Olivier de Kersauson

  • En bref
  • 1 new
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Olivier de Kersauson©Abaca - Guignebourg Denis

Olivier de Kersauson de son vrai nom, vicomte Olivier de Kersauson de Pennendreff grandit dans une famille de nobles et reçoit une éducation religieuse et militaire. Mal à l'aise dans ce milieu conservateur, le jeune homme se rebelle rapidement. Il se fait renvoyer de bien des lycées jésuites qui l'accueillent tout en se découvrant une passion pour les voyages et la navigation. Après l'obtention de son Baccalauréat, il est rattrapé par le service militaire. Là, affecté sur la sur la goélette Pen Duick III il fait la rencontre d'Eric Tabarly qui deviendra son mentor.
Les deux hommes se lient d'amitié et le jeune Olivier de Kersauson deviendra le second du navigateur pendant de nombreuses années. En 1974, il prend son envol et devient skipper. Très rapidement, il se fait connaître du grand public au détour d'une mésaventure. En 1975, son bateau Kriter II subit une avarie en pleine course Londres-Sydney-Londres. Pendant quelques jours l'équipage ne donnera pas de nouvelles. Une déconvenue qui place "L'Amiral" dans la lumière.
S'ensuit une succession de courses et de trophées pour le passionné des mers qui ne pose plus que rarement le pied sur terre. En 1997, il remporte notamment le trophée Jules Verne en 71 jours. Un trophée qu'il conserve pendant 5 ans.
Olivier de Kersauson partage sa vie de navigateur et son amour pour les océans dans de nombreux ouvrages ("Fortune de Mer", "Mémoires salées", "Les ports du monde", "Le monde comme il me parle"... ). Le dernier en date est "De l'urgent, ... du presque rien et du rien du tout" aux éditions Le Cherche Midi (2019).
Le vieux loup de mer est aussi connu pour son franc-parler. Celui qui se dit ouvertement misanthrope n'a pas sa langue dans sa poche. L'homme ne mâche pas ses mots et sur ses bateaux il dirige d'une main son équipage, pratiquant selon ses propres dires "une dictature éclairée". Un fort caractère et un sens de la répartie qui séduisent les hommes de télé et de radio. Philippe Bouvard et Laurent Ruquier notamment en font un chroniquer et/ou un invité régulier, dans Les grosses têtes dès 1981, mais également dans On va s'gêner plus récemment à la radio.
Veuf depuis le décès de son épouse Caroline Piloquet-Verne en 2005, le vicomte a épousé en 2013 secondes noces Sandra, de 30 ans sa cadette. Il a un fils Arthur né de son premier mariage.
Distinctions et records :
2006 : record San Francisco-Yokohama à la voile en 14 jours, 22 heures 40 minutes ; Traversée Yokohama-Hong Kong en 4 jours 17 heures, 47 minutes et 23 secondes
2005 : Tour d'Australie, The Challenge, en 17 jours 12 heures 57 minutes
2004 : trophée Jules-Verne en 63 jours, 13 heures et 59 minutes sur Géronimo
1997 : trophée Jules-Verne en 71 jours, 14 heures et 22 minutes sur Sport-Élec
1994 : Officier de la Légion d'honneur
1989 : record du tour du monde en solitaire en 125 jours, 19 heures, 32 minutes et 33 secondes sur Un autre regard (ex-Poulain)

Ses dernières news

Toutes ses news
Les Grosses Têtes : découvrez le salaire des chroniqueurs
Émilie Nougué
01 décembre 2018

Les Grosses Têtes : découvrez le salaire des ...

01 décembre 2018
article

Vos réactions doivent respecter nos CGU.