The Prodigy

©Getty Images, VCG
Dans la musique électronique, il y a les DJ comme David Guetta, Avicii ou encore Diplo. Et les autres. Pour le leader de The Prodigy, la musique qu'il prodigue n'a rien à voir avec celle de ces DJ qui ont littéralement "pris en otage la musique électronique" selon ses dires au quotidien régional L'Alsace.

Cet ancien DJ hip-hop reconverti à l'électro sait de quoi il parle, lui qui, dès 1990, s'est présenté dans les bureaux de XL Recordings avec une démo de 10 titres enregistrés dans sa chambre. Le contrat signé pour un premier EP, il est vite rejoint par les danseurs-chanteurs-musiciens Keith Flint et Maxime Reality. Ensemble, ils adoptent le nom de The Prodigy, un clin d'oeil au synthétiseur monophonique appelé Moog Prodigy. The Prodigy et non "Prodigy", par respect pour le rappeur Albert Johnson du groupe Mobb Deep, surnommé Prodigy.

L'année suivante, place au premier album du groupe de musique électronique britannique, "Experience". Le succès est palpable outre-Manche, notamment grâce au single Charly (troisième place des UK Singles Chart), mais le reste du monde ne vibre pas aux rythmes de ces raves underground. Pourtant l'album, avec ses samples de dessins animés et son savant mélange de rock et de house, vient de révolutionner la musique électronique. "Il y a trois choses qui définissent notre musique : Public Enemy, le punk, et le son des raves parties" confiera Liam Howlett au quotidien régional français L'Alsace au détour d'une date à Lyon en 2015.

Leur deuxième ...
disque, "Music for the jilted generations" (1994) compte des singles attractifs comme No good (Start the dance), Voodoo people, Poison. Suite à ce succès, le guitariste Jim Davies rejoint la bande l'année suivante. Porte-étendard de la scène électronique anglaise, The Prodigy se voit solliciter de toute part : une bande originale pour le jeu vidéo Firestarter, des participations à des festivals aux quatre coins du monde, mais surtout des collaborations musicales pour le cinéma. Dans l'inventif "Matrix" (1999) comme dans la comédie "Charlie's Angels" (2000) raisonnent les plages frénétiques orchestrées par le groupe.

Depuis, The Prodigy à sorti trois albums, chacun espacé par des périodes de plus ou moins longs silences : l'imparfait et critiqué "Always Outnumbered" (2004) avec les chants assurés par Juliette Lewis et Liam Gallagher, "Invaders Must Die" (2009) publié sur leur nouveau label Take Me To the Hospital et sur lequel Dave Grohl des Foo Fighters officie comme batteur sur deux morceaux et enfin "The Day is my enemy" (2015), numéro 1 des charts en Grande-Bretagne une semaine après sa sortie. C'est donc une carrière musicale en dents de scie qu'a connu le groupe. Mais il reste, néanmoins, le plus grand vendeur de disques de l'histoire de la dance, avec 20 millions de copies écoulées dans le monde entier. "Prodigyeux".

Discographie :

2015 : The Day is my Enemy
2009 : Invaders Must Die
2004 : Always Outnumbered, Never Outgunned
1997 : The Fat of the Land
1994 : Music for the Jilted Generation
1992 : Experience

Ses dernières news

Toutes ses news
Solidays 2017 : -M-, Birdy Nam Nam et Kery James rejoignent l'affiche
Clara Lemaire
27 mars 2017

Solidays 2017 : -M-, Birdy Nam Nam et Kery ...

27 mars 2017
article
Iggy Pop, Underworld et The Clash sur la BO de "Trainspotting 2"
Sébastien Jenvrin
16 janvier 2017

Iggy Pop, Underworld et The Clash sur la BO de ...

16 janvier 2017
article

Sa discographie avec

Toute sa discographie
 
0 commentaire - The Prodigy
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]