Ségolène Royal

©Abaca

Après un passage par le pensionnat de Fort-de-France, Ségolène Royal change à nouveau de domicile et rejoint la métropole. Elle a dix ans quand elle arrive dans les Vosges.

C'est à l'université de Nancy que l'élève studieuse fera ses études supérieures. Une fois licenciée en sciences économiques, elle intègre Sciences Po, d'où elle ressort diplômée en 1978, puis rejoint l'École nationale d'administration (ENA) jusqu'en 1980. C'est d'ailleurs sur les bancs de cette institution qu'elle fera la connaissance de son futur époux, François Hollande, avec qui elle aura quatre enfants.

À sa sortie de l'ENA, la membre du Parti socialiste occupe les fonctions de juge au tribunal administratif de Paris, avant d'officier comme conseillère de tribunal administratif en disponibilité. C'est à cette époque que l'économiste et haut fonctionnaire Jacques Attali la remarque et lui ouvre les portes de l'Elysée.

De 1982 à 1984, la socialiste se fait nommer chargée de mission au secrétariat général de la présidence de la République. De fil en aiguille, le président de l'époque François Mitterrand vient à lui confier les affaires sociales et les questions d'environnement. Elle travaille entre autres jusqu'en 1988 sur la préparation des sommets internationaux.

Après ce bref passage à l'Elysée, Ségolène Royal cherche à s'ancrer politiquement dans une circonscription. Sous les conseils de son tuteur François Mitterrand, elle brigue une circonscription dans le département des Deux-Sèvres. Elue député de la deuxième circonscription en 1988, elle occupera ses fonctions jusqu'en 2007, avec des périodes ponctuées par des démissions, en raison de ses incursions dans le gouvernement.

Sa première entrée dans le gouvernement de la présidence française a lieu sous Pierre Bérégovoy. Ministre de l'Environnement de 1992 à 1993, il lui faudra patienter quatre ans avant d'obtenir un nouveau portefeuille ministériel.

Lionel Jospin lui confie en 1997 le poste de ministre déléguée à l'Enseignement scolaire, puis celui de la Famille, de l'Enfance et des Personnes handicapées, travaillant, jusqu'en mai 2002, aux côtés de Martine Aubry puis d'Elisabeth Guigou. Pendant ces cinq années passées au gouvernement, elle défendra des dossiers liés à la violence à l'école, à la pilule du lendemain, la pédophilie, l'interdiction des bizutages ou encore le congé paternité.

En 2002, quand la troisième cohabitation prend fin et que Jean-Pierre Raffarin accède au poste de Premier ministre, la politicienne s'attaque au fief de ce dernier, la région Poitou-Charentes, territoire dont elle devient Présidente du conseil régional en 2004.

De retour sur le devant de la scène en 2007, l'insubmersible Royal devient la première femme française à accéder au second tour d'une élection présidentielle française. Mais elle ne récolte que 46,94 % des suffrages et se fait devancer par Nicolas Sarkozy (53,06%).

La chance ne lui sourira pas davantage les années suivantes, puisqu'elle essuiera trois nouveaux échecs : au poste de premier secrétaire du Parti socialiste en 2008, au premier tour de la primaire socialiste en 2011 et aux élections législatives de 2012 dans la première circonscription de la Charente-Maritime.

De retour sur la scène politique en 2014, elle quitte son poste de Présidente du conseil régional de Poitou-Charentes au mois d'avril, suite à sa nomination au poste de ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie sous le gouvernement Valls.

Ses dernières news

Toutes ses news
François Hollande : ses premiers jours de retraité
Marine de Guilhermier
04 juin 2017

François Hollande : ses premiers jours de retraité

04 juin 2017
article
Yannick Noah : pourquoi n'est-il plus dans le coeur des Français ?
Justine Fiordelli
30 mai 2017

Yannick Noah : pourquoi n'est-il plus dans le...

30 mai 2017
article
Diane Kruger fait fondre la Croisette pour la dernière montée des marches
Fabien Gallet
29 mai 2017

Diane Kruger fait fondre la Croisette pour la...

29 mai 2017
diaporama
Eva Green envoûte la Croisette sur le tapis rouge !
Christian Pambrun
28 mai 2017

Eva Green envoûte la Croisette sur le tapis...

28 mai 2017
diaporama
 
4 commentaires - Ségolène Royal
  • MademoiselleB73 -

    Suis je naïve ? Je suis la seul dans ces commentaires à devoir croire que Ségolène Royal au contraire prend soin de ses "aficionados". Je pense qu'elle a été à deux doigts d'aboutir à l'élection contre Nicolas Sarkozy et que peut être il y a eu des magouilles pour qu'elle ne réalise pas cela. Je pense qu'elle peut être naïve dans certaines déclarations mais peut être plus constructives que certains messieurs qu'ils soient de droite ou de gauche ou d'ailleurs... On est entrain d'essayer de l'éliminer... Attention rappelez vous son succès en un certain temps que ces gens .... Bien à vous ... Vous me désespérez ...

  • jaimelire -

    Une erreur dans le texte, Ségolène et François n'ont jamais été mariés mais on bien quatre enfants. Mais de là à lui accorder le prix Nobel pour son action dans l'Environnement ...... mais pas en tout cas pour sa gestion de la région Poitou-Charentes au bord de la faillite.

  • ag94 -

    qu'elle commence par rembourser la région Poitou Charentes. Quand on laisse un déficit aussi abyssal on ne devrait plus pouvoir avoir des responsabilités politiques ! et une somme de ses revenus devrait être prélevé dans le cadre du remboursement de sa gestion catastrophique

  • archymede -

    Le don de soi à des limites pour monter dans la hiérarchie politique.
    Je suis persuadé que, dans cette cavalcade débridéeée, les femmes ont plus d’arguments à faire valoir, que les hommes, encore que, du côté de PAU, il y a 30 ans, ce n’était pas certain ?
    Les pirouettes ou voltefaces, de Ségolène, cette semaine, semblent prouver que le culot acrobatico- médiatique est tout exploitable que l’effeuillage en tête à tête, à défaut d’argument.
    L’essentiel n’est-il pas de garder le sourire, en toutes circonstances ?, regardez les grimaces de SARKOZY , qui montrent que 30, 31, 32, 33, 40, 41, 42 et 43, se déchaussent par manque d’entretien.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]