Etienne Mougeotte

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Etienne Mougeotte©BestImage, Denis Guignebourg

Homme de l'ombre, Étienne Mougeotte a marqué la presse et plus globalement l'audiovisuel à la fin des années 1990 et au début des années 2000 avec son pragmatisme et sa soif d'entreprendre. Diplômé de l'Institut d'études politiques (IEP) de Paris après une hypokhâgne au lycée Henri-IV, toujours à Paris, le charentais complètera par la suite sa formation de journaliste à l'Institut français de Presse.

Baignant depuis ses 20 ans dans le giron des médias français, Etienne Mougeotte débute dans les années 1960 comme journaliste au quotidien Paris-Normandie. De 1966 à 1967, il fera ses armes sur les ondes de France Inter, comme reporter puis correspondant depuis Beyrouth. Après les évènements qui ont bouleversé la France en mai 1968, le touche-à-tout occupe brièvement le micro de présentateur des journaux sur Europe 1, avant de rejoindre l'ORTF en 1969.

Officiant comme rédacteur en chef adjoint du journal télévisé de la première chaîne, Information Première, comme Philippe Gildas après lui, il prend ses premiers galons qui l'amèneront très loin. Voguant brièvement par la suite sur les ondes de RTL entre 1972 et 1973, puis comme directeur de directeur de l'information d'Europe 1 en 1987 après avoir été rédacteur en chef, sa carrière prend un nouveau tournant lorsque, en 1981, il se voit confier le pôle Médias du groupe Matra-Hachette par Jean-Luc Lagardère.

Parmi les titres du groupe se trouvent notamment l'hebdomadaire Le Journal du dimanche, auquel il sera attaché un temps en qualité de rédacteur en chef, puis surtout Télé 7 Jours, magazine spécialisée dans la télévision française qu'il préside de 1984 à 1987. Cette année-là, une toute autre aventure journalistique l'attend mais dans un autre groupe de presse majeur français : le groupe TF1.

En effet, malgré un cancer de la gorge survenu cette année-là et qui ... lui laissera des séquelles vocales (sa voix est aujourd'hui reconnaissable parmi d'autres), Étienne Mougeotte s'impose comme l'un des chefs de file de la nouvelle orientation que veut prendre la chaîne fraîchement privatisée. Nommé vice-président du groupe en 1989 puis directeur d'antennes. C'est notamment sous sa présidence que la chaîne s'emparera de séries américaines à succès telles que "Les Experts", "New York Section Criminelle" ou "Dr House". C'est également sous sa présidence que naît LCI, chaîne de télévision d'information en continu du groupe TF1, le 24 juin 1994.

Les jeux d'argent, les films du dimanche soir, la téléréalité, les grands évènements footballistiques... tous ces programmes lancés à son initiative pour redorer le blason de TF1 participeront au regain économique de la chaîne, qui conservera son leadership tant sur le divertissement que sur l'information, à l'époque loin devant ses concurrentes, France 2 et M6.

En avril 2007, vingt ans après son entrée sur la première chaîne, le journaliste quitte ses fonctions dans la tour TF1 pour devenir consultant en communication. Il ne le sera que très brièvement puisqu'un grand quotidien de droite français ne tarde pas à le contacter. Voilà comment, dès le mois d'août, le dirigeant se met à plancher sur une nouvelle formule du Figaro Magazine, supplément hebdomadaire du quotidien Le Figaro.

Directeur de la rédaction du magazine pendant trois mois seulement, il cède sa place à Alexis Brézet pour prendre lui la direction des directeurs des rédactions du groupe Le Figaro, succédant à Nicolas Beytout. En juillet 2012, Alexis Brézet prend de nouveau sa place. On retrouve alors Mougeotte comme consultant pour la chaîne TVous La télédiversité avant de le voir nommer directeur général de la station Radio Classique.

En 2015, il prend la présidence du groupe Valmonde (Valeurs actuelles) en remplacement d'Olivier Dassault.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.