Bo Diddley

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Bo Diddley©Getty Images

Né dans une famille paysanne très pauvre, le jeune Ellas Otha Bates est adopté en bas-âge avec sa soeur par une cousine maternelle veuve du nom de Gussie McDaniel. En 1935, ils s'installent ensemble dans un quartier difficile de Chicago, où Ellas commence à se familiariser avec le violon, puis avec la guitare que lui offre sa soeur. Il décide alors d'accorder sa guitare comme il le faisait avec le violon et en joue en usant le staccato, ce qui apporte une sonorité et un rythme original à son style.
Parallèlement, le jeune musicien est attiré par deux voies professionnelles : une carrière sportive dans la boxe ou bien une carrière de luthier ébéniste. Mais en véritable passionné, il continue de consolider sa pratique de la guitare dans un groupe intitulé The Hipsters, et chante à l'église du coin. Fan de blues et de rythm'n'blues, il se met à écouter des musiciens comme le saxophoniste Louis Jordan et le guitariste John Lee Hooker.
En 1950, il forme un nouveau groupe, les Langley Avenue Jive Cats avec Billy Boy Arnold à l'harmonica et Jerome Green aux maracas. La formation musicale, dont le nom évoque la rue où il se produisait, acquiert immédiatement une certaine célébrité dans les clubs de Chicago. Le son original de McDaniel commence à être apprécié par les amateurs de blues, ce qui lui permet d'agrandir le groupe avec un contrebassiste du nom de James Bradford, puis avec un batteur, Clifton James. Pourtant, le groupe au complet ne durera pas, et seuls les deux originels suivent McDaniel quand il se voit proposer un contrat dans le label des frères Chess, Chess Records.
Le musicien enregistre alors deux de ses titres "I'm a Man" et "Uncle John", transformé en "Bo Diddley", par rapport au nouveau surnom que lui suggèrent les patrons de Chess Records. Emprunté à un instrument à cordes d'origine africaine, Bo Diddley devient désormais son nom de scène. Le titre est un grand succès et lui permet de faire une tournée où sa présence scénique est mise en valeur. En concert, le style tonitruant de Bo Diddley séduit immédiatement le jeune public, qui découvre à cette époque le bouillonnement du rock'n'roll.
Malgré la sorties de plusieurs albums jusqu'à la fin des années 1950, Bo Diddley n'arrive pas à percer sur le marché américain, et n'obtient qu'une ... reconnaissance tardive des groupes anglais qui découvrent son répertoire au début des années 1960. Les Rolling Stones emprunteront d'ailleurs le titre Mona sur leur premier album éponyme sorti en 1964.
Considéré comme l'inventeur d'un rythme saccadé auquel il donne son nom, parfois également appelé Jungle Beat, Bo Diddley est ultra prolifique dans les années 1960. Adulé par la mouvance du garage rock et du blues, il revendique son statut dans l'album The Originator en 1966, et enregistre par la suite deux albums avec celui qui est aujourd'hui l'une des plus grandes figures du Chicago Blues,Muddy Waters.
Au début des années 1970, le psychédélisme s'essouffle et le rock revient à la mode. Bo Diddley refait alors surface dans divers festivals et sur des disques-hommages. Les sorties d'albums studios s'espacent, privilégiant les productions live à défaut de nouveau matériel. En 1987, il est intronisé au Rock & Roll Hall of Fame et plus de dix après, en 1998, il reçoit un Grammy Award d'honneur pour l'ensemble de sa carrière. En 2004, le magazine Rolling Stone le place à la vingtième place des plus grands artistes de tous les temps.
Discographie :
1957 : Bo Diddley
1959 : Go Bo Diddley
1960 : Have Guitar-Will Travel
1960 : Bo Diddley In The Spotlight
1960 : Bo Diddley Is A Gunslinger
1961 : Bo Diddley Is A Lover
1962 : Bo Diddley's A Twister
1962 : Hey! Bo Diddley
1962 : Bo Diddley
1962 : Bo Diddley & Company
1963 : Surfin' with Bo Diddley
1963 : Bo Diddley's Beach Party
1964 : Two Great Guitars (avec Chuck Berry)
1965 : Hey Good Lookin'
1965 : 500% More Man
1966 : The Originator
1967 : Super Blues (avec Muddy Waters & Little Walter)
1967 : Super Super Blues Band (avec Muddy Waters & Howlin' Wolf)
1970 : The Black Gladiator
1971 : Another Dimension
1972 : Where It All Began
1972 : Got My Own Bag of Tricks
1974 : Big Bad Bo
1976 : 20th Anniversary of Rock & Roll
1983 : Ain't It Good To Be Free
1989 : Breakin' Through The BS
1989 : Living Legend
1991 : Rare & Well Done
1992 : This Should Not Be
1994 : Promises
1995 : The Mighty Bo Diddley
1996 : A Man Amongst Men
2002 : Moochas Gracias (avec Anna Moo, musique pour enfant)
2005 : Vamp (avec Mainsqueeze)
Filmographie :
1972 : Crush Proof de François De Menil
1983 : Un fauteuil pour deux (Trading Places) de John Landis
2000 : Blues Brothers 2000 de John Landis

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.