Blaise Compaoré

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Blaise Compaoré©Abaca

Son père Bila Maurice Compaoré est un ancien tirailleur sénégalais ayant travaillé pour l'Armée française avant d'être garde républicain.

Il passe une enfance heureuse où il fait régulièrement des parties de chasse avec son père. Blaise Compaoré obtient un Bac D en 1972 à l'Ecole normale de Ouagadougou. Parallèlement, il fait partie dès 1971 du contingent spécial de l'Armée. Après être enrôlé de force suite à une manifestation d'étudiants dont il avait pris la tête pour défendre leurs droits, le militaire est alors assigné à garder le domicile du Président du Burnika Faso.

En septembre 1973, il rentre à l'École militaire Interarmes du Cameroun où durant ses nombreux stages il partira à l'étranger (Montpellier, Montlouis, Collioures, Rabat, Munsinghem en Allemagne...).

Il devient directeur du Centre national d'entraînement commando (CNEC) de Pô en 1981 avant de devenir capitaine de l'armée l'année suivante.

Le 15 octobre 1987, il organise un coup d'Etat lors d'une journée appelée "le Jeudi noir" où le Président de la République Thomas Sankara se fait tuer. Bien qu'il réfute l'avoir fait délibérément, le sénateur et ancien chef de guerre libérien Prince Johnson affirmera en 2008 avoir aloué les services de ses hommes à Compaoré. Ayant accédé au pouvoir, Compaoré s'emploie à applanir les tensions, en particulier avec la France. Il condamne à mort Henri Zongo et Jean-Baptiste Boukary Lingani, deux chefs révolutionnaires.

Lors de ses premières élections en décembre 1991, Compaoré se fait élire avec un taux de participation de 25%, les partis opposés ayant boycotté les élections à cause de son coup d'Etat. Il est réélu le 15 novembre 1998, quelques jours avant l'assassinat du journaliste Norbert Zongo par ses gardes.

Alors qu'un amendement constitutionnel de ... 2000 interdit plus de deux mandats présidentiels, Compaoré se présente pour un troisième mandat en 2005, arguant que l'amandement ne pouvait pas prendre effet avant la fin de son second mandat car il était dans l'exercice de ses fonctions présidentielles en 2000. Il se fait réélire Président du Burkina-Faso une deuxième fois le 13 novembre 2005, avec 80,35% des votes.

Il devient président de l'Autorité de Liptako-Gourma (organisation regroupant le Mali, le Burkina Faso et le Niger et ayant pour but de promouvoir et mettre en valeur des ressources minières, énergétiques, hydrauliques et agropastorales) le 26 avril 2005 et prend la présidence de la Communauté des États sahélo-sahariens en juin de la même année.

Alors que Mariam Sankara porte pleinte contre le Burkina Faso pour l'assassinat de son mari, le Comité des droits de l'Homme des Nations unies condamne le pays pour ne pas avoir enquêté les circonstances de la mort en avril 2006.

Au niveau régional, il prend le rôle de médiateur pour des crises au Togo en juillet 2006 et dans la crise ivoirienne de 2007.

Blaise Compaoré se fait élire pour un quatrième mandat le 25 novembre 2010 avec une nouvelle fois un record de 80,15% de voix.

Désirant se présenter pour un cinquième mandat, Compaoré souhaite modifier la loi. Des révoltes éclatent le 30 octobre 2014 et le président est contraint de quitter son poste. Il est exfiltré en Côte-d'Ivoire puis au Maroc, tandis que se crée un organe de transition par le chef d'état-major des armées, Honoré Traoré.

Le 13 juillet 2015, la justice invalide l'amendement au code électoral précisant que les proches de l'ancien président ne pourraient pas se présenter aux élections présidentielles d'octobre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.