The Hives

©BestImage, AGENCE
The Hives existe pourtant depuis près d'une décennie déjà, né de la rencontre en 1993 de cinq adolescents : les guitaristes Vigilante Carlstroem et Nicholaus Arson, le frère de ce dernier et chanteur Howlin' Pelle Almqvist, le bassiste Dr. Matt Destruction ainsi que le batteur Chris Dangerous. La légende prétend qu'un certain Randy Fitzsimmons serait à l'origine de la formation, comme de toutes ses compositions originales. Le personnage, s'il est régulièrement présenté comme un sixième membre du groupe, est toutefois bel et bien fictif.

C'est ainsi de leur propre initiative que les cinq jeunes hommes diffusent en 1997 un premier album dénommé "Barely Legal". Celui-ci rencontre déjà un certain succès dans la mouvance punk, mais laisse le reste du monde bien indifférent. The Hives devra attendre quelques années avant d'intéresser un public plus "mainstream", lorsque le garage rock connaîtra au début du nouveau millénaire une véritable renaissance portée par des groupes comme The Strokes et The White Stripes.

Clairement influencée par des légendes comme les Ramones et The Stooges, la formation suédoise dévoile en 2000 "Veni Vidi Vicious". Un opus court et efficace : 12 titres déroulés en moins d'une demie-heure, avec des hits en devenir comme Main Offender et Hate to Say I Told You So. Ce dernier, particulièrement, ira s'inscrire dans la liste des "500 meilleurs morceaux des années 2000" établie par Pitchfork, alors que le magazine Rolling Stone classera le disque tout entier parmi ses "100 meilleurs albums de la décennie".

Ce n'est toutefois que l'année suivante que The Hives explose véritablement, grâce à une compilation de ses précédents travaux intitulée malicieusement "Your New Favourite Band" ("Votre nouveau groupe préféré"). Acclamé des critiques, l'opus grimpe jusqu'en septième position des charts britanniques et se verra plus tard inclus dans l'ouvrage "Les 1001 albums qu'il faut avoir écoutés dans sa vie". Le phénomène en noir et blanc, qui bénéficie dorénavant d'une diffusion sur les ondes et dans les petites lucarnes autour du monde, se fait par ailleurs une belle réputation pour ses performances scéniques - le New Yorker allant jusqu'à écrire, à propos du chanteur, qu'il ...
"est tantôt hors de contrôle comme Iggy tantôt en toute maîtrise comme Jagger."

Les bêtes de scène, que nombreux critiques placent ainsi parmi les meilleurs groupes contemporains à voir en live, partent à la conquête du globe dans une tournée qui durera pas moins de trois ans. De retour dans les studios d'enregistrement, ils finissent par diffuser "Tyrannosaurus Hives" en 2004, lequel reçoit encore un accueil chaleureux notamment grâce à de nouveaux petits hits comme Walk Idiot Walk et Two-Timing Touch & Broken Bones. Alors qu'ils s'étaient promis, adolescents, de ne jamais dépasser trois albums - convaincus, à l'époque, qu'aucun groupe n'a jamais réalisé trois bons disques d'affilée - les cinq membres fidèles de The Hives ne peuvent finalement résister à la tentation d'un quatrième...

Se rassurant en regardant la carrière (impressionnante) des Rolling Stones, et en ré-écoutant le quatrième opus d'AC/DC, le trouvant finalement pas si mal, le groupe présente en 2007 "The Black and White Album". Notamment coproduit avec The Neptunes (alias Pharell Williams et Chad Hugo), celui-ci reçoit encore les louanges des critiques ainsi qu'un petit succès commercial en partie dû au single Tick Tick Boom!. Cinq ans s'écoulent ensuite, en raison d'une nouvelle tournée de trois ans qui mène les Suédois jusqu'en Amérique Latine, suivie d'un long travail de dix-huit mois en studio avant l'apparition, enfin, de "Lex Hives" dans les bacs en 2012. Lequel, porté par Go Right Ahead, est une nouvelle fois applaudi de toutes parts.

Le chanteur et leader de la formation, Howlin' Pelle Almqvist, annonce à l'époque à NME : "Nous pensons avoir déjà bien entamé le prochain (album). Mais il se passera probablement six ans avant qu'on le diffuse." En effet, près de cinq années se sont déjà écoulées, et le public attend toujours... Seul gage de patience jusqu'à présent : Blood Red Moon, un single bien différent, publié en 2015 dans le cadre de la bande originale du film d'horreur suédois "Cirkeln" réalisé par Levan Akin.

Discographie :

2012 : Lex Hives
2007 : The Black and White Album
2004 : Tyrannosaurus Hives
2000 : Veni Vidi Vicious
1997 : Barely Legal
 
0 commentaire - The Hives
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]