Luchino Visconti

Luchino Visconti©Getty Images, Santi Visalli / Contributeur

Encore de nos jours, Luchino Visconti rime avec règne du cinéma italien dans les années 1960/1970. On compte parmi ses chefs-d'oeuvre "Les Amants diaboliques", "Rocco et ses frères" ou encore "Le Guépard".

Luchino Visconti est né au début du siècle, le 2 novembre 1906 à Milan. Ce descendant d'une famille noble et très riche de Lombardie est un gamin plutôt intenable. S'étant enfui à plusieurs reprises de chez ses parents, des intellectuels, son père le place en institution militaire pour le stabiliser. Enfant, il est passionné par les chevaux et passe la plus grande partie de son temps dans les écuries de la propriété familiale. Son père lui inculque également son goût pour l'architecture et les beaux-arts et il se rend aussi très souvent à l'opéra, à La Scala, ce qui influence nettement sa future carrière.

Celle-ci débute en 1936, en France, à Paris plus précisément, où le jeune Italien se lie d'amitié avec Gabrielle Chanel alias Coco Chanel qui le présente au réalisateur Jean Renoir. Ce dernier l'embauche un temps en tant qu'assistant-réalisateur et costumier, sur deux de ses films : "Les Bas-Fonds" (1936) et "Une Partie de campagne".

Visconti dirige son premier long-métrage, "Les Amants diaboliques", point cardinal pour les futurs cinéastes néo-réalistes, en 1942. Il crée ensuite une troupe de théâtre avant de revenir au cinéma six années plus tard avec "La Terre Tremble", une dénonciation des conditions de vie difficiles des milieux populaires, qui s'avère être un échec commercial. Le réalisateur rencontre enfin le succès en 1951 avec "Bellissima", un film grand public qui dépeint les coulisses du cinéma où il révèle Anna Magnani. Il enchaîne alors avec sa première oeuvre couleur, "Senso", qui lui vaut d'être nommé pour le Lion d'or de Venise et qui marque au fer rouge dans l'histoire du cinéma italien puis mondial, la patte Viscontienne où les robes de bals, la noblesse, s'entrechoquent avec l'Histoire, la politique et les romances qui jalonnent le récit.

En 1957, il revient au noir et blanc avec "Les Nuits Blanches", interprété par Maria Schell, Marcello Mastroianni et Jean Marais, avant de réaliser l'un de ses films les plus célèbres : "Rocco et ses frères". Pour "Rocco", il retourne à un cinéma de conscience notamment sociale et fait appel à des comédiens qui seront des légendes, Alain Delon, Annie Girardot, Claudia Cardinale ou encore Roger Hanin. À sa sortie en 1960, l'oeuvre est en partie censurée en Italie... avant d'obtenir le Prix spécial de la Mostra.

Visconti persévère toujours dans sa recherche d'esthétique absolue dans ces films. Entre costumes et photographie, décor et mise en scène, il convoque toujours les "canons" de l'époque, à savoir Alain Delon et Claudia Cardinale comme évoqués précédemment ou encore Burt Lancaster avec qui il collabore plusieurs fois, notamment dans "Le Guépard" (1963) où le trio se retrouve. Trois ans plus tard, Visconti réalise ce film, oeuvre totale et nostalgique d'une aristocratie italienne qui s'évanouit dans le progrès et le futur, récompensé par une Palme ... d'or au Festival de Cannes.

En 1965, Visconti tourne "Sandra", puis une adaptation du roman d'Albert Camus, "L'Étranger". Et en 1969, il revient à sa spécialité, la fresque historique, avec "Les Damnés", film sur la montée du nazisme, puis "Mort à Venise", deux ans plus tard. Il confie dans ce long-métrage adapté de la nouvelle de Thomas Mann, le rôle du professeur Gustav von Aschenbach à l'acteur hollywoodien Dirk Bogarde. Cet intellectuel tombe sous le charme d'un jeune homme dans la cité des Doges. La musique de Gustav Mahler, solennelle et romantique est comme l'un des personnages du film, sombre et omniprésente. Le cinéma du réalisateur italien se fait alors de plus en plus obscur et lugubre... Ces deux derniers films, "Violence et Passion" (1974) et "L'Innocent" (1976), confirment cette tendance.

Malade, Visconti meurt le 17 mars 1976 à Rome, laissant une oeuvre d'une incroyable richesse et une légende qui soulève aujourd'hui encore des passions.

Le réalisateur est également connu pour son statut de pygmalion. C'est dans un petit hôtel d'Italie qu'il repère le jeune Helmut Berger, jeune Autrichien au physique romantique exceptionnel. Entre les deux c'est une relation artistique et amoureuse qui se met en place. Visconti est fasciné par Helmut qui a ce visage hors du temps, propice au cinéma ou à la peinture et qui sera d'ailleurs élu par les cinéphiles "plus bel homme du monde". Helmut devient son acteur fétiche, son compagnon jusqu'à sa mort et lui confie les rôles les plus complexes de ses films entre "Les Damnés" (1969) ou "Ludwig" (1972) au côté de la non moins sublime Romy Schneider. Il y incarne le prince Louis II de Bavière, cousin ambigu de Sissi, homme instable, mentalement fragile, épris de grande musique. On saura plus tard que ce monarque était probablement atteint d'autisme, handicap impossible à deviner à son époque. Visconti ne peut plus tourner sans Berger qui contribue à cette esthétique auquelle le réalisateur est tant attaché. A la mort de Visconti en 1976, ce sera la déchéance pour Helmut Berger qui devait tout à son cinéaste. Encore aujourd'hui, l'acteur est en proie à des problèmes d'alcoolisme.
Mais Berger, incarne l'héritage encore vivant de Visconti, le symbole d'un cinéma qui a inspiré de très nombreux réalisateurs.

Filmographie :

1976 : L'innocent
1974 : Violence et passion
1973 : Ludwig - Le crépuscule des Dieux
1971 : Mort à Venise
1969 : Les Damnés
1967 : L'étranger
1965 : Sandra
1963 : Le Guépard
1960 : Rocco et ses frères
1957 : Les nuits blanches
1954 : Senso
1951 : Bellissima
1948 : La terre tremble
1945 : Jours de gloire
1943 ! Les amants diaboliques

Récompenses :

1971 : Prix anniversaire du 25e Festival de Cannes pour "Mort à Venise"
1967 : Lion d'or de Venise pour "Sandra"
1963 : Palme d'or du Festival de Cannes pour "Le Guépard"
1960 : Prix spécial du Jury de Venise pour "Rocco et ses frères"
1960 : Prix FRIPESCI de Venise pour "Rocco et ses frères"
1957 : Lion d'argent de Venise pour "Nuits blanches"
1948 : Prix internaitonal de Venise pour "La terra trema"

Ses dernières news

Toutes ses news
Claudia Cardinale se confie sur son rejet de la chirurgie esthétique
Azza Kamaria
22 juin 2018

Claudia Cardinale se confie sur son rejet de ...

22 juin 2018
article
Les femmes de la semaine du 14 au 21 avril 2018
Hélène Demarly
20 avril 2018

Les femmes de la semaine du 14 au 21 avril 2018

20 avril 2018
diaporama
Alain Delon le crie haut et fort : "Je hais cette époque, je la vomis"
Fabien Gallet
11 janvier 2018

Alain Delon le crie haut et fort : "Je ...

11 janvier 2018
article
Martin Scorsese trouve le cinéma d'aujourd'hui sans intérêt
Pauline Julien
19 décembre 2016

Martin Scorsese trouve le cinéma d'aujourd'hui ...

19 décembre 2016
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
Ludwig - Le crépuscule des Dieux - bande annonce - VF - (1973)
01:33

Ludwig - Le crépuscule des Dieux - bande annonce - VF - ...

Évocation du règne de Louis II de Bavière, ...
28 août 2017
Ludwig - Le crépuscule des Dieux - bande annonce 2 - VOST - (1973)

Ludwig - Le crépuscule des Dieux - bande annonce 2 - ...

Évocation du règne de Louis II de Bavière, ...
28 août 2017
Sandra - bande annonce - (2017)

Sandra - bande annonce - (2017)

Sandra, fille d'un savant juif mort à ...
29 août 2017

Ses derniers films

Tous ses films

Les Amants diaboliques

drame
sortie le 21 février 2018
Les Amants diaboliques

Maria by Callas

documentaire
sortie le 13 décembre 2017
Maria by Callas

Ludwig - Le crépuscule des Dieux

drame
sortie le 18 octobre 2017
Ludwig - Le crépuscule des Dieux

Sandra

drame
sortie le 17 mai 2017
Sandra

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU