Luc Chatel

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Luc Chatel

Son engagement politique va naître sur les bancs de la fac, au sein du conseil d'administration de l'université, puis à la présidence du syndicat étudiant ADEG et à la Junior-Entreprise Sorbonne Conseil.

C'est un groupe d'envergure mondiale qu'il rejoint en 1990 : L'Oréal. Il y officie à plusieurs postes, d'abord comme chef de produit, ensuite agent aux ressources humaines, pour finir DRH d'une entité du groupe de cosmétiques.

Parallèlement à sa carrière chez L'Oréal, Luc Chatel s'investit en politique en adhérant au Parti républicain, puis en s'engageant plus localement, devenant conseiller municipal de Bayard-sur-Marne en Haute-Marne en 1993 puis de Chaumont trois ans plus tard.

Il quitte son poste chez L'Oréal lorsqu'il décroche un siège à l'Assemblée nationale le 16 juin 2002. Elu député UMP dans la 1ère circonscription de la Haute-Marne, il rejoint la commission des affaires économiques du Palais-Bourbon.

C'est véritablement au sein de l'UMP qu'il se fera un nom en politique : il est noommé secrétaire national puis porte-parole national du parti en 2004, présidé à l'époque par Alain Juppé puis par Nicolas Sarkozy. Sa collaboration avec ce dernier ne fera que commencer puisqu'une fois Nicolas Sarkozy élu président de la République, Luc Chatel est nommé secrétaire d'État auprès de la ... ministre de l'Économie, des Finances et de l'Emploi, chargé de la Consommation et du Tourisme. L'année suivante, ses fonctions s'élargissent à l'Industrie et Nicolas Sarkozy le nomme porte-parole du gouvernement, succédant à Laurent Wauquiez.

2008 marque indubitablement un grand cap professionnel pour Luc Chatel, par ailleurs élu maire de Chaumont le 9 mars, mandat qu'il quittera par démission le 6 septembre 2013.

Mais sa carrière politique atteint son sommet quand il accède à sa plus haute fonction politique le 23 juin 2009, devenant le nouveau ministre de l'Education nationale, succédant à Xavier Darcos. À ses fonctions de ministre de l'Education nationale s'ajoutent celles de la Jeunesse et de la Vie associative en novembre 2010. Pendant son exercice de ministre, Luc Chatel mettra notamment en place la réforme du lycée, visant à lutter contre les inégalités en matière d'orientation.

En août 2012, alors toujours très actif dans la famille UMP, il monte le groupe "Réforme et liberté", composé des députés libéraux Hervé Novelli, Michèle Tabarot et Hervé Mariton, en vue d'y présenter une motion au congrès de l'UMP du mois de novembre. Il se fait ensuite élire vice-président du parti, puis vice-président délégué en janvier 2013, et enfin secrétaire général de l'UMP en juin 2014.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU