Michèle Rivasi

  • En bref
  • news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Michèle Rivasi©Abaca, Korbi Yann

Diplômée en 1975 de l'École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, puis d'un DEA en didactique des sciences l'année suivante, Michèle Rivasi commence sa carrière en 1977 en tant que professeure agrégée de biologie. Trois ans plus tard, elle devient enseignante d'IUFM à Valence, puis Grenoble. Une fonction qu'elle conservera en parallèle de sa carrière politique jusqu'en 2009.

Ce n'est qu'à 42 ans que la scientifique de formation s'introduit dans les affaires publiques, étant élue au conseil municipal de Félines-sur-Rimandoule en 1995. Deux ans plus tard, elle remporte un siège de députée pour la première circonscription de la Drôme à l'Assemblée nationale. Si elle parvient à conserver celui-ci jusqu'en 2002, Michèle Rivasi s'absente par la suite de la sphère politique pendant six longues années. Elle ne reprend de la fonction qu'en 2008 à Valence, où elle est à la fois nommée conseillère municipale et adjointe au maire. L'année suivante, elle quitte définitivement l'enseignement pour devenir députée européenne de la circonscription Sud-Est.

Longtemps apparentée au PS, et même officiellement membre du parti depuis 2002, Michèle Rivasi rejoint finalement les Verts en 2005. Celle qui était après tout une militante écologiste ... de longue date, ayant notamment fondé la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD) après Tchernobyl en 1986, été directrice de Greenpeace France entre 2003 et 2004, ou encore présidante du réseau Nuclear Transparency Watch pour une transparence dans le nucléaire civil en 2012, est depuis grandement impliquée dans son parti. Au Parlement européen, elle est vice-présidente du groupe des Verts/Alliance libre européenne. En France, elle annonce en 2016 sa candidature à la primaire d'Europe Écologie Les Verts en vue de la présidentielle de 2017.

La député européenne crée la surprise en se hissant juste derrière son confrère Yannick Jadot, avec 30% des voix recueillies au premier tour de la primaire écologiste, évinçant ainsi la favorite Cécile Duflot de la course. C'est toutefois son rival qui remportera le second tour, le 7 novembre 2016. La candidate déchue n'a toutefois pas la défaite amère et affiche d'emblée tout son soutien pour le représentant écologiste à la présidentielle : "Pour la bagarre qui s'annonce jusqu'au printemps 2017, vous pouvez compter sur moi pour être derrière Yannick", affirme-t-elle en effet dans un communiqué de presse.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU