Nick Cave

Nick Cave©BestImage, Action Press

Nicholas Edward Cave, de son nom complet, naît le 22 septembre 1957 à Warracknabeal dans l'État de Victoria en Australie. Il grandit non loin de là, à Wangaratta, où il se prend de passion pour l'histoire de l'anti-héros local Ned Kelly et rejoint à ses 9 ans la chorale de la Holy Trinity Cathedral. Quatre ans plus tard, sa famille déménage à nouveau pour s'installer dans la banlieue de Melbourne. Alors qu'il devient un adolescent rebelle, qui se fait expulser du lycée à 13 ans, il y rencontre un certain Mick Harvey avec qui il fonde bientôt un premier groupe dénommé The Boys Next Door.

Celui-ci se spécialise d'abord dans des reprises punk d'Iggy Pop, Lou Reed, des New York Dolls ou même du célèbre tube These Boots Are Made for Walking de Nancy Sinatra diffusé en 1978. Or cette année-là, le père du chanteur meurt dans un accident de voiture - une nouvelle dévastatrice qu'il apprend... derrière les barreaux, venant d'être arrêté pour cambriolage. Se servant de la tragédie comme catalyseur, Nick Cave tire un trait sur les combines pour mettre toute son énergie dans la musique. Il diffuse un premier album de chansons originales avec son groupe dès l'année suivante, "Door, Door", puis s'envole pour l'Angleterre.

Ainsi relocalisé à Londres, The Boys Next Door devient The Birthday Party. La production est frénétique, avec trois albums sortis consécutivement sur les trois prochaines années : un éponyme en 1980, "Prayers on Fire" en 1981, puis "Junkyard" en 1982. Mais alors que la formation se démarque déjà sur la scène post-punk londonienne, avec ses influences blues et un son pionnier du rock gothique, elle se sépare en 1983 après avoir quitté la capitale anglaise - jugée dépassée - pour y préférer Berlin. Son leader, en pleine ébullition créative, ne tarde toutefois pas à former un nouveau groupe : Nick Cave and the Bad Seeds.

Mick Harvey fait encore partie de ces "mauvaises graines", une formation qui ne cessera de changer au fil des années, intégrant notamment le multi-instrumentaliste (et surtout violoniste) Warren Ellis dans ses rangs à la fin des années 1990. Débarqué dans les bacs en 1984 avec "From Her To Eternity", Nick Cave and the Bad Seeds fait déjà preuve d'un son plus apaisé que celui de The Birthday Party, sur un mélange ténébreux de blues, rock, gospel et post-punk, avec des thèmes de prédilections déjà très présents - la religion, la mort, le Sud américain ou encore Elvis Presley... L'auteur-compositeur fait en effet preuve d'une certaine obsession pour le King, comme en témoigne le titre du deuxième opus du groupe en 1985 : "The Firstborn is Dead", une référence au jumeau mort-né d'Elvis, Jesse Garon Presley.

Nick Cave, avec sa voix de crooner menaçant, se plaît aussi à explorer le répertoire d'autres grands artistes américains de blues, rock, folk, ou même country, sur l'album de reprises "Kicking Against the Pricks" sorti l'année suivante. Il revient toutefois vite aux chansons originales avec "Your Funeral... My trial" (1986), puis "Tender Prey" (1988), lequel est introduit par un titre devenu phare, The Mercy Seat, qui se verra à son tour être l'objet de reprises - dont une par le héros du leader des "mauvaises graines", Johnny Cash, en 2000.

Après quoi le parolier prolifique se tourne vers d'autres styles d'écriture, publiant d'abord un recueil de poèmes, paroles et autres récits intitulé "King Ink" (1988). S'en suit peu après son premier roman, "And the Ass Saw the Angel" (1989), qui montre encore la fixation de l'artiste pour la religion, ce titre n'étant autre qu'une référence à un verset du Livre des Nombres - en français, "L'ânesse vit l'ange...". Alors que l'oeuvre lui vaut les éloges des critiques, certains n'hésitant pas à faire un rapprochement avec les travaux de William Faulkner, le chanteur et musicien s'essaie par ailleurs à l'écriture cinématographique. Il participe ainsi au scénario du criminel "Ghosts... of the Civil Dead" (1988) de John Hillcoat, qui marque également ses débuts de compositeur de bande originale, et collaborera encore en tant que scénariste pour le réalisateur australien à deux reprises : pour son western "The Proposition" (2005) puis son film de gangsters "Des hommes sans loi" (2012).

Forcément, en mettant ainsi un pied dans le monde du septième Art, Nick Cave se laisse aussi tenter par la caméra, même si ce n'est que le temps de quelques cameos. Après une première apparition auprès de son groupe dans "Les ailes du désir" (1987) de Wim Wenders, le public le retrouve en effet, les cheveux décolorés, face à Brad Pitt dans le "Johnny Suede" (2001) de Tom DiCillo. Il resurgira, entre autres brèves intrusions dans les salles obscures, au côté de l'acteur dans "L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford" (2007) d'Andrew Dominik, jouant les chanteurs de saloon.

Au sein de Nick Cave and the Bad Seeds, le leader se laisse depuis le début des années 1990 glisser davantage vers la ballade mélancolique. À ... commencer par "The Good Son" (1990), suivi notamment de "Let Love In" (1994), qui grimpe jusqu'en douzième position des charts outre-Manche et dont le titre Red Right Hand deviendra le thème de la série BBC "Peaky Blinders" près de vingt ans plus tard. Puis vient "Murder Ballads" en 1996, lequel n'est autre que le plus grand succès du groupe, hissé dans le Top 3 britannique... Non sans l'aide de quelques invité(e)s de choix comme PJ Harvey - la compagne d'un temps du chanteur - ou encore Kylie Minogue. S'il tend ainsi la main envers un plus grand public, Nick Cave rappelle vite qu'il ne se conformera pas pour autant à la culture de masse : il refuse une nomination aux MTV Europe Music Awards, se disant dans un courrier mal à l'aise avec la "nature compétitive" de telles cérémonies de remises de prix.

Alors que tout le talent de l'auteur-compositeur se confirme encore avec "The Boatman's Call" (1997), puis "No More Shall We Part" (2001) et "Abattoir Blues/The Lyre of Orpheus" (2004), qui se hisse en onzième position des charts britanniques, Nick Cave trouve en Warren Ellis un partenaire de composition de bandes originales prolifique. Les deux hommes signeront notamment celles de "L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford "(2007), "La route" (2009) et "Des hommes sans loi" (2012), puis "Loin des hommes" (2014) de David Oelhoffen et "Comancheria" (2016) de David Mackenzie.

Entre-temps le chanteur et musicien laisse de côté les ballades pour revenir à un son punk rappelant la période The Birthday Party. Pour ce faire, il forme avec certaines de ses "mauvaises graines" le groupe Grinderman, qui diffuse un album éponyme en 2007 puis une suite simplement dénommée "Grinderman 2" deux ans plus tard. Il n'oublie pas pour autant Nick Cave and the Bad Seeds, qui rencontre un nouveau grand succès avec l'opus "Dig!!! Lazarus, Dig!!!" (2008), arrivé dans le Top 5 au Royaume-Uni. Après quoi la formation retombe dans le lyrisme profond et sinistrement langoureux avec "Push the Sky Away" (2013) - le premier sans Mick Harvey. Nick Cave est d'ailleurs à l'affiche d'un docu-fiction musical l'année suivante, "20 000 jours sur Terre" de Iain Forsyth et Jane Pollard, centré justement sur ses vingt-quatre heures passées avant l'enregistrement de l'opus.

Alors qu'il continue d'explorer l'univers cinématographique, en prêtant sa voix pour la narration du documentaire historique "Prophet's Prey" réalisé par Amy Berg en 2015, le chanteur et musicien vit une nouvelle tragédie cette année-là : un de ses quatre fils, Arthur (l'un des jumeaux nés de son mariage avec la top-modèle Susie Bick), meurt à tout juste quinze ans d'une chute du haut d'une falaise près de Brighton en Angleterre. C'est ainsi en deuil que l'artiste retourne en studio auprès de ses "mauvaises graines" pour enregistrer un seizième album en 2016. "Skeleton Tree", sans surprise, est des plus noirs - littéralement, avec sa pochette ultra-minimaliste. Le chagrin du chanteur est palpable, en particulier sur des titres comme Magneto ou Jesus Alone, dans lequel il interroge directement Dieu. Cette période à la fois douloureuse et créative est immortalisée dans "One More Time With Feeling" (2016), réalisé par Andrew Dominik. Présenté à la Mostra de Venise, le documentaire rencontre un certain succès critique et commercial. Sa sortie en DVD est prévue pour mars 2017.

Discographie :

Bandes originales (avec Warren Ellis)

2016 : Comancheria, de David Mackenzie
2014 : Loin des hommes, de David Oelhoffen
2012 : Des hommes sans loi, de John Hillcoat
2009 : La route, de John Hillcoat
2009 : The Girls of Phnom Penh, de Matthew Watson (Documentaire)
2007 : The English Surgeon, de Geoffrey Smith (Documentaire)
2007 : L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, d'Andrew Dominik
2005 : The Proposition, de John Hillcoat

Bandes originales (avec Blixia Bargeld et Mick Harvey)

1996 : To Have and to Hold, de John Hillcoat
1988 : Ghosts... of the Civil Dead, de John Hillcoat

Nick Cave and the Bad Seeds

2016 : Skeleton Tree
2013 : Push the Sky Away
2008 : Dig, Lazarus, Dig!!!
2004 : Abattoir Blues/The Lyre of Orpheus
2003 : Nocturama
2001 : No More Shall We Part
1997 : The Boatman's Call
1996 : Murder Ballads
1994 : Let Love In
1992 : Henry's Dream
1990 : The Good Son
1988 : Tender Prey
1986 : Young Funeral... My Trial
1986 : Kicking Against the Pricks
1985 : The Firstborn Is Dead
1984 : From Her to Eternity

Grinderman

2010 : Grinderman 2
2007 : Grinderman

The Birthday Party

1982 : Junkyard
1981 : Prayer on Fire
1980 : The Birthday Party

The Boys Next Door

1979 : Door, Door

Filmographie :

2016 : One More Time With Feeling, d'Andrew Dominik (Documentaire)
2016 : Les beaux jours d'Aranjuez, de Wim Wenders
2014 : 20 000 jours sur Terre, de Iain Forsyth et Jane Pollard (Documentaire)
2007 : L'assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, d'Andrew Dominik
1997 : Chasse au rhinocéros à Budapest, de Michael Haussman
1996 : Baby Trouble Hole, de Malga Kubiak
1991 : IDn4, de Malga Kubiak
1991 : Johnny Suede, de Tom DiCillo
1988 : Ghosts... of the Civil Dead, de John Hillcoat
1987 : Les ailes du désir, de Wim Wenders

Ses dernières news

Toutes ses news
Nick Cave fait le deuil de son fils au cinéma
Sébastien Jenvrin
07 septembre 2016

Nick Cave fait le deuil de son fils au cinéma

07 septembre 2016
article
Nick Cave s'exprime pour la première fois sur la mort de son fils
Clara Lemaire
05 août 2016

Nick Cave s'exprime pour la première fois sur ...

05 août 2016
article
10 artistes à ne pas manquer dans les festivals
Sébastien Jenvrin
06 juillet 2016

10 artistes à ne pas manquer dans les festivals

06 juillet 2016
diaporama
Nick Cave & The Bad Seeds : un album et un film à la rentrée
Clara Lemaire
31 mai 2016

Nick Cave & The Bad Seeds : un album et un ...

31 mai 2016
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
Les Ailes du désir - bande annonce - (1987)
02:06

Les Ailes du désir - bande annonce - (1987)

Des anges s'intéressent au monde des mortels, ...
02 septembre 2017
Wind River - bande annonce - VOST - (2017)

Wind River - bande annonce - VOST - (2017)

Cory Lambert est pisteur dans la réserve ...
14 septembre 2017
Wind River - bande annonce 2 - VOST - (2017)

Wind River - bande annonce 2 - VOST - (2017)

Cory Lambert est pisteur dans la réserve ...
15 septembre 2017
Wind River - bande annonce 3 - VF - (2017)
01:07

Wind River - bande annonce 3 - VF - (2017)

Cory Lambert est pisteur dans la réserve ...
15 septembre 2017

Ses derniers films

Tous ses films

Pinocchio (del Toro)

animation
sortie le 1 janvier 2020
Pinocchio (del Toro)

The Crow

fantastique/SF
sortie le 1 janvier 2019
The Crow

Les Ailes du désir

drame
sortie le 25 avril 2018
Les Ailes du désir

Wind River

suspense
sortie le 30 août 2017
Wind River

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.