Alan Stivell

Alan Stivell©Getty Images, Ullstein Bild

C'est son père qui lui a transmis la passion pour la musique celtique, notamment en lui léguant une Telenn gentañ, une harpe celtique oubliée qu'il a reconstitué à partir de documents anciens. Dès 9 ans, Alan commence la pratique de cet instrument et celle du piano. Il se produit même à cet âge précoce à la Maison de la Bretagne, à Paris. En 1955, il va plus loin dans son expérience de la scène en ouvrant pour un concert de Line Renaud à l'Olympia.
En 1957, il se penche sérieusement sur la culture celtique, apprenant le breton et découvrant l'histoire, la mythologie et les arts celtes de ses ancêtres. Il apprend par ailleurs d'autres instruments tels que la bombarde et la cornemuse. Son premier album paraît en 1964 sous le nom de Telenn geltiek, un disque entièrement consacré à la harpe celtique. Alan Stivell s'ouvre parallèlement à la musique rock et travaille davantage le chant. Il fait en 1968 la première partie du groupe britannique The Moody Blues. C'est ce croisement entre musique celtique et rock qu'il creusera au cours des années 1970. Il fait d'ailleurs un triomphe lors de son passage à l'Olympia à Paris en 1972, où il est accompagné de musiciens comme Dan Ar Braz à la guitare électrique, Gabriel Yacoub (futur Malicorne) ou Michel Santangeli, batteur venu du rock. L'album live enregistré ce soir-là se vendra à plus d'un million d'exemplaires. C'est aussi à cette période que sa carrière prend une tournure internationale.
Son album E Langonned (1974) - du nom du village breton où il a acheté une maison - marque un tournant plus intimiste et acoustique dans son début de carrière. En 1979, il explore encore de nouveaux horizons avec l'album Symphonie celtique, dans lequel on retrouve un orchestre symphonique, un ensemble de bombardes et cornemuses, ainsi que la chanteuse berbère Djourha et le joueur de sitar Narendra Bataju. Une musique à la croisée du folklore celtique, du rock, de la pop et du jazz, le tout joué sur scène par 75 musiciens.
L'album Harpe du Nouvel Age, sorti en 1985, lui vaut un an plus tard aux États-Unis un Indie Award. Durant les années 1980, Alan Stivell donne d'ailleurs plus de concerts à l'étranger qu'en France, notamment aux États-Unis, assurant pleinement un rôle d'ambassadeur de la musique celtique. En 1989, il part en Australie pour participer à l'album de Kate Bush, Sensual World. Son album Again (1993) marque un retour triomphal sur le devant de la ... scène française. Au lieu de publier un best-of, Alan Stivell réenregistre ses succès des années 1970 en compagnie de prestigieux invités, tels que Kate Bush, Shane Mac Gowan (chanteur des Pogues), Doudou N'diaye Rose ou encore Laurent Voulzy.
En 1995, son album Brian Boru ouvre des ponts vers le phrasé du hip-hop, un mariage qui fera le succès du groupe Manau un peu plus tard. Stivell se produit aux Transmusicales de Rennes puis enchaîne avec une tournée dans toute la France. L'album suivant, 1 Douar (1998), marque une autre ouverture, vers des langues comme le wolof avec la présence Youssou N'Dour ou l'arabe avec Khaled. Les années 2000 sont marquées par des prestations toujours plus ovationnées, que ce soit au festival des Vieilles Charrues en 2000, à la Cigale en janvier 2001 ou encore au Stade de France en mars 2003, à l'occasion de la seconde Nuit Celtique, où il joue devant 68 000 spectateurs.
En 2006, l'album Explore laisse entendre de nouvelles orientations, vers la musique électronique cette fois. Un disque qui lui permet de se consacrer à une grande tournée en France et en Europe pendant les deux années suivantes. En 2011, le succès de l'album Bretonne de Nolwenn Leroy est l'occasion pour Alan Stivell de toucher une nouvelle génération, en multipliant notamment les duos avec la chanteuse découverte dans la Star Academy. L'année 2012 marque les 40 ans de son concert historique à l'Olympia en février 1972. A cette occasion, sont publiés le best-of Ar Pep Gwellañ, une version remasterisée du mythique concert, 40th Anniversary Olympia 2012, ainsi qu'une biographie, sobrement intitulée Alan Stivell, écrite par l'historien Laurent Bourdelas. En 2015, l'album AMzer réunit ses amis musiciens autour de nouvelles chansons ayant pour thème le cycle des saisons.
Discographie :
2015 : AMzer
2009 : Emerald
2006 : Explore
2002 : Au-delà des mots
2000 : Back to Breizh
1998 : 1 Douar
1995 : Brian Boru
1993 : Again
1991 : The Mist of Avalon
1985 : Harpes du Nouvel Âge
1983 : Légende
1981 : Terre des vivants : Bed an dud vew
1979 : Symphonie celtique : Tír na nÓg
1978 : Un dewezh 'barzh 'gêr : Journée à la maison
1977 : 'Raok dilestra : Avant d'accoster
1976 : Trema'n Inis : Vers l'île
1974 : E Langonned
1973 : Chemins de terre
1971 : Renaissance de la harpe celtique
1970 : Reflets
1964 : Telenn geltiek : Harpe celtique
Récompense :
1986 : Indie Award

Ses dernières news

Toutes ses news
Ces artistes qui chantent la Bretagne
Fabien Gallet
20 septembre 2017

Ces artistes qui chantent la Bretagne

20 septembre 2017
diaporama

Vos réactions doivent respecter nos CGU.