Claude Nougaro

Claude Nougaro©Abaca, Petit Francis

Fils du premier baryton de l'opéra de Paris, Claude naît dans la Ville rose de Toulouse, fief de sa vie en 1929. Il évolue dans un terreau musical très fertile, entre le métier de son père et sa pianiste de mère. L'école le dégoûte. Claude, indiscipliné, s'intèresse plutôt aux arts et plus naturellement à la musique. Pendant la guerre, il offre à ses oreilles les plus beaux textes d'Edith Piaf ornés de sa voix unique, mais découvre également le jazz, ce qui est un choc total.

En échec scolaire, il devient pigiste, de France jusqu'à la ville d'Alger. Pendant son service militaire, il développe une certaine mélancolie, notamment lorsque ses parents montent vivre à Paris. Il gribouille, griffonne ce qui ressemble de plus en plus à des poèmes...

Il part déclamer ces derniers au Lapin Agile à Montmartre, haut lieu de la poésie et de la chanson. Pour ce passionné du registre d'Edith Piaf, il est honoré de pouvoir transmettre ses textes à Marguerite Monnot, parolière personnelle de la "grande petite" chanteuse à la robe noire. En 1958, "Il y avait une ville" est son premier titre enregistré.

Même s'il est facile de constater que le style Nougaro n'a rien à voir avec Dalida, c'est pourtant la belle Egyptienne qui le fait monter sur scène lors de l'une de ses tournées. Sur son chemin parisien, il croise également le pape de la poésie chantée, Georges Brassens, une rencontre majeure.

Mais Michel Legrand, grand compositeur surdoué, devient ami avec Claude et tous deux enregistrent "Une petite fille" en 1962, ce qui marque un tournant pour le Toulousain. Alors que la variété est brillante en France, où nous en sommes aux Gainsbourg et que l'on sort de Vian, Claude Nougaro est différent, percutant, transpire avec ses mots et les fait claquer au vent. Il est dévoré par les rythmes de jazz et cela donne une sonorité toute unique à ses textes. Il se définit même par un néologisme : le motsicien.

En 1963, il écrit une magnifique chanson en super 45 tours pour sa fille Cécile et se retrouve par la suite ... immobilisé à cause d'un accident. Il rencontre le guitariste Baden-Powell au Brésil, pays qui va le marquer à jamais et qui l'inspire pour son premier vrai album, "Bidonville", sorti en 1966. Quelques années après sortent des standards de la chansons française, "Armstrong" ou "Toulouse", hommage définitif à sa Ville rose. Le chanteur va d'ailleurs rarement rencontrer l'échec, en tant que touche-à-tout et excellent technicien.

Le "petit taureau" devient son surnom, et Claude Nougaro acquiert de son vivant une reconnaissance forte du monde de la chanson, celui qui chante la province et qui célèbre Paris, notamment avec "Montparis".
Les années 1980 sont réellement axées sur le jazz et le blues depuis son arrivée chez Barclay fin 1970 et enchaîne les albums mais la maison de disque se sépare de lui pour mauvaises ventes. Il passe au rock et sort "Nougayork", qui opère un tournant dans la carrière du chanteur et embraye sur une tournée immense, 220 dates dès le début des années 1990. En revanche, les textes de Claude Nougaro sont plus sociaux que politiques, alors que la tendance générale était à l'engagement comme pour Renaud ou Jean Ferrat.

Il est opéré du coeur en 1995 et revient en 1997 à près de 70 ans avec une énergie nouvelle, bien que sa situation médicale soit sérieuse. Il travaille avec Yvan Cassar, célèbrissime arrangeur et "Embarquement Immédiat" voit le jour. C'est pendant l'hiver 2004, alors qu'il commençait à enregistrer un nouvel album que Claude Nougaro s'éteint, entouré de ses proches qui lui organisent de superbes funérailles dans son "païs, ô Toulouse".

La ville lui rend régulièrement hommage et a baptisé une station de métro et une école à son nom. Claude Nougaro est toujours reconnu comme l'un des plus grands poètes chanteurs du XXe siècle.

Discographie :

2000 : Embarquement immédiat
1997 : L'enfant phare
1993 : Chansongs
1989 : Pacifique
1987 : Nougayork
1985 : Bleu blanc blues
1983 : Ami chemin
1981 : Chanson nettes
1980 : Assez !
1978 : Tu verras
1977 : Plume d'ange
1975 : Femmes et famines
1974 : Récréation
1973 : Locomotive d'or
1971 : Soeur âme
1967 : Petit taureau
1966 : Bidonville

Récompense :

1988 : Victoire de la musique de l'artiste interprète masculin de l'année

Ses dernières news

Toutes ses news
Le meilleur et le pire des albums posthumes
Fabien Gallet
10 octobre 2018

Le meilleur et le pire des albums posthumes

10 octobre 2018
diaporama
La rentrée des classes en 10 chansons culte
Fabien Gallet
05 septembre 2018

La rentrée des classes en 10 chansons culte

05 septembre 2018
diaporama
Didier Lockwood, figure incontournable du jazz, est mort
Fabien Gallet
19 février 2018

Didier Lockwood, figure incontournable du ...

19 février 2018
article
Les 10 révélations musicales de 2017
Fabien Gallet
06 décembre 2017

Les 10 révélations musicales de 2017

06 décembre 2017
diaporama

Vos réactions doivent respecter nos CGU.