Enrico Macias

Enrico Macias©Getty Images, Serge Benhamou

Le jeune Gaston grandit au sein d'une famille juive dans l'Algérie française des années 1940. Son père, Sylvain Ghrenassia, est violoniste dans l'orchestre de Raymond Leyris, alias Cheikh Raymond, icône du malouf, une musique aux origines arabo-andalouses très populaire dans la région de Constantine. Gaston apprend la guitare aux côtés d'amis gitans qui le surnomme "petit Enrico" et intègre à 15 ans l'orchestre de Cheikh Raymond. Même si la musique est sa véritable passion, il se tournera vers l'enseignement et deviendra instituteur, ce qui ne l'empêchera pas de continuer la musique aux côtés de son mentor "Tonton Raymond".
En juin 1961, à Constantine, ce dernier est assassiné. La guerre d'Algérie et la mort de cet homme symbolisant l'échange entre les diverses communautés du pays convainc la famille Ghrenassia de quitter l'Algérie pour la France le 29 juillet 1961. Enrico allait pourtant épouser Suzy, la fille de Cheikh Raymond. Au cours de sa traversée nostalgique de la Méditerranée, il compose à la guitare J'ai quitté mon pays, qui deviendra son premier single un an plus tard sous le nom d'Enrico Macias. Ce nom résulte d'une erreur de la secrétaire de la maison de disques qui a mal compris le patronyme du chanteur, qui lui souhaitait se faire appeler "Nassia".
Installé à Argenteuil, Enrico Macias multiplie les représentations dans les cabarets parisiens. Il se fait notamment connaître en assurant la première partie d'un concert de Gilbert Bécaud, puis en apparaissant dans un reportage sur l'exil des Pieds-Noirs, dont sa chanson Adieu mon pays devient un symbole. Sa carrière décolle d'emblée et le succès est au rendez-vous au milieu des années 1960. Il se produira régulièrement à l'Olympia au cours des années suivantes. Au fil de sa carrière, il devient un chanteur pour la paix, grâce à ses chansons sur le dialogue entre les communautés. En 1976, il remporte un Disque d'or pour l'album Mélisa. Deux ans plus tard, il est invité par le président Anouar el-Sadate à se produire en Egypte. Un concert symbolique qui réunit plus de vingt mille spectateurs ... arabes.
En 1980, l'ONU décerne à Enrico Macias le titre de "chanteur de la paix", saluant son combat pour le dialogue entre les communautés. En 1981, quand Sadate est assassiné, il compose en son honneur le titre Un berger vient de tomber. Dans les années 1990, le succès se poursuit pour ce chantre des musiques orientales. En 1999, il présente au Printemps de Bourges un hommage musical à Cheikh Raymond, qui débouche à un double album live chanté en arabe.
Après plusieurs décennies d'exil, Enrico Macias publie un récit en 2001, Mon Algérie, en forme d'hommage à son pays natal. En 2003, il sort Oranges amères, un album supervisé par son fils, le producteur Jean-Claude Ghrenassia, et qui renoue avec les sonorités orientales de ses débuts. En 2010, il poursuit la collaboration avec son fils sur un nouvel opus, Voyage d'une mélodie. L'année 2015 symbolise un nouveau retour du chanteur avec l'autobiographie L'envers du ciel bleu, dans laquelle il évoque notamment son combat pour la paix dans le conflit israélo-palestinien. En février 2016, il sort l'album Les Clefs, qui rend une nouvelle fois hommage à Cheikh Raymond.
Discographie :
2016 : Les Clefs
2011 : Voyage d'une mélodie
2006 : La vie populaire
2003 : Oranges amères
1995 : Et Johnny chante l'amour
1993 : A Suzy
1991 : Enrico
1989 : Macias
1986 : Mon chanteur préféré
1984 : Générosité
1983 : Un homme comme toi
1981 : Un berger vient de tomber
1980 : La France de mon enfance
1979 : La poésie de la Méditerranée
1977 : Aimez vous les uns les autres
1975 : Mélisa
1973 : Un homme a traversé la mer
1971 : Un grand amour
1969 : Bravo Enrico
1968 : Un rayon de soleil
1966 : 12 nouvelles chansons
1963 : Un soir d'été
Filmographie :
2012 : La Vérité si je mens 3, de Thomas Gilou : Maurice Boutboul
2011 : Bienvenue à bord, de Éric Lavaine : lui-même
2009 : Coco, de Gad Elmaleh : le couturier
2006 : Un ticket pour l'espace, d'Éric Lartigau : voix de l'ordinateur
2001 : La Vérité si je mens 2, de Thomas Gilou : Maurice Boutboul
1965 : L'Esbrouffe, de Philippe Clair : lui-même

Ses dernières news

Toutes ses news
10 stars qui ont des problèmes de dettes
Émilie Nougué
30 novembre 2018

10 stars qui ont des problèmes de dettes

30 novembre 2018
diaporama
Serge Lama évoque l'accident qui a coûté la vie à sa fiancée
Émilie Nougué
05 février 2018

Serge Lama évoque l'accident qui a coûté la ...

05 février 2018
article
Enrico Macias : "J'ai perdu ma femme à cause de cette banque"
Fabien Gallet
05 mai 2017

Enrico Macias : "J'ai perdu ma femme à ...

05 mai 2017
article
Foot : les pires hymnes pour soutenir les Bleus
Sébastien Jenvrin
10 juin 2016

Foot : les pires hymnes pour soutenir les Bleus

10 juin 2016
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
La Vérité si je mens ! 3 - bande annonce - (2012)
02:05

La Vérité si je mens ! 3 - bande annonce - (2012)

Eddie, Dov, Yvan et les autres... Nos ...
29 août 2017

Vos réactions doivent respecter nos CGU.