Manu Chao

  • En bref
  • 3 news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Manu Chao©Getty Images, David Wolff - Patrick

C'est son père, Ramon, écrivain et journaliste à RFI Amérique Latine, qui lui transmet sa passion pour la musique, lui qui a été formé au piano en Espagne. Manu Chao baigne donc dans la musique mais aussi la littérature, son paternel côtoyant de grands écrivains hispaniques à l'instar de Gabriel Garcia Marquez.
Manu Chao grandit dans la banlieue parisienne, à Boulogne-Billancourt d'abord, puis à Sèvres. Délaissant le piano tant chéri par son père, il s'initie à la guitare, tandis que son frère, Antoine, apprend la batterie.
Quand il ne suit pas des cours au conservatoire, Manu Chao écoute en famille les disques de Chuck Berry et d'Otis Redding, mais surtout des morceaux de musique latine.
En 1976, avec son cousin Santiago et son frère Antoine, il intègre les Joint de Culasse, un groupe au répertoire constitué de reprises de standards du rock'n'roll des années 1950.
Il décide ensuite de mélanger ses influences hispaniques au rock'n roll et créé en 1984 le groupe Hot Pants, un groupe de rockabilly anglo-hispanique, avec son cousin à la batterie. Deux ans plus tard, Antoine les rejoint et le trio forme Los Carayos, un groupe rock alternatif.
Il faudra patienter jusqu'en 1987 pour que les trois musiciens se stabilisent. Les frères Chao et leur cousin forment la Mano Negra, du nom d'une organisation terroriste andalouse du XIXème siècle. Ensemble ils sortiront quatre albums entre 1988 et 1994 et deviendront un groupe de rock alternatif majeur en France, notamment grâce aux tubes Mala Vida - sorti originellement en 1988 mais passé inaperçu - King of Bongo, inspiré du morceau King of the Bongo Bong du trompettiste Roy Eldridge, ou encore Pas assez de toi.
Musicien globe-trotteur, Manu Chao se tourne ensuite vers la techno hardcore, qu'il a découvert à Rio de Janeiro. A l'opposé de son style musical habituel, il s'obstine et enregistre un disque, Clandestino, uniquement composé de rythmes techno et vécu comme le dernier de sa carrière. Le destin voudra qu'un bug informatique supprime les sons électroniques et donne lieu à un disque dépouillé et acoustique, qui sort dans les bacs en 1998 et sonne le début d'une carrière solo riche en succès.
Référence en matière de musique latine, Manu Chao devient le symbole d'une musique métissée qui dépasse les genres (rock, reggae, rumba, ska) et les frontières. La France se prend de passion pour les ... titres Je ne t'aime plus, Bongo Bong, Clandestino et Desaparecido.
S'en suit l'album Proxima estacion : Esperanza (2001), davantage festif et qui intègre un soupçon de jazz aux registres déjà exploités par le chanteur. On y retrouve notamment le très radiophonique et entêtant Me gustas tu.
En parallèle de sa carrière solo, Manu Chao se produit avec son groupe, Radio Bemba, en clin d'oeil au nom donné par les révolutionnaires cubains pour désigner le bouche à oreille.
Boule d'énergie sur scène, ses performances live détonnent avec ses albums studios acoustiques, une dissemblance qui ravit le public découvrant au fil du temps de nouvelles facettes du touche-à-tout.
En 2004, Manu Chao sort le livre-CD Sibérie m'était contée : son premier disque entièrement chanté en français. Cette année-là il produit et réalise l'album Dimanche à Bamako d'Amadou et Mariam.
L'année suivante, il signe la bande originale du film Princesas de Fernando Leon de Aranoa. Le long-métrage remporte trois Goya dont celui de la meilleure chanson pour Me llaman calle.
Son troisième et dernier album studio, La Radiolina, sort en 2007, année où il contribue à la bande originale du film Maradona, d'Emir Kusturica. Depuis, Manu Chao n'a pas sorti d'album physique, préférant, au vue de l'état de l'industrie du disque, diffuser ses nouveaux morceaux en ligne sur son site Internet.
Très engagé, le nomade contemporain a participé dans les années 1980 à la création de la radio La Colifata, une radio qui émet depuis la cour de l'hôpital psychiatrique José T. Borda, à Buenos Aires. Désignée en 1994 comme "première radio du monde à émettre depuis un hôpital psychiatrique" par l'Organisation panaméricaine de la santé, La Colifata est aujourd'hui écoutée par des millions d'Argentins.
Discographie :
Avec la Mano Negra
1994 : Casa Babylon
1991 : King of Bongo
1989 : Puta's Fever
1988 : Patchanka
En solo
2007 : La Radiolina
2004 : Sibérie m'était contée
2001 : Proxima estacion : Esperanza
1998 : Clandestino
Récompenses :
2008 : Latin Grammy Award du meilleur album alternatif pour La Radiolina
2008 : Latin Grammy Award du meilleur clip vidéo pour Me llaman calle
2005 : Goya de la meilleure chanson pour Me llaman calle
2002 : Prix Echo du meulleure artiste pop.rock international pour Procima Estacion : Esperanza
2002 : NRJ Music Award de l'artiste masculin international de l'année
2002 : NRJ Music Award de l'album international de l'année pour Proxima Estacion : Esperanza

Ses dernières news

Toutes ses news
Manu Chao fait son retour sous la forme d'un duo
Sébastien Jenvrin
20 janvier 2017

Manu Chao fait son retour sous la forme d'un duo

20 janvier 2017
article
Barack Obama : déjà un nouveau poste dans la musique ?
Sébastien Jenvrin
10 janvier 2017

Barack Obama : déjà un nouveau poste dans la ...

10 janvier 2017
article
Barack Obama dévoile sa playlist de l'été sur Twitter
Clara Lemaire
12 août 2016

Barack Obama dévoile sa playlist de l'été sur ...

12 août 2016
article

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.