Jérôme Cahuzac

  • En bref
  • 3 news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Jérôme Cahuzac©Abaca, Bernard-Salinier

Son père est ingénieur, sa mère professeur d'anglais à Henri IV. Lui, devient d'abord médecin. Jérôme Cahuzac démarre en effet sa carrière professionnelle en tant qu'interne des hôpitaux de Paris, en chirurgie viscérale dans l'établissement de Beaujon à Clichy, puis de Broussais dans le 14e arrondissement parisien. Le hasard de la vie - et l'ambition - voudra toutefois qu'il se convertisse en politique. Après avoir fait la connaissance du voisin de palier de ses parents, le spécialiste en droit constitutionnel et proche de Michel Rocard, Guy Carcassonne, le jeune homme de 25 ans adhère au Parti socialiste. Dix ans plus tard, Rocard accède à Matignon et lui devient conseiller de Claude Evin, ministre de la Santé. Entre autres accomplissements, "c'est grâce à sa pugnacité qui deviendra légendaire" que la loi Evin voit le jour selon celui qui était alors directeur adjoint du cabinet, Didier Tabuteau, cité par Le Monde.

Lorsque Michel Rocard est remercié par le Président François Mitterrand en 1991, Jérôme Cahuzac se voit contraint de reprendre le bistouri. Mais plutôt que de revenir à la santé publique, celui qui a goûté aux hauts-rangs de la société préfère se tourner alors vers la chirurgie esthétique, se spécialisant dans la greffe de cheveux. Pour s'assurer une clientèle mondaine, il montera en 1996 une clinique capillaire sur les Champs-Élysées avec sa femme dermatologue, Patricia Ménard (devenue Cahuzac en 1980). C'est par ailleurs à travers sa belle-famille que celui qui a également créé une société de conseil au service des laboratoires pharmaceutiques, et intégré la franc-maçonnerie au Grand Orient de France, commence son exil fiscal... Le cousin de sa femme, Jean-Pierre Eymié, est l'associé de Philippe Péninque (deux anciens, au passage, du groupuscule d'extrême droite Groupe Union Défense), soit l'avocat qui lui a ouvert son premier compte en Suisse, auprès de la banque UBS à Genève, en 1992. Un compte, assurera-t-il plus tard, dédié au financement de la campagne de Michel Rocard, qu'il espère effectivement voir avec d'autres fidèles partisans concourir à la présidentielle de 1995.

Son cheval, désavoué au sein du Parti socialiste, ne finira toutefois pas la course. Alors Jérôme Cahuzac doit trouver un autre moyen d'exister en politique. La dissolution de 1997 lui permet de prétendre à une place à l'Assemblée nationale, qu'il parvient à décrocher en remportant la troisième circonscription du Lot-et-Garonne. En 2001, il devient de surcroît maire de Villeneuve-sur-Lot, mais perd ensuite son statut de député aux élections législatives de 2002. À cette époque, le socialiste mise également sur un autre homme : Lionel Jospin. S'il s'avère être un très mauvais placement à l'issu du premier tour de la présidentielle de 2002, il revient tout de même auprès de ce dernier dans le cadre de la primaire de la gauche en 2006... Mais perd à nouveau la mise face à son abandon ... et la consécration de Ségolène Royal. Pour se consoler, Jérôme Cahuzac récupère sa circonscription en 2007, gardant cette fois son siège à l'assemblée - comme à la Mairie - jusqu'en 2012.

En 2010, le député-maire est nommé à la tête de la commission des finances de l'Assemblée nationale. L'année suivante, il rejoint l'équipe menée par Jean-François Cambadélis pour soutenir la candidature de Dominique Strauss-Kahn à la prochaine élection présidentielle. Décidément maudit, lorsque le dirigeant du Fonds Monétaire International tombe dans une affaire d'agression sexuelle, l'homme politique se voit contraint de retourner sa veste. Il mise cette fois sur le bon parti, puisqu'il soutient d'emblée François Hollande face à Martine Aubry. Un acte qui lui vaut, à l'investiture du candidat socialiste à la tête de l'État en 2012, le portefeuille convoité du Budget. C'est toutefois dans sa gloire que celui qui a enfin acquis une grande notoriété médiatique ne va pas tarder à sombrer...

Alors qu'il incarne la rigueur en ces temps de crise, Jérôme Cahuzac fait l'objet d'une enquête dévastatrice de Mediapart, qui dévoile dès décembre 2012 l'existence de son compte en Suisse. L'ironie est trop grande, venant de celui qui est en charge du redressement des comptes de la France, et donc de la lutte contre l'évasion fiscale, mettant de facto le gouvernement de gauche récemment élu dans l'embarras. Or la présomption d'innocence est d'abord de mise. L'homme politique dément avec fermeté, déclarant à Jean-Jacques Bourdin "les yeux dans les yeux" sur BFMTV : "Je n'ai pas, je n'ai jamais eu, à aucun moment, un compte en Suisse". Or le site d'information d'Edwy Plenel ne démord pas, enregistrements téléphoniques et autres documents en main, et demande l'ouverture d'une enquête.

Lorsque le Parquet de Paris annonce finalement l'ouverture d'une information judiciaire contre X, le ministre du Budget démissionne du gouvernement le 19 mars 2013. S'il clamait encore son innocence, il finit par passer aux aveux moins d'un mois plus tard. Les enquêtes et procès judiciaires menés à son encontre dévoileront une fraude dépassant largement l'ampleur des premières accusations. Le couple Cahuzac, face notamment aux profits débordants de sa clinique capillaire dans les années 1990, aurait ainsi dissimulé près de 3,5 millions d'euros en Suisse, mais aussi à Singapour et sur l'île de Man.

L'ancien ministre du Budget se voit condamné, le 8 décembre 2016, à trois ans de prison ferme, sans aménagement de peine, et cinq ans d'inéligibilité pour fraude fiscale et blanchiment. Celle qui est entre-temps devenue son ex-femme écope quant à elle d'une peine de deux ans de prison ferme, le procureur estimant que les deux font partie des "plus gros fraudeurs fiscaux que la justice a eu à connaître" selon Le Monde. L'avocat de Jérôme Cahuzac, Jean Veil, a toutefois annoncé sur Europe 1 que son client comptait faire appel. Affaire à suivre, donc.

Ses dernières news

Toutes ses news
10 politiciens à qui on a demandé de "rendre l'argent"
Fabien Gallet
10 juillet 2018

10 politiciens à qui on a demandé de ...

10 juillet 2018
diaporama
Jérôme Cahuzac a volé et caché... un chien d'aveugle
Hélène Demarly
25 mai 2018

Jérôme Cahuzac a volé et caché... un chien ...

25 mai 2018
article
Quand les politiques font leur mea-culpa
Hélène Demarly
07 février 2017

Quand les politiques font leur mea-culpa

07 février 2017
article

Vos réactions doivent respecter nos CGU.