Beirut

Beirut©Getty Images

Adolescent, il enregistre plusieurs albums sous différents noms. À 16 ans, l'école l'ennuie et il décide de s'envoler pour l'Europe. Le jeune homme parcourt le vieux continent, et tombe amoureux des pays de l'Est où il découvre la musique balkanique, dont il va largement s'inspirer.

De retour aux États-Unis, il déménage à Albuquerque et fonde le groupe Opion Somnium avec d'autres musiciens de la ville, puis signe sur un label new-yorkais sous le nom de Beirut. Il sort dans la foulée son premier album Gulag Orkestrar, mélange d'indie-folk et de musique typique des Balkans à grand renfort de fanfare. Cet opus est une réussite, et la critique lui réserve un accueil chaleureux. Il sera d'ailleurs désigné comme l'un des meilleurs albums de l'année 2006 par ... les Inrocks.

À 19 ans, Zach est alors déjà considéré comme un musicien talentueux. Inspiré, il ne perd pas de temps, et dès l'année suivante, sort son second album The Flying Club Cup, où en francophile convaincu, il rend hommage à la France avec des titres aux noms évocateurs comme Nantes, Cherbourg, Un dernier verre (pour la route), et donne même un concert à l'Olympia.

Le groupe aux multiples influences sort ensuite un album fait de deux EP aux styles diamétralement opposés : March of the Zapotec/Holland, s'inspirant entre autre de la musique latino américaine.

En 2011, The Ripe Tide achève de faire de Beirut l'une des plus belles réussites indie de ces dernières années.

Discographie :

2006 : Gulag Orkestar
2007 : The Flying Club Cup
2011 : The Rip Tide

Ses dernières news

Toutes ses news
Primavera Sound 2016 annonce sa programmation
Sébastien Jenvrin
21 janvier 2016

Primavera Sound 2016 annonce sa programmation

21 janvier 2016
article
Beirut : trois bonnes raisons d'écouter "No No No"
Sébastien Jenvrin
11 septembre 2015

Beirut : trois bonnes raisons d'écouter ...

11 septembre 2015
article

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU