramatique
sortie le 2 août 2017
Le fantôme de la liberté
 
0 commentaire - Michel Piccoli
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]