Father John Misty

Father John Misty©Getty Images, Gordon Stabbins

Tillman grandit dans un famille évangélique, où toute autre culture est bannie. Il est notamment inscrit dans une école judaïque messianique pentecôtiste, qu'il décrit plus tard comme "une démence absolue". S'il n'écrit pas directement sur ce passé tourmenté, celui-ci influence sans nul doute sa musique - comme son mode de vie tumultueux.

L'artiste américain débute en tant que batteur. Alors qu'il étudie à New York, il joue dans des groupes de rock indé. En 2004, il quitte l'université et déménage à Seattle. Lorsqu'il n'est pas occupé à ses petits boulots, il travaille sur ses propres compositions. Une des démos qu'il enregistre atterrit dans les mains de Damien Jurado, qui l'invite à rejoindre son groupe en tournée.

Le jeune homme profite de cette place sur scène pour écouler les disques gravés de ses réalisations, I Will Return et Long May You Run. Il ne tarde toutefois pas à entrer dans une circulation plus conventionnelle, puisque le label indépendant Fargo Records publie son premier opus, Minor Works, en 2006 - la même année qu'une ré-édition en double-album de ses premières tentatives, parue chez Keep Records.

L'année suivante, J. Tillman dévoile Cancer And Delirium chez Yer Bird Records. Alors qu'on le croit parti pour une carrière solo, il revient à la batterie pour le groupe folk Fleet Foxes en 2008. Mais, n'y trouvant pas réellement sa place, il finit par le quitter trois ans plus tard malgré son succès croissant.

La liberté retrouvée, et l'envie ... bouillonnante de travailler son projet solo, c'est là qu'il quitte la peau de J. Tillman pour devenir Father John Misty. Son premier album sous ce nouveau pseudonyme, Fear Fun, paraît en 2012 auprès du label Sub Pop. Classé folk-rock, sur une sonorité tantôt électronique légère, tantôt country, le disque de douze pistes est un succès critique.

Le deuxième essai de Father John Misty est encore mieux accueilli : I Love You, Honeybear, sorti en 2015, atteint la 16e place des albums de l'année du magazine NME, et la 12e du Top 50 de Pitchfork Media. Le chanteur se fait alors connaître autour du globe : sur la scène de Coachella, sur le plateau du Grand Journal, pour son "buzz" maladroit autour de sa reprise - d'une reprise de Ryan Adams des chansons Blank Space et Welcome to New York de Taylor Swift - ou encore pour sa collaboration surprenante avec Beyoncé, sur le titre Hold-Up de son album Lemonade.

Fort de cette notoriété grandissante, Father John Misty voyage en 2016 aux quatre coins des Etats-Unis et en Europe, dans le cadre de sa propre tournée et à l'affiche de nombreux festivals.

Discographie :

2015 : I Love You, Honeybear
2012 : Fear Fun

Sous le nom J. Tillman :

2010 : Singing Ax
2009 : Year In The Kingdom
2009 : Vacilando Territory Blues
2007 : Cancer and Delirium
2006 : Minor Works
2006 : I Will Return/Long May You Run

Vos réactions doivent respecter nos CGU.