Charline Vanhoenacker

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Charline Vanhoenacker©BestImage, JLPPA

En moins de trois ans, Charline Vanhoenacker s'est imposée dans le paysage audiovisuel français. Passée par la Radio télévision belge de la Communauté française (RTBF), la Radio Télévision Suisse (RTS) et le grand quotidien belge le Soir, où elle a officié comme correspondante de presse à Paris pendant une dizaine d'années, la journaliste séduit Pascale Clark en 2012.

Alors animatrice sur France Inter, cette dernière, convaincue du fort potentiel de cette fille d'enseignants, lui fait rejoindre son émission, Comme on vous parle. Charline Vanhoenacker y tient une chronique hebdomadaire et déjà les auditeurs décèlent une pointe de satire bien placée. Car l'humour est bel et bien le cheval de bataille de la Belge, tellement adepte de la tradition française de la satire politique, qu'elle a découverte sur les bancs de l'ESJ Paris après une maîtrise de science politique à Bruxelles, qu'elle a préféré s'expatrier en France.

Installée dans l'Hexagone depuis le début des années 2000, la cheville ouvrière de la RTBF, qui a aussi régalé les lecteurs du Soir avec son blog sur lequel elle portait un regard acéré sur les anomalies de la société française, elle fait aujourd'hui rire comme une humoriste, si bien que les professionnels de l'audiovisuel ont parfois du mal à l'étiqueter journaliste.

Pourtant c'est bel et bien pour sa fantaisie, couplée à son regard éditorial, que Laurence Bloch, la directrice de l'antenne, qui voulait rajeunir et féminiser la grille de programmation à la rentrée 2014, l'engage sur la matinale de Patrick Cohen. L'année précédente, Philippe Val, alors directeur de France Inter, lui avait déjà fait place à l'antenne en lui confiant une émission d'été et une chronique dans le 5/7 avec Éric Delvaux.

Sa fraîcheur et l'acuité de son regard sur notre pays enchante la ... maison ronde comme les auditeurs. Son billet matinal de 7h55, qu'elle incarne parfois déguisée (comme en janvier 2015 avec le casque rose de scooter de Julie Gayet), toujours inspirée, fait d'elle l'une des nouvelles vedettes de France Inter. Se déclarant proche de la famille d'humour d'un Stéphane Guillon ou d'une Sophia Aram, Charline Vanhoenacker ne cherche pas en premier à faire rire mais plutôt à faire dire à l'auditeur : "Bien vu, je n'avais pas vu cela comme ça !"

Et si elle dénonce souvent, elle ne renonce jamais. À la rentrée 2015, après avoir présenté à deux reprises sur France 4 l'émission sur la thématique de la bêtise humaine Je vous demande de vous arrêter, elle se paye la tête de Vincent Boloré, le "pape du PAF", à l'antenne dans sa chronique matinale juste après que Canal+ lui ait proposé un projet télé sur sa grille. Sa liberté d'expression a pris le dessus, enterrant dans la foulée toute collaboration avec la chaîne cryptée.

En parallèle de son billet de 7h55, la trublionne belge traîne depuis 2014 son insolence et son esprit loufoque dans l'émission décalée Si tu écoutes j'annule tout, co-animée chaque soir entre 17h et 18h avec l'humoriste belge Alex Vizorek. Programme hybride mêlant sujets sérieux et satire de la société française, Charline Vanhoenacker et ses chroniqueurs (André Manoukian, Clara Dupont-Monod, Guillaume Meurice, Pablo Mira...) permettent alors à l'humour d'ajouter un sous-texte au texte.

Un petit plus non négligeable à y regarder les audiences du programme début 2016 : l'émission était en effet la deuxième plus écoutée dans cette tranche horaire, derrière Les Grosses Têtes de Laurent Ruquier sur RTL mais devant Les pieds dans le plat de Cyril Hanouna sur Europe 1.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.