José Bové

José Bové

Eloigné de ses parents, alors mutés à Bordeaux, il reste seul à Paris et côtoie à cette époque un groupe anarchiste non violent, des chrétiens ouvriers ou encore des mouvements opposés à la guerre du Viêtnam.

Après avoir fréquenté la classe préparatoire aux grandes écoles et la faculté de Bordeaux, l'étudiant contestataire qu'il est refuse de passer son service militaire et se réfugie alors dans une exploitation agricole des Pyrénées.

C'est à compter de cette époque que le militant qui sommeille en lui va se réveiller. Dès 1973, José Bové milite contre l'extension du camp militaire sur le causse du Larzac, et s'y installe trois ans plus tard comme éleveur de brebis.

En 1978, alors qu'il assiège avec d'autres paysans et ouvriers le camp militaire, il écope de trois semaines de prison préventive, et est condamné à quatre mois avec sursis et privation de ses droits civiques pour activités antimilitaristes. Finalement, en 1981, le projet d'extension du camp militaire est abandonné.

Cette première opération coup de poing n'est pas le premier acte de résistance de l'altermondialiste. En effet, en parallèle de la mise en place de syndicats agricoles (Paysans-Travailleurs de l'Aveyron en 1981, Confédération paysanne en 1987), José Bové participe activement à la lutte contre le nucléaire aux côtés de Greenpeace en 1995, contre l'industrie de la malbouffe lors de l'affaire du McDonald's de Millau en 1999 - opération pour laquelle il sera condamné à trois mois de prison ferme -, et à de nombreuses actions d'arrachage illégal de plantations OGM, notamment au Brésil.

Mais l'une de ses frappes les plus célèbres s'est déroulée en mars 2002, lors de sa participation à une délégation en Palestine de Via Campesina, un mouvement international rassemblant des millions de paysans. La visite prend un tournant inattendu lorsque l'armée israélienne lance une offensive dans les territoires occupés. Après une visite à Yasser Arafat, José Bové, en tête de cortège, se fait arrêter par l'armée israélienne et expulsé après deux jours d'emprisonnement. L'année suivante, l'antimilitariste se fait condamner à dix mois de prison ferme. Il purgera six mois de sa peine chez lui suite à une grâce présidentielle.

À la suite de ses démêlés avec la justice, l'ancien porte-parole de la Confédération paysanne lance une campagne intitulée "Osez Bové", dans l'optique de se présenter comme candidat à l'élection présidentielle de 2007. Mais peu d'électeurs répondent présent, et l'éleveur sur le plateau du Larzac ne remporte que 1,32% des suffrages exprimés, se classant en dixième position sur un total de douze candidats.

Elu en 2009 dans l'euro-région Sud-Ouest, José Bové occupe le poste de député européen sous l'étiquette Europe Ecologie Les Verts. Il officie également comme vice-président de la commission Agriculture et développement rural au Parlement européen.

Ses dernières news

Toutes ses news
Quiz : connaissez-vous les différentes sortes de moustache ?
Marc-Emmanuel Adjou
18 novembre 2017

Quiz : connaissez-vous les différentes sortes ...

18 novembre 2017
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
Tous au Larzac - bande annonce - (2011)
01:41

Tous au Larzac - bande annonce - (2011)

Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José... ...
29 août 2017

Ses derniers films

Tous ses films

Tous au Larzac

documentaire
sortie le 23 novembre 2011
Tous au Larzac

Les Brebis font de la résistance

documentaire
sortie le 1 avril 2009
Les Brebis font de la résistance

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - José Bové
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]