Jim Morrison

©Getty Images, Michael Ochs Archives
Le philosophe. Après avoir notamment découvert Nietzsche au lycée, James Douglas Morrison s'intéresse aux penseurs libres de sa génération, la "Beat Generation", incarnée notamment par James Kerouac et Allen Ginsberg. Ayant passé l'adolescence dans la ville tranquille d'Alexandria en Virginie, dans les fastidieuses années 1950, il se fascine pour ce mouvement à contre-courant né sur la Côte Ouest, qui s'oppose aux codes compassés de l'American Way of Life, sans compter la guerre au Vietnam. Le jeune homme avoue d'ailleurs lui-même n'avoir poursuivi ses études cinématographiques à UCLA, pour lesquelles il s'est finalement vite désintéressé, que pour éviter d'être envoyé sur le front - ou avoir à travailler.

Le poète maudit. Lorsqu'un ancien camarade d'UCLA, Ray Manzarek, lui propose, émerveillé par sa prose et sa voix rauque, de constituer un groupe de rock, Jim Morrison pense immédiatement à un nom : The Doors. C'est une référence à un poème de William Blake, qu'il affectionne depuis tout jeune : "Si les portes de la perception étaient purifiées, toute chose apparaîtrait telle qu'elle est : infinie". Et lui-même se plaira à dire : "Il y a le connu, il y a l'inconnu, et entre les deux il y a The Doors". Celui qui se fait surnommer le Roi Lézard revient d'ailleurs à ses premières amours à l'aube des années 1970, publiant le double recueil "Seigneur" et "Nouvelles créatures" puis s'installant à Paris pour s'adonner entièrement à la poésie.

Le chanteur. Si le public ne découvre toute l'importance de son oeuvre littéraire que bien plus tard, avec la publication posthume d'"Une prière américaine" (1985) ou encore "Wilderness" (1988), c'est définitivement pour sa prose musicale que Jim Morrison est le plus connu. Avec The Doors, il signe auprès du label Elektra et se démarque dès l'album éponyme du groupe sorti en janvier 1967. Le succès ne tarde en effet pas avec ce premier opus, qui finira certifié quatre fois disque de platine et dont le dernier titre, The End, sera immortalisé dans le chef d'oeuvre de Coppola qu'est "Apocalypse Now" (1979). L'album est suivi à peine quelques mois plus tard par "Strange Days", qui comprend les hit singles Love me Two Times et People Are Strange. Et Jim Morrison signe auprès du groupe quatre autres opus sur les quatre prochaines années, "Waiting for the Sun" (1968), "The Soft Parade" (1969), "Morrison Hotel" (1970) et "L.A. Woman" (1971), lesquels atteindront tous à leur tour la certification platine.

Le tombeur. Devenu populaire dès son deuxième single endiablé, Light My Fire, le chanteur des Doors a été d'emblée propulsé au rang de sex-symbol. Dans un cuir serré, n'hésitant pas à dévoiler son torse et se prêter à des danses aussi suggestives qu'excentriques - il inspirera fortement une autre bête ...
de scène, dénommée Iggy Pop - le charisme de Jim Morrison ne laisse pas indifférent. En tant que véritable rock star, il met une horde de groupies à ses pieds et se fait vite une réputation de coureur. Mais la femme de sa vie reste sans doute Pamela Courson, auprès de qui il finira ses jours à Paris bien qu'il ait eu entre temps de nombreuses autres conquêtes, dont une union païenne avec la critique Patricia Kennealy en 1970.

L'éternel rebelle. Alors qu'il défie déjà à l'adolescence toute forme d'autorité - à commencer par celle de son père, un officier de la Marine américaine -, l'âme de rebelle de Jim Morrison ne fait qu'amplifier avec sa notoriété, qui va de paire avec sa consommation d'alcool et de drogues. Si ce n'est pour un (petit) délit d'exhibitionnisme en état de (grande) ébriété qui le mène en justice en 1970, son fait le plus marquant reste son arrestation sur scène à New Haven, dans le Connecticut en 1967, après qu'il ait lourdement provoqué des forces de l'ordre présentes pour le concert. À peine a-t-il connu la célébrité que le trublion est ainsi devenu intenable. Dans un effort de reprendre sa vie en main, il finit par se retirer des devants de la scène après seulement trois ans de carrière à la tête des Doors. Mais ses démons le suivent à Paris : seulement quelques mois après s'être installé dans la Ville Lumière, il est retrouvé sans vie dans sa baignoire le 3 juillet 1971. Officiellement victime d'une crise cardiaque, il aurait plutôt succombé à une overdose d'héroïne...

La légende. Jim Morrison est alors enterré, dans la plus grande discrétion, au Père Lachaise. Sa mort n'est annoncée publiquement qu'après les obsèques, pour éviter une déferlante de fans dans le cimetière parisien. Sa tombe est depuis devenue une visite de rigueur pour bon nombre de touristes et fans des nouvelles générations qui continuent, plus de quarante après sa mort, d'y déposer fleurs, bougies et autres reliques en sa Mémoire. Alors que les Doors ont tenté, sans succès, de survivre à sa disparition, c'est définitivement la tignasse de lion indomptable de ce chanteur et poète charismatique qui a fait entrer le groupe dans la légende.

Discographie :

Avec The Doors :

1978 : An American Prayer
1971 : L.A. Woman
1970 : Morrison Hotel
1969 : The Soft Parade
1968 : Waiting for the Sun
1967 : Strange Days
1967 : The Doors

Filmographie :

1969 : HWY : An American Pastoral


Bibliographie :

1990 : La nuit américaine (The Lost Writings of Jim Morrison, vol.2), éd. Vintage Books
1988 : Wilderness (The Lost Writings of Jim Morrison, vol.1), éd. Vintage Books
1985 : Une prière américaine et autres écrits, éd. Christian Bourgeois
1970 : Seigneurs et Nouvelles créatures, éd. Simon and Schuster

Ses dernières news

Toutes ses news
alt-J dévoile l'hypnotisant "3WW" avant l'arrivée de son 3e album
Clara Lemaire
06 mars 2017

alt-J dévoile l'hypnotisant "3WW" ...

06 mars 2017
article
10 icônes de la chanson ressuscitées par le cinéma
Pauline Julien
13 janvier 2017

10 icônes de la chanson ressuscitées par le cinéma

13 janvier 2017
diaporama
Quand les artistes pètent les plombs sur scène
Sébastien Jenvrin
11 janvier 2017

Quand les artistes pètent les plombs sur scène

11 janvier 2017
diaporama
Les 3 morts de stars les plus mystérieuses
Fabien Gallet
31 octobre 2016

Les 3 morts de stars les plus mystérieuses

31 octobre 2016
article

Ses derniers films

Tous ses films

Lions Love (... and Lies)

comédie dramatique
sortie le 30 juillet 2014
Lions Love (... and Lies)

When You're Strange

documentaire
sortie le 29 juin 2011
When You're Strange

Les Doors

musical
sortie le 30 avril 1991
Les Doors
 
0 commentaire - Jim Morrison
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]