Philippe Noiret

©Getty Images

Indiscipliné et fauteur de troubles, il se tisse une réputation de cancre dès son passage au lycée Janson-de-Sailly du 16ème arrondissement de Paris d'où il sera renvoyé. Ne pouvant compter sur les instances scolaires, il se remet dans le droit chemin grâce à la musique et plus particulièrement la chorale de la Cigale, filiale des Petits Chanteurs à la Croix de Bois, avec laquelle il enregistrera même un disque.

Son avenir professionnel se dessine lors de son séjour au pensionnat. Ne se sentant pas à sa place parmi des camarades aux ascendances aristocratiques, l'adolescent venu de la province trouve néanmoins un repère en la personne du Père Bouyer, qui lui propose de mettre en scène des pièces de théâtre. Il y révèle des talents de comédien mais les laisse de côté pour passer le baccalauréat.

Après trois échecs, il rouvre la parenthèse du théâtre et s'inscrit aux cours d'art dramatique de Roger Blin à Paris. Suivra une formation au Centre dramatique de l'Ouest, où il fera la connaissance de l'acteur, metteur en scène et réalisateur Jean-Pierre Darras.

Nous sommes dans les années 1950 et Philippe Noiret, malgré quelques erreurs de parcours, réalise son rêve et monte sur les planches au sein de la troupe de théâtre du Théâtre national populaire (TNP). Il se frotte à une quarantaine de rôles et se démarque dans des rôles de comiques dans les pièces de Molière et de Beaumarchais.

La décennie suivante est marquée par sa collaboration avec Jean-Pierre Darras, avec qui il forme un duo comique : les deux trublions se déguisent en Louis XIV et Jean Racine et passent en revue les absurdités de l'actualité politique. Parti du TNP en 1960, il abandonne le théâtre, happé tardivement par le cinéma et ses opportunités.

C'est Agnès Varda qui lui fait confiance la première. Cette dernière l'engage sur sa première réalisation, La Pointe Courte, après un désistement de dernière minute de Georges Wilson, son premier choix. Peu habitué à se voir à l'écran, il complexe rapidement n'ayant pas le physique de jeune premier et arborant un corps lourd et un nez proéminent.

La comédie lui fera prendre confiance en lui, notamment le film Zazie dans le métro (1960), de Louis Malle, dans lequel il campe un danseur travesti de cabaret et l'oncle de Zazie (Catherine Demongeot). Alors que la Nouvelle Vague bat son plein, Philippe Noiret s'affilie à des réalisateurs français de l'ancienne génération à l'instar de Jean Delannoy (Les Sultans) et René Clair (Tout l'or du monde) et débute timidement une carrière à l'internationale sous la direction de Peter Ustinov, William Klein et Vittorio De Sica.

Lauréat du prix Louis-Delluc en 1966 pour sa prestation dans La Vie de château, de Jean-Paul Rappeneau, il s'illustre ensuite dans de grands rôles, notamment dans Alexandre le bienheureux (1968), d'Yves Robert. Après une apparition dans le film d'espionnage L'Etau (1969), d'Alfred Hitchcock, il devient l'un des acteurs français les plus incontournables de sa génération : La Vieille fille, La Grande bouffe, Mes chers amis, Cinéma Paradiso - qui lui ouvrira une longue et belle carrière en Italie - sont autant de succès qui assoient sa réputation d'homme de cinéma.

Reconnu pour son éclectisme et ses personnages de "Monsieur Tout-le-Monde", Philippe Noiret fait une rencontre décisive dans les années 1970 : celle de Bertrand Tavernier, qu'il aide à monter son premier film, L'Horloger de Saint-Paul. Il deviendra son acteur fétiche, jouant dans sept de ses films (Le Juge et l'Assassin, La Vie et rien d'autre, Coup de torchon).

Le 3 avril 1976, il obtient son première nomination au César du meilleur acteur pour son rôle de médecin vengeant la mort de sa femme et de sa fille dans Le Vieux Fusil de Robert Enrico. Il ne cesse ensuite de démontrer son talent, tournant auprès de réalisateurs reconnus, à l'instar de Claude Chabrol, Alain Corneau et Philippe de Broca.

En 1984, il s'illustre dans le premier volet de la trilogie Les Ripoux, de Claude Zidi, avec Thierry Lhermitte, qui connaîtra un énorme succès en salles. Il reprendra son rôle de flic magouilleur dans Ripoux contre ripoux (1990) et Ripoux 3 (2003). Entre temps, Philippe Noiret remporte le seul César de sa carrière pour le drame de guerre La Vie et rien d'autre (1989),de Bertrand Tavernier.

Ami de longue date avec Jean Rochefort et Jean-Pierre Marielle, il forme avec eux un trio légendaire dans Les Grands Ducs (1996). Il retrouve les planches l'année suivante et se fait discret au cinéma.

Le 23 novembre 2006, Philippe Noiret disparait des suites d'un cancer généralisé à l'âge de 76 ans.

Filmographie :

2007 : Trois amis, de Michel Boujenah
2006 : Voie d'eau, de Matthieu-David Cournot
2005 : Edy, de Stéphane Guérin-TIllé
2003 : Ripoux 3, de Claude Zidi
2003 : Le Chien, le Général et les Oiseaux, de Francis Nielsen et Jean-Luc Léon (Film d'animation)
2003 : Père et Fils, de Michel Boujenah
2003 : Les Côtelettes, de Bertrand Blier
2001 : Un honnête commerçant, de Philippe Blasband
1999 : Le Pique-nique, de Lulu Kreutz de Didier Martiny
1997 : Soleil, de Roger Hanin
1997 : La Vie silencieuse de Marianna Ucria, de Roberto Faenza
1997 : Les Palmes de monsieur Schutz, de Claude Pinoteau
1997 : Le Bossu, de Philippe de Broca
1996 : Les Grands Ducs, de Patrice Leconte
1996 : Le Veilleur de nuit, de Philippe de Broca (Téléfilm)
1996 : Fantôme avec chauffeur, de Gérard Oury
1996 : Coeur de dragon, de Rob Cohen (Film d'animation)
1995 : Les Milles (le train de la liberté), de Sebastien Grall
1995 : Facciamo paradisio, de Mario Monicelli
1994 : Une trop bruyante solitude, de Véra Cais
1994 : Veillées d'armes, de Marcel Ophuls
1994 : Le Facteur, de Massimo Troisi et Michael Radford
1994 : La Fille de d'Artagnan, de Bertrand Tavernier
1994 : Grosse Fatigue, de Michel Blanc
1992 : Max et Jérémie, de Claire Devers
1992 : Tango, de Patrice Leconte
1992 : Soupe de poisson, de Fiorella Infascelli
1991 : J'embrasse pas, d'André Téchiné
1991 : Nous deux, d'Henri Graziani
1991 : Rossini, Rossini, de Mario Monicelli
1990 : Faux et usage de faux, de Laurent Heynemann
1990 : Uranus, de Claude Berri
1989 : Cinema Paradiso, de Giuseppe Tornatore
1989 : La Vie et rien d'autre, de Bertrand Tavernier
1989 : Le Retour des mousquetaires, de Richard Lester
1989 : Oublier Palerme, de Francesco Rosi
1989 : Ripoux contre ripoux, de Claude Zidi
1989 : Chouans !, de Philippe de Broca
1988 : Toscanini, de Franco Zeffirelli
1988 : La Femme de mes amours, de Gianfranco Mingozzi
1987 : La Famille, d'Ettore Scola
1987 : Masques, de Claude Chabrol
1987 : Noyade interdite, de Pierre Granier-Deferre
1987 : Les Lunettes d'or, de Giuliano Montaldo
1986 : La Femme secrète, de Sebastien Grall
1986 : Pourvu que ce soit une fille, de Mario Monicelli
1986 : Twist again à Moscou, de Jean-Marie Poiré
1983 : Mes chers amis 2, de Mario Monicelli
1985 : Autour de minuit, de Bertrand Tavernier
1985 : L'Été prochain, de Nadine Trintignant
1985 : Les Rois du gag, de Claude Zidi
1985 : Le Quatrième Pouvoir, de Serge Leroy
1984 : Fort Saganne, d'Alain Corneau
1984 : Souvenirs, Souvenirs, d'Ariel Zeitoun
1984 : Les Ripoux, de Claude Zidi
1984 : Aurora, de Maurizio Ponzi
1983 : Le Grand Carnaval, d'Alexandre Arcady
1983 : L'Ami de Vincent, de Pierre Granier-Deferre
1983 : L'Africain, de Philippe de Broca
1982 : L'Étoile du Nord, de Pierre Granier-Deferre
1981 : Il faut tuer Birgit Haas, de Laurent Heynemann
1981 : Trois frères, de Francesco Rosi
1981 : Coup de torchon, de Bertrand Tavernier
1980 : Une semaine de vacances, de Bertrand Tavernier
1980 : Pile ou face, de Robert Enrico
1980 : On a volé la cuisse de Jupiter, de Philippe de Broca
1979 : Rue du Pied de Grue, de Jean-Jacques Grand-Jouan
1978 : La Grande Cuisine, de Ted Kotcheff
1978 : Tendre Poulet, de Philippe de Broca
1978 : Le Témoin ; de Jean-Pierre Mocky
1978 : Deux bonnes pâtes, de Sergio Citti
1977 : La Barricade du point du jour, de René Richon
1977 : Un taxi mauve, d'Yves Boisset
1976 : Une femme à sa fenêtre, de Pierre Granier-Deferre
1976 : Le Juge et l'Assassin, de Bertrand Tavernier
1976 : Le Désert des Tartares, de Valerio Zurlini et Christian de Chalonge
1976 : Monsieur Albert, de Jacques Renard
1976 : Il comune senso del pudore, d'Alberto Sordi
1975 : Que la fête commence, de Bertrand Tavernier
1975 : Le Vieux Fusil, de Robert Enrico
1975 : Mes chers amis, de Mario Monicelli
1974 : Le Jeu avec le feu, d'Alain Robbe-Grillet
1974 : Les Gaspards, de Pierre Tchernia
1974 : L'Horloger de Saint-Paul , de Bertrand Tavernier
1974 : Le Secret, de Robert Enrico
1973 : Poil de carotte, d'Henri Graziani
1973 : La Grande Bouffe, de Marco Ferreri
1973 : Le Serpent, d'Henri Verneuil
1973 : Touche pas à la femme blanche, de Marco Ferreri
1973 : Un nuage entre les dents, de Marco Pico
1972 : La Mandarine, d'Édouard Molinaro
1972 : La Vieille fille, de Jean-Pierre Blanc
1972 : L'Attentat, d'Yves Boisset
1971 : Le Temps d'aimer, de Christopher Miles
1971 : Les Aveux les plus doux, d'Édouard Molinaro
1971 : La Guerre de Murphy, de Peter Yates
1971 : Le Trèfle à cinq feuilles, d'Edmond Freess
1971 : L'Italie est une république en liberté provisoire, de Manlio Scarpelli
1970 : Les Caprices de Marie, de Philippe de Broca
1969 : Assassinats en tous genres, de Basil Dearden
1969 : L'Étau, d'Alfred Hitchcock
1969 : Clérambard, d'Yves Robert
1969 : Justine, de George Cukor
1969 : Mister Freedom, de William Klein
1968 : Alexandre le bienheureux, d'Yves Robert
1967 : La Nuit des généraux, d'Anatole Litvak
1967 : Sept fois femme, de Vittorio De Sica
1967 : L'Une et l'Autre, de René Allio
1967 : Adolphe ou l'Âge tendre, de Bernard Toublanc
1966 : Anatole, de Jean Valère (Téléfilm)
1966 : La Fin de la nuit, d'Albert Riera (Téléfilm)
1966 : La Vie de château, de Jean-Paul Rappeneau
1966 : Tendre Voyou, de Jean Becker
1966 : Les Sultans, de Jean Delannoy
1966 : Qui êtes-vous, Polly Maggoo ?, de William Klein
1966 : Le Voyage du père, de Denys de La Patellière
1965 : Les Copains, d'Yves Robert
1965 : Lady L, de Peter Ustinov
1964 : Cyrano et d'Artagnan, d'Abel Gance
1964 : Château en Suède, d'André Barsacq (Téléfilm)
1963 : La Porteuse de pain, de Maurice Cloche
1963 : Clémentine chérie, de Pierre Chevalier
1963 : Monsieur, de Jean-Paul Le Chanois
1963 : Mort, où est ta victoire ?, d'Hervé Bromberger
1963 : Frenesia dell'estate, de Luigi Zampa
1963 : L'inspecteur Leclerc enquête (Série TV)
1962 : Thérèse Desqueyroux, de Georges Franju
1962 : Comme un poisson dans l'eau, d'André Michel
1962 : Le mal court, d'Alain Boudet (Téléfilm)
1962 : Ballade pour un voyou, de Jean-Claude Bonnardot
1962 : Les Faux Jetons, de Lucio Fulci
1961 : Le Capitaine Fracasse, de Pierre Gaspard-Huit
1961 : Le Rendez-vous, de Jean Delannoy
1961 : Tout l'or du monde, de René Clair
1961 : Flore et Blancheflore, de Jean Prat (Téléfilm)
1960 : Cyrano de Bergerac, de Claude Barma (Téléfilm)
1960 : Zazie dans le métro, de Louis Malle
1960 : Ravissante, de Robert Lamoureux
1960 : Cyrano de Bergerac, de Claude Barma (Téléfilm)
1960 : De fil en aiguille, de Roger Iglésis (Téléfilm)
1959 : Clarisse Fénigan, de Jean Prat (Téléfilm)
1959 : Macbeth, de Claude Barma (Téléfilm)
1956 : La Pointe Courte, d'Agnès Varda
1955 : Le Réveillon, de Marcel Bluwal (Téléfilm)
1952 : Agence matrimoniale, de Jean-Paul Le Chanois
1950 : Olivia, de Jacqueline Audry
1949 : Gigi, de Jacqueline Audry

Récompenses :

1991 : British Academy Film Award du meilleur acteur pour Cinema Paradiso
1990 : London Film Critics Circle de l'acteur de l'année pour Cinema Paradiso
1990 : Prix David di Donatello du meilleur acteur étranger pour La Vie et rien d'autre
1990 : César du meilleur acteur pour La Vie et rien d'autre
1989 : Prix du cinéma européen du meilleur acteur pour Cinema Paradiso et La Vie et rien d'autre
1976 : Prix David di Donatello du meilleur acteur étranger pour Le Vieux fusil

Ses dernières news

Toutes ses news
5 films qui ont surfé sur la Révolution française
Marine de Guilhermier
14 juillet 2017

5 films qui ont surfé sur la Révolution française

14 juillet 2017
article
Brigitte Lahaie : comment le cinéma lui a fermé ses portes
Pauline Julien
17 janvier 2017

Brigitte Lahaie : comment le cinéma lui a ...

17 janvier 2017
article
Le Vieux Fusil
28 mars 2013

Le Vieux Fusil

28 mars 2013
on-tv-tonight

Ses derniers films

Tous ses films

Cinema Paradiso

comédie dramatique
sortie le 10 juin 2015
Cinema Paradiso

La Vie de château

comédie
sortie le 28 mai 2014
La Vie de château

Le Désert des Tartares

drame
sortie le 12 juin 2013
Le Désert des Tartares

Une trop bruyante solitude

fantastique/SF
sortie le 16 novembre 2011
Une trop bruyante solitude
 
0 commentaire - Philippe Noiret
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]