Jackson 5

Jackson 5©Getty Images, NBC
Le couple Joe et Katherine Jackson s'installe dans la ville de Gary, dans l'Indiana, et ne tarde pas à fonder une grande famille : Maureen (Rebbie) naît en 1950, Sigmund (Jackie) en 1951, Toriano (Tito) en 1953, Jermaine en 1954, La Toya en 1956, Marlon en 1957, Michael en 1958, Randy en 1961 et Janet en 1966.

Les enfants grandissent dans une ambiance musicale, leur père ayant été un temps membre du groupe de blues "Falcons" avec ses frères. Lorsqu'il voit sa progéniture s'intéresser à son tour à la musique, le patriarche devient un coach déterminé à faire mûrir de jeunes talents. Alors qu'il se concentre sur ses quatre garçons aînés, plaçant à l'origine Jermaine derrière le micro, le petit Michael s'impose à tout juste 4 ans comme une évidence lorsqu'il le voit imiter James Brown.

Joe Jackson travaille sans relâche avec ses cinq fistons - une période qui laissera un souvenir amer au futur King of Pop. Il les inscrit à des concours en 1964 et obtient dès l'année suivante un contrat pour l'enregistrement d'un premier single auprès du label local Steeltown. "Big Boy" rencontre un petit succès et les cinq frères font leurs débuts sur scène, dans les nightclubs de la ville d'abord, puis à travers le pays en première partie d'artistes R&B phares, comme les Temptations ou Etta James. En 1967, ils remportent un concours amateur organisé sur la fameuse scène Apollo d'Harlem à New York : les stars montantes du Motown, Gladys Knight et Bobby Taylor, les encouragent alors à signer auprès du fameux label de Detroit.

La famille Jackson s'envole à Los Angeles en 1969 sous la houlette de Berry Gordy, propriétaire de Motown, qui promet de les rendre célèbres. En août, les cinq frères font la première partie de Diana Ross. En décembre, ils publient leur premier album : "Diana Ross presents the Jackson 5". Chose promise, chose due : le premier single du groupe, "I Want You Back", est un tube instantané. Tout comme les titres "ABC" et "The Love You Save", de leur deuxième opus. Et à nouveau la ballade "I'll Be There", de leur "Third Album". Quatre singles sortis sur trois albums en à peine une année, grimpant tous en tête des classements américains. Les Jackson 5 deviennent la sensation de 1970 et, à tout juste 12 ans, Michael Jackson en est inéluctablement la star.

Devenus de véritables vedettes - afro-américaines qui plus est, quelque part fédératrices dans un pays encore très divisé - les frères font l'objet de divers produits marketing et même d'un dessin animé sur la chaîne ABC (1971-1972). ...
Alors qu'ils continuent de faire un carton à chaque single, le label décide de lancer Jermaine et Michael en solos. Le cadet rencontre un succès immédiat en 1971, grâce aux tubes "Got to Be There" et "Rockin' Robin", alors que l'aîné connaît une réussite plus modérée avec le titre "Daddy's Home" en 1972.

S'ils profitent ainsi de quelques années de célébrité, les Jackson 5 commencent vite à regretter de ne pouvoir composer, ou même choisir, leur musique. En 1975, Joe leur arrange alors un contrat chez Epic Records - avec une augmentation de 500% sur les royalties - mais ne parvient pas à garder le nom de Jackson 5, bien gardé par Motown. Les frères deviennent alors les Jacksons, et Randy prend la place de Jermaine après que ce dernier ait épousé la fille de Berry Gordy, choisissant donc de rester fidèle à leur label historique.

En 1978, la nouvelle formation présente enfin un album de sa propre composition : "Destiny", suffisamment réussi pour convaincre Michael de repartir sur une carrière solo. Alors que son "Off the Wall" (1979) connaît un certain succès, l'enfant star devenu adulte revient auprès de ses frères pour "Triumph" en 1980. Malgré le triomphe qu'il rencontre ensuite lui-même avec "Thriller" (1982), il se sent encore obligé de rester fidèle au poste pour la prochaine sortie du groupe en 1984. Avec également Jermaine de retour, c'est la première fois que tous les frères Jackson sont réunis sur un album. Mais bien que "Victory" soit à nouveau une réussite, celui-ci marque cette fois la fin de la collaboration fraternelle.

Le groupe ne se réunira au complet qu'en 1989 pour l'album "2300 Jackson Street" - qui compte également dans ses rangs les filles de la famille, hormis La Toya. Il faudra alors attendre deux décennies avant de retrouver les Jacksons sur scène : sans Michael, décédé un an auparavant, Jackie, Tito, Marlon et Jermaine reviennent pour un Unity Tour en 2012. On les retrouve à nouveau sur scène trois ans plus tard, pour une série de concerts en honneur des cinquante ans des Jackson 5.

Discographie :

Sous le nom Jackson 5 :

1979 : Boogie
1976 : Joyful Jukebox Music
1975 : Moving Violation
1974 : Dancing Machine
1973 : G.I.T. : Get it Together
1973 : The Jackson 5 in Japan
1973 : Skywriter
1972 : Lookin' Through the Windows
1971 : Going Back to Indiana
1971 : Maybe Tomorrow
1970 : Jackson 5 Christmas Album
1970 : Third Album
1970 : ABC
1969 : Diana Ross Presents the Jackson 5

Sous le nom Jacksons :

1989 : 2300 Jackson Street
1984 : Victory
1980 : Triumph
1978 : Destiny
1977 : Goin' Places
1976 : The Jacksons

Récompense :

1977 : Etoile sur le Hollywood Boulevard

Ses dernières news

Toutes ses news
Des Jackson 5 à One Direction : une histoire des boys bands
Fabien Gallet
18 octobre 2017

Des Jackson 5 à One Direction : une histoire ...

18 octobre 2017
diaporama
Les Gardiens de la Galaxie 2 : 5 scènes post-génériques sont prévues !
Marine de Guilhermier
19 avril 2017

Les Gardiens de la Galaxie 2 : 5 scènes ...

19 avril 2017
article

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Jackson 5
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]