Fishbach

Fishbach

Depuis l'adolescence, Flora Fischbach n'en fait qu'à sa tête. Pas vraiment stimulée par les études, elle arrête les cours à l'âge de 15 ans. Née en 1991 dans les Ardennes, elle grandi à Charleville-Mézières mais bouge rapidement en fonction des petits boulots qu'elle décroche. Vendeuse de chaussures, puis photographe de compétitions sportives, elle monte à Paris où elle travaille comme barmaid, avant d'officier comme guide au château de Vincennes.

Tout en cumulant les emplois, Flora assiste le soir à des concerts de rock jusqu'à ce soir-là, l'année de ses 17 ans, où lors d'un concert de métal, elle est subjuguée par l'énergie du groupe. Dès la fin du show, elle s'empresse d'aller parler au guitariste Baptiste Bethune, avec qui elle sympathise rapidement. Il faut dire que la fille a du bagou. Justement en quête d'une chanteuse pour monter un nouveau groupe, Flora accepte la proposition. Le duo de punk Most Agadn't était créé.

Elle qui n'avait pas l'once d'une formation musicale, à part trois mois de cours de violon et un début d'apprentissage de solfège, apprend la musique sur le tas. Et surtout à moduler sa voix, qui crie, hurle, susurre. Cette voix, elle va, au bout de quatre ans de bons et loyaux services pour Most Agadn't, l'utiliser à contre-courant dans son nouveau projet. Désirant en effet retourner à quelque chose de plus intimiste et surtout à une production française, elle qui vociférait des chansons punk en anglais.

L'électron libre retire alors le "c" à son nom, aimant l'idée du poisson remontant le fleuve à contre-courant dans la langue allemande, et commence à réaliser des morceaux avec le logiciel Garage Band sur son Ipad. ... Encouragée très vite par son ami Dimitri, devenu son ingénieur du son, elle fait écouter ses maquettes au label Entreprise qui, conquis, lui fait signer un contrat pour un premier EP. Sorti en novembre 2015 chez Enterprise avec l'aide de l'ingénieur du son des groupes Air et Phoenix, Stéphane Alf Briat, "Fishbach" propose une pop synthétique venue d'une autre époque. Un mélange d'électro pop, de new wave et de variété française que ses parents auraient pu écouter.

Se définissant comme une " hurleuse de silences ", Fishbach donne à la pop française une couleur sombre, elle qui était plutôt jusque-là acidulée et ensoleillée. Un spleen à la fois doux et âpre, modulant sa voix, tantôt dans les graves à la façon de Catherine Ringer, tantôt très aigüe. Seule sur scène avec sa guitare électrique et sa pédale d'effets, la chanteuse ardennaise évoque dans ses textes le suicide d'un ancien collègue (Le Château), sa phobie du téléphone (Tu vas vibrer) ou encore les déambulations d'une fille seule, un soir, pouvant décider de rentrer accompagnée ou pas (Béton mouillé).

Mais c'est surtout sa reprise inattendue de Babouche, morceau disco des années 1970 signé Salim Halidi et le titre Mortel avec ses relents de Niagara qui lui permettent d'entrer dans le cercle très fermé des coups de coeur du magazine Les Inrocks. Les fans de pop française affluent alors et les critiques s'emballent face à cette vingtenaire à la voix hors-norme. L'oiseau de nuit qui reprend le Nighbird de Bernard Lavilliers parcourt les scènes parisiennes et planche sur un premier album, "A ta merci", dans les bacs le 27 janvier 2017.

Discographie :

2017 : A ta merci

Ses dernières news

Toutes ses news
Victoires de la musique 2018, le palmarès en images
Fabien Gallet
10 février 2018

Victoires de la musique 2018, le palmarès en ...

10 février 2018
diaporama
Juliette Armanet se réapproprie "I Feel It Coming" de The Weeknd
Sébastien Jenvrin
31 mars 2017

Juliette Armanet se réapproprie "I Feel ...

31 mars 2017
article
Benjamin Biolay, Phoenix, Metronomy au festival Beauregard 2017
Sébastien Jenvrin
17 mars 2017

Benjamin Biolay, Phoenix, Metronomy au ...

17 mars 2017
article

Vos réactions doivent respecter nos CGU.