Nick Quinn

Nick Quinn

Après une licence de philosophie obtenue à l'Université de Nottingham, Nick Quinn traverse la Manche pour intégrer La Fémis à Paris. Son premier cachet professionnel, il le décroche au sein de l'équipe technique du documentaire musical "In Bed with Madonna" (1991), dans lequel le réalisateur Alek Keshishian suit la star de la pop au cours de son controversé Blond Ambition Tour. Le cinéaste en herbe ne tarde pas ensuite à passer lui-même derrière la caméra, réalisant ses premiers courts dans la foulée : "Le cours" (1992), "Rêve d'amour" (1993), puis "Love, Love, Love" (1994).

C'est toutefois en tant que documentariste pour le petit écran que Nick Quinn va bientôt construire sa carrière, avec d'abord "L'amateur de dessins" (1995) pour lequel il part à la rencontre du collectionneur et chargé de mission au département des Arts graphiques du Louvre Louis-Antoine Prat. S'en suit dès l'année suivante "Voyage à Saqqara" (1996), dans lequel il suit cette fois l'architecte Jean-Philippe Lauer sur le site funéraire de Sakkarah en Égypte.

Après quatre ans d'absence, Nick Quinn revient avec un nouveau documentaire tourné dans ses contrées d'origine en Grande-Bretagne, et plus précisément à Llangollen dans le nord du Pays-de-Galles : "Karaoke Angels" (2000) relate le quotidien d'habitants de cette petite ville qui oublient leurs tracas le temps d'un karaoké hebdomadaire, organisé dans un pub du coin. Deux ans plus tard, le documentariste s'invite non loin de là pour filmer la nouvelle génération dans "Dublin, une jeunesse irlandaise" (2002).

C'est ensuite dans l'Hexagone que les téléspectateurs retrouvent ... Nick Quinn avec "Happy France" (2006), pour lequel il s'intéresse en effet à quelques familles britanniques qui ont choisi de s'installer de l'autre côté de la Manche. Il lui faudra ensuite cinq ans avant de présenter son nouveau projet documentaire, sous la forme d'une mini-série de cinq épisodes pour Arte : intitulée "Petites histoires de nos ordures", il y raconte les rapports entre l'Homme et les déchets, du Moyen-Âge aux temps modernes, dans cinq grandes villes du monde allant de Paris à New York en passant par Le Caire.

Puis le réalisateur se décide finalement à renouer avec la fiction, ne signant son premier long-métrage sur le grand écran qu'en 2013, après déjà quelque vingt ans de carrière... Son premier essai n'est pourtant pas des moindres, puisqu'il parvient à s'entourer de véritables vétérans du cinéma français - Pierre Arditi et Jean-Pierre Marielle - pour "La fleur de l'âge". La comédie, qui conte les tribulations d'un père et son fils, tous deux d'un certain âge, ne reçoit toutefois pas un accueil des plus chaleureux. Nick Quinn réunit à peine plus de 215 000 spectateurs dans les salles française et reçoit des critiques très mitigées. De quoi, peut-être, l'enjoindre à rester dans le genre documentaire...

Filmographie :

2013 : La fleur de l'âge
2011 : Petites histoires de nos ordures (Série TV documentaire)
2006 : Happy France (Série TV documentaire)
2002 : Dublin, une jeunesse irlandaise (Documentaire)
2000 : Karaoke Angels (Documentaire)
1996 : Voyage à Saqqara (Documentaire)
1995 : L'amateur de dessins (Documentaire)

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
La fleur de l'âge - Bande annonce 1 - VF - (2011)
01:55

La fleur de l'âge - Bande annonce 1 - VF - (2011)

Gaspard Dassonville a 63 ans. Son style de vie ...
09 juillet 2020

Ses derniers films

Tous ses films

La fleur de l'âge

comédie
sortie le 1 mai 2013

La fleur de l'âge

Love, love, love

autre
sortie le 1 janvier 1995

Love, love, love

Vos réactions doivent respecter nos CGU.