Pablo Escobar

  • En bref
  • 4 news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Pablo Escobar©Getty Images, Eric VANDEVILLE

Fils d'un père agriculteur et d'une mère institutrice, né le 1er décembre 1949 à Rionegro dans l'Antioquia, Pablo Escobar souhaite tout jeune s'affranchir de ses modestes origines. Alors qu'il déclare très tôt vouloir devenir président de Colombie, le futur parrain du trafic de cocaïne démarre sa carrière criminelle en volant des voitures. Il se fera ensuite un meilleur gagne-pain, en kidnappant un cadre de la capitale départementale voisine, Medellín, contre une modique rançon de 100 000 dollars. Une goutte d'eau comparée aux liasses de billets qu'il va bientôt amasser.

Pablo Escobar se fait déjà un petit nom dans la contrebande durant les "Marlboro Wars", conflit de trafiquants pour le contrôle des cigarettes les plus refourguées en Colombie. Mais c'est avec le marché florissant de la cocaïne qu'il construit sa légende. Son pays étant idéalement situé, entre les cultivateurs péruviens et boliviens d'un côté, et les consommateurs américains de l'autre, il ne lui reste plus qu'à s'introduire dans la chaîne. Chose faite en 1975 : il fait assassiner le trafiquant Fabio Restrepo, pour prendre sa place à la tête du cartel de Medellín.

Le nouveau patrón décuple vite l'opération arrivant, à force de corrompre les pilotes de ligne et forces de l'ordre - sa funèbre devise "l'argent ou le plomb" le précède -, à contrôler plus de 80% de la cocaïne qui entre aux Etats-Unis. Soit pas moins de 15 tonnes par jour, rapportant quelque 60 millions de dollars quotidiens au cartel. Un empire qu'il matérialise par une immense villa de loisirs, sur plus de 2 000 hectares de terres, affichant entre autres piscine et zoo, une réplique du premier avion avec lequel il a su introduire son fructueux commerce dans le pays de l'Oncle Sam.

Pablo Escobar n'hésite pas à partager sa fortune et conquiert le coeur des plus démunis en construisant des maisons ou en apportant l'électricité dans les zones les plus reculées. Toujours en quête de leadership, le trafiquant intègre, par ailleurs, la sphère du pouvoir en 1982 en tant que membre suppléant ... au Congrès. Or, le ministre de la Justice Rodrigo Lara fait sombrer ses ambitions en dénonçant l'origine de ses richesses. Contraint d'abandonner rapidement sa carrière politique, il fait disparaître son détracteur en 1984 et se met enfin les élites à dos.

Alors que les États-Unis exigent son extradition, le baron de la drogue colombien mène un véritable règne de la terreur sur son sol. Des milliers de personnes sont assassinées durant la décennie qui suit : journalistes, forces de l'ordre, juges et politiciens confondus. Sans compter de nombreux civils, notamment lors de l'attaque portée en 1989 sur le vol 203 Avianca, contre le candidat présidentiel César Gaviria - qui n'était finalement pas à bord.

Ce dernier, devenu président de Colombie l'année suivante, voit Pablo Escobar se rendre en 1991... A deux (petites) conditions : que la menace de son extradition soit levée et qu'il puisse édifier sa propre prison, un établissement de luxe dénommé "La Catedral", gardé par ses employés, où il profite de soirées casino, barbecues et autres loisirs tout en poursuivant son business. Aussi, lorsque les autorités envisagent de le déplacer vers une structure plus adéquate, le prisonnier s'évade.

S'en suit une chasse à l'homme qui durera pas moins de seize mois. Pablo Escobar est finalement rattrapé le 2 décembre 1993, le lendemain de son anniversaire, à Medellín. Alors qu'il tentait de s'échapper par les toits, El Patrón tombe sous une rafale de balles. Ou pas...? Certains affirmeront qu'il a préféré se tirer une balle sur la tempe, plutôt que d'être livré aux agents américains de la DEA, présents tout le long de la traque.

Qu'importe, Pablo Escobar est déchu, et son empire de cocaïne s'écroule avec lui. Mais alors que le gouvernement colombien célèbre la fin de son terrible règne, d'autres pleurent sa disparition : plus de 25 000 personnes assistent à son enterrement. Le baron de la drogue fait, d'autant plus des décennies après, décidément partie de ses légendes qui brouillent les limites entre le bien et le mal.

Ses dernières news

Toutes ses news
Forest Whitaker prêt à enquêter sur la mort de Tupac
Pauline Julien
17 novembre 2016

Forest Whitaker prêt à enquêter sur la mort de ...

17 novembre 2016
article
Penélope Cruz rejoint Le Crime de l'Orient Express
Pauline Julien
14 novembre 2016

Penélope Cruz rejoint Le Crime de l'Orient Express

14 novembre 2016
article
Les femmes de la semaine du 3 au 9 septembre 2016
Hélène Demarly
09 septembre 2016

Les femmes de la semaine du 3 au 9 septembre 2016

09 septembre 2016
diaporama
Jennifer Lopez en marraine de la drogue dans un biopic pour HBO
Roxane Mansano
12 août 2016

Jennifer Lopez en marraine de la drogue dans ...

12 août 2016
article

Vos réactions doivent respecter nos CGU.