Diana Stewart

Diana Stewart

"Je suis une actrice britannique bilingue qui se plait à jouer anglais et en français une large palette de personnages, d'âges différents, n'hésitant jamais à porter des bigoudis, des perruques ou des bâtons de marche avec une prédilection pour la comédie mais je peux aussi être effrayante." Voilà comment la comédienne, qui ne manque visiblement pas d'humour, se décrit sur son site officiel. Avec ses cheveux poivre et sel et ses grands yeux bleus écarquillés, Diana Stewart est immédiatement reconnaissable. Assumant parfaitement son âge, elle dégage comme une certaine Charlotte Rampling, une sérénité inexplicable. Comme si les 1001 vies qu'elle avait déjà vécues avaient fait d'elle une sage parmi les sages.

Formée en 1971 aux Cours Simon pour la télévision et le cinéma, c'est dans le mannequinat qu'elle débute sa carrière. Modèle pour des magazines féminins comme Elle, Vogue ou L'Officiel de la couture entre 1968 et 1972, Diana Stewart joue ensuite pendant huit ans dans la série "Destination Xero" (1972-1980) sur la chaîne Xero TV. Depuis le nouveau millénaire, la trublionne touche-à-tout s'est produite sur les planches de Paris et de Grande-Bretagne et notamment chez la metteur en scène Béla Grushka ("Desire, Desire, Desire", "Beyond Therapy"). On la voit également sous les traits de la Reine Margaret dans "Hamrich Makine III" (2003) mise en scène par Pascal Castellata et dans deux pièces avec la Compagnie du Théâtre du Jeu : "Spell on U" (2004-2005) de Caroline Cohen et "La Femme d'un Autre" (2005-2006) de Caroline Cohen.

En 2007, alors qu'elle vient de rejoindre les bancs de l'Aquaviva Drama School après avoir fréquenté l'école de théâtre parisienne Acting International pendant trois ans, elle s'illustre dans des représentations anglaises jouées dans la Capitale, "Why do you smoke so much Lily ?" (2007) de Bela Grushka et "Auto da Fe" (2007) de Tercelin Kirtley, avant d'entrer par la petite porte (la figuration) du cinéma français. C'est Olivier Dahan qui lui fait confiance le premier, lui confiant un petit rôle d'une femme américaine de passage à Paris dans son biopic sur Edith Piaf, "La Môme" (2007), avec Marion Cotillard. Trois ans plus tard, c'est Abdellatif Kechiche qui l'engage ... sur sa "Vénus noire". Drame historique situé dans le Paris de 1817, à l'époque où l'Académie royale de médecine considérait une partie de l'humanité comme inférieure, Diana Stewart y campe un petit rôle de figuration (une femme avec un parasol).

Elle côtoie ensuite Charlotte Gainsbourg et Peter Doherty dans "Confessions d'un enfant du siècle" de Sylvie Verheyde (2012), suivi du thriller oppressant "Dans la maison" (2012) signé François Ozon. S'en suit un petit détour par le petit écran (la série "Inbox", le téléfilm "Les Sondes") mais surtout un rôle remarqué dans la comédie générationnelle 20 ans d'écart, avec Pierre Niney et Virginie Efira. À la façon de Meryl Streep dans "Le Diable s'habille en Prada", elle est la glaciale Tracy Kimmel, patronne anglaise d'un magazine de mode français nommé Rebelle. Austère sous ses lunettes strictes, ses bijoux imposants et sa coupe de cheveux grise, elle se montre intransigeante (et imbuvable) au moment de choisir le nouveau mannequin qui fera la prochaine couverture du magazine. Grâce à Virginie Efira, elle trouvera la perle rare en la personne de Pierre Niney.

Choisie en 2015 par le studio Bagel pour camper la gameuse Georgette dans le sketch Mamie Beta de la chaîne YouTube Studio Gaming, elle démontre encore une nouvelle fois ses qualités d'adaptation (ici le format web et le sujet des jeux vidéo). Affrontant une autre senior, elle va perdre une partie enflammée face à une testeuse de jeux vidéo depuis 1932. L'année suivante le public français peut la retrouver dans la deuxième saison de la série d'époque "Versailles", de Mike Barker, dans laquelle elle campe Abbess Sybille.

Quand elle ne tourne pas, la comédienne d'origine britannique chante dans des chorales et petits groupes, danse, et participe aussi à des oeuvres de bienfaisance et des causes humanitaires.

Filmographie :

2016-2017 : Versailles (Série TV)
2013 : 20 ans d'écart, de David Moreau
2013 : Les Sondes, d'Alexis Moreau (Téléfilm)
2012 : Inbox (Série TV)
2012 : Dans la maison, de François Ozon
2012 : Confession d'un enfant du siècle, de Sylvie Verheyde
2010 : Vénus noire, d'Abdellatif Kechiche
2007 : La môme, d'Olivier Dahan

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
Break - Bande annonce 1 - VF - (2018)
01:28

Break - Bande annonce 1 - VF - (2018)

A la suite d'un grave accident, Lucie ...
09 juillet 2020
20 ans d'écart - Extrait 2 - VF - (2013)
05:53

20 ans d'écart - Extrait 2 - VF - (2013)

Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ...
09 juillet 2020
20 ans d'écart - Bande annonce 6 - VF - (2013)
03:34

20 ans d'écart - Bande annonce 6 - VF - (2013)

Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ...
09 juillet 2020
20 ans d'écart - Bande annonce 1 - VF - (2013)
01:45

20 ans d'écart - Bande annonce 1 - VF - (2013)

Alice Lantins a 38 ans. Elle est belle, ...
09 juillet 2020

Ses derniers films

Tous ses films

Break

comédie dramatique
sortie le 18 juillet 2018

Break

20 ans d'écart

comédie
sortie le 6 mars 2013

20 ans d'écart

Dans la maison

suspense
sortie le 10 octobre 2012

Dans la maison

Confession d'un enfant du siècle

drame
sortie le 29 août 2012

Confession d'un enfant du siècle

Vos réactions doivent respecter nos CGU.