Sheryl Crow

©Abaca, JC Olivera/DDP USA

Enfant de la balle, Sheryl Crow est élevée par une mère pianiste et un père avocat qui joue à ses heures perdues de la trompette dans un groupe de jazz amateur. Dans cette maison qui compte pas moins de trois pianos - elle en joue depuis ses six ans - personne n'est surpris que la petite dernière compose sa première chanson à treize ans.

Influencée par le blues, c'est finalement les disques de country qui s'empilent dans sa chambre, "Nashville skyline" de Bob Dylan en tête. Egalement fan des Rolling Stone et de Joni Mitchell. S'imaginant elle aussi en haut de l'affiche, elle persévère dans le monde de la musique et entreprend des études de musique classique à l'université du Missouri. A cette époque, Sheryl Crow fait également partie d'un groupe de rock, Cashmere.

Diplômée en composition, interprétation et enseignement en 1984, son premier travail, elle le trouve dans le milieu de l'éducation : elle est enseignante dans une école élémentaire pour jeunes autistes dans la ville de Saint-Louis. Pendant deux ans, alors qu'elle focalise son attention sur des enfants la journée, la nuit elle prend le micro et pousse la voix dans des bars. Ne voyant que pour seule issue de secours un départ à l'étranger pour propulser son semblant de carrière de chanteuse, Sheryl Crow s'envole à 24 ans pour Los Angeles.

Là-bas, avec ses 10 000 dollars en poche, elle court les rues à la recherche de quelqu'un prêt à écouter sa cassette démo. Quand le soleil se couche, c'est sous le tablier de serveuse qu'on la retrouve. C'est pourtant un soir, alors qu'elle sert des clients dans un club de jazz, qu'elle fait la connaissance d'un homme qui accepte de l'embaucher non pas pour la signer mais pour... enregistrer un jingle pour la marque de voitures Toyota. La jeune chanteuse qui n'a rien à perdre accepte la proposition. Grâce à cette publicité qui ne l'emballait pas à l'origine, elle entend parler dans la fouée d'une audition pour Michael Jackson.

En quête d'une choriste, le roi de la pop reçoit des milliers de jeunes filles jusqu'à ce qu'il tombe sur Sheryl Crow. Choisie pour chanter à ses côtés, elle l'accompagne trois soirs par semaine pendant dix-huit mois sur le titre I Can Stop Loving You. Elle collaborera par la suite comme choriste avec des stars comme Sting, Stevie Wonder, Don Henley, Joe Cocker et Rod Stewart. L'industrie musicale de Los Angeles ne tarde pas à la repérer mais ne va lui soumettre que des contrats pour jouer de la musique pop. Désabusée, elle refuse propositions sur propositions et traverse une dépression. Six mois plus tard, remise sur pied, elle rencontre le producteur de Sting, Hugh Padgham, un homme important dans sa carrière même si les choses ne vont pas se dérouler comme prévu.

En effet, si ce dernier transmet l'une de ses démos au label A&M Records qui accepte de la signer, ce qui devait être en 1991 le premier album de Sheryl Crow, ne verra jamais le jour. Produit par Padgham, il coûte 250 000 dollars mais manque clairement d'authenticité et de sincérité pour la chanteuse. Malgré les pertes, le label l'encourage et se porte garant pour un autre album. Encore faut-il trouver un producteur.

La chance lui sourit lorsque son petit ami de l'époque, le compositeur et musicien américain Kevin Gilbert, transmet son premier album non publié au producteur Bill Bottrell. Ce dernier l'invite à participer à des sessions dans son studio de Pasadena, le Tod Hall, que les musiciens surnomment le Tuesday Night Music Club. Le nom de ce qui sera son premier album est tout trouvé. "Tuesday Night Music Club" sort dans les bacs en août 1993. Narrant son voyage initiatique de son middle ouest natal à la Californie, l'album connait une sortie plutôt discrète, néanmoins boostée par les singles Run baby run, Living Las Vegas mais surtout All I Wanna Do, diffusés en boucle sur les ondes.

Il faudra un an à l'album avant de faire écho auprès du public américain. La critique est également conquise et lui décerne ses trois premiers Grammy Awards (meilleur titre de l'année, meilleure performance vocale féminine pop pour All I Wanna Do et meilleure nouvelle artiste). Une tournée s'étalent sur deux ans est prévue et ceux qui n'ont pas la chance de la voir en concert peuvent l'entendre sur la bande originale ...
de la série "X Files". Entre deux concerts, elle trouve même le temps d'écrire et de composer son deuxième album, "Sheryl Crow", qui sort dans les bacs en 1996. Beaucoup plus engagé que le premier, on y retrouve des textes sur l'avortement, les sans-abris, les armes ou encore le nucléaire. If It Makes You Happy, gros succès radiophonique dans lequel elle évoque les choses nocives qui peuvent rendre heureux, lui permet de remporter le Grammy Award de la meilleure performance vocale féminine pop.

C'est à New York, dans le studio d'enregistrement The Globe qu'elle vient d'acheter, qu'elle décide de s'installer pour enregistrer son troisième opus, "The Globe Session" (1998). Davantage personnel et introspectif que les précédents, elle y aborde sa liaison avec Éric Clapton (My Favorite Mistake), chante ses amitiés perdues à cause de son métier prenant et collabore même avec Bob Dylan qui lui écrit un titre (Mississippi). Le disque est salué par un Grammy Award du meilleur album rock. Cette année-là, la multi-instrumentiste (guitare, harmonica, accordéon, tambourin...) travaille également avec son idole, la chanteuse Stevie Nicks, sur l'album "Trouble in Shangri-La". Le cinéma n'est pas en reste puisqu' elle joue un petit rôle dans le film "The Minus Man".

Collaboratrice régulière du 7e Art, Sheryl Crow reprend les Guns N' Roses pour le film "Big Daddy" en 1999, chante Kiss That Girl pour la bande originale de "Bridget Jones" (2001), reprend un titre des Beatles pour "I Am Sam" (2002) et signe entre autres la bande originale du film d'animation vrombissant "Cars" (2006). Côté album, le début des années 2000 se fait calme. Elle conte ses déboires sentimentaux dans "C'mon C'mon" (2002) puis s'installe à Nashville, berceau de la musique country, genre qu'elle a depuis ses débuts semé de manière alternative dans ses mélodies, au même titre que le rock. Vient ensuite le temps de la rencontre avec le coureur cycliste Lance Armstrong, avec qui elle reste fiancée d'octobre 2003 à février 2006. Pour le suivre dans ses aventures sportives, la chanteuse met un temps sa carrière entre parenthèses.

Elle opère son retour sur le devant de la scène en 2005 avec l'album "Wildflower". Toujours produit sur le label A&M, il contient un duo avec Sting, Always on Your Side, mais ne remporte pas le succès commercial des opus précédents (700 000 copies dans le monde). L'année suivante n'est pas plus réjouissante puisque la chanteuse de 44 ans apprend qu'elle développe un cancer du sein, aujourd'hui guéri. Elle reviendra sur cette douloureuse expérience dans la chanson Make It Go Away, extraite de son sixième album, "Detours" (2008). Un album enregistré à Nashville et produit par Bill Bottrell, qui avait déjà produit son premier album officiel.

Maman d'un petit garçon adopté en 2007, Wyatt Steven, elle adopte un nouveau nourrisson en 2010, Levi James, année de la sortie de son septième album. Baptisé "100 Miles from Memphis" et réalisé avec le guitariste Doyle Bramhall, qui a longtemps travaillé avec Éric Clapton, l'album comporte des participations de Justin Timberlake, Keith Richards ou encore Citizen Cope.

"Feels like home" (2013), son dernier album en date, marque les vrais débuts de Sheryl Crow dans la musique country. Enregistré à Nashville et produit par Crow et Justin Niebank, il est considéré par Billboard comme l'un des dix meilleurs albums de l'année.

Discographie :

2013 : Feels like home
2010 : 100 miles from Memphis
2008 : Detours
2005 : Wildflower
2002 : C'mon C'mon
1998 : The Globe Sessions
1996 : Sheryl Crow
1993 : Tuesday Night Music Club

Récompenses :

2003 : American Music Award de la meilleure artiste féminine pop/rock
2004 : American Music Award de la meilleure artiste féminine pop/rock
2002 : Grammy Award de la meilleure performance vocale féminine rock pour Steve McQueen
2000 : Grammy Award de la meilleure performance vocale féminine rock pour There Goes the Neighborhood
1999 : Grammy Award de la meilleure performance vocale féminine rock pour Sweet Child O'Mine
1998 : Grammy Award du meilleur album rock pour "The Globe Sessions"
1997 : Brit Award de la meilleure chanteuse étrangère
1996 : Grammy Award de la meilleure performance vocale féminine pop pour If It Makes You Happy
1996 : Grammy Award du meilleur album rock pour "Sheryl Crow"
1994 : Grammy Award du titre de l'année pour All I Wanna Do
1994 : Grammy Award de la meilleure performance vocale féminine pop pour All I Wanna Do
1994 : Grammy Award de la meilleure nouvelle artiste

Ses dernières news

Toutes ses news
Justin Bieber : un cachet astronomique pour chanter pour Trump
Clara Lemaire
02 août 2016

Justin Bieber : un cachet astronomique pour ...

02 août 2016
article
"Don't Use Our Songs" : les pop stars contre la récupération politique
Sébastien Jenvrin
28 juillet 2016

"Don't Use Our Songs" : les pop ...

28 juillet 2016
article
Hillary Clinton se déclare fan d'Adele
Sébastien Jenvrin
11 mars 2016

Hillary Clinton se déclare fan d'Adele

11 mars 2016
article
Ces stars passionnées par la gastronomie
Fabien Gallet
27 novembre 2015

Ces stars passionnées par la gastronomie

27 novembre 2015
diaporama

Ses derniers films

Tous ses films

20 Feet from Stardom

documentaire
sortie le 4 décembre 2013
20 Feet from Stardom

Bad 25

documentaire
sortie le 1 janvier 2012
Bad 25

Les Soldats du désert

drame
sortie le 1 janvier 2007
Les Soldats du désert

De-Lovely

biopic
sortie le 6 octobre 2004
De-Lovely
 
0 commentaire - Sheryl Crow
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]