Jean-Pierre Raffarin

Jean-Pierre Raffarin©Abaca

Étudiant, il est membre des jeunes giscardiens, puis du Parti républicain, avant de devenir secrétaire général de l'UDF en 1995. Président du conseil de Poitou-Charentes de 1988 à 2002, il aussi élu député européen en 1989 et siége au Parlement de Strasbourg jusqu'en 1995, année où il rejoint le gouvernement Juppé en tant que ministre des Petites et Moyennes entreprises, se faisant connaître pour son action en faveur des artisans boulangers. Il quitte son poste en 1998, à la suite de la cohabitation et de l'arrivée de Lionel Jospin comme premier ministre.
En 2002, suite à la réélection de Jacques Chirac à l'Élysée, il est promu Premier ministre par celui-ci, et conduit les réformes des retraites, de l'assurance maladie et la décentralisation qui entraîneront plusieurs manifestations et grèves. Dans l'ombre de Nicolas Sarkozy, alors très médiatique ministre de l'Intérieur, il voit sa cote de popularité baisser, et la presse s'amuse de ses formules imagées et déroutantes, entrées dans le dictionnaire sous le terme "raffarinades", comme la célèbre "notre route est droite mais la pente est forte", ou encore "The yes needs the no to win against the ... no".
Mais sa positive attitude ne suffira pas, et après le rejet massif de la constitution européenne lors du référendum de 2005, Jean-Pierre Raffarin, qui s'était énormément investi en faveur du oui, est désavoué et doit démissionner.
L'ancien locataire de Matignon ne quitte pas pour autant la politique. En 2008, il devient vice-président de l'UMP et sénateur de la Vienne. Il se présente ensuite à la présidence du Sénat, mais est battu par l'ancien ministre Gérard Larcher. Le même scénario se reproduit lors des élections sénatoriales de 2014. Il est depuis, président des affaires étrangères du Sénat, où il contribue à l'amélioration des relations franco-chinoises.
C'est finalement en 2017 que Jean-Pierre Raffarin décide de tourner le dos à la politique. "Le moment est venu de me retirer de la vie politique élective", déclare-t-il dans une tribune publiée par La Nouvelle République le 27 juin 2017. Quittant ainsi le Sénat alors qu'il lui restait encore trois ans de mandat, l'homme de 68 ans compte désormais se consacrer à la création d'une ONG internationale dénommée Leaders for Peace (Les dirigeants pour la paix), "pour alerter contre les risques de guerre qui nous menacent".

Ses dernières news

Toutes ses news
Brigitte Macron baptise le bébé panda
Hélène Demarly
04 décembre 2017

Brigitte Macron baptise le bébé panda

04 décembre 2017
article
Jacques Chirac, candidat pour le prix Nobel de la paix ?
Hélène Demarly
26 janvier 2017

Jacques Chirac, candidat pour le prix Nobel de ...

26 janvier 2017
article
Mélenchon, Dati, Duflot : qu'écoutent les politiques français ?
Sébastien Jenvrin
09 mai 2016

Mélenchon, Dati, Duflot : qu'écoutent les ...

09 mai 2016
article

Ses derniers films

Tous ses films

Les fauves : Sarkozy - Villepin, 15 ans d'affrontements

documentaire
sortie le 1 janvier 2011
Les fauves : Sarkozy - Villepin, 15 ans d'affrontements

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.