Père Noël

  • En bref
  • 32 news
  • vidéos
  • photos
  • Filmographie
  • Discographie
Père Noël©Getty Images, Lambert

En l'an 280, dans la ville portuaire de Patare en Lycie - au sud-ouest de l'actuelle Turquie -, naît un certain Nicolas. Orphelin doté d'un bel héritage, le jeune homme connu pour sa générosité effectue un pèlerinage en Palestine et en Égypte avant de rentrer dans sa patrie pour devenir l'évêque de Myre, petite ville de la région. Après avoir été emprisonné pendant la Grande persécution de l'empire romain contre les Chrétiens, ce fervent fidèle se fait une réputation de faiseur de miracles. De quoi lui accorder le statut de Saint à sa mort, le 6 décembre 343.

Ses reliques sont alors placées dans une église de Myre, vénérée par ses adeptes, jusqu'à ce que des navigateurs italiens s'en emparent en 1087 pour les installer dans la basilique de San Nicola à Bari. Cette ville de la côte adriatique devient alors un lieu de pèlerinage, propageant ainsi la popularité du Saint Nicolas. Parmi ses nombreux actes d'altruisme, deux histoires se démarquent au fil des années pour contribuer à sa légende : la première affirme qu'il aurait ressuscité trois enfants découpés en morceaux par un boucher, la seconde raconte qu'il se serait introduit dans le foyer d'une famille pauvre - par la cheminée - pour déposer trois sacs de pièces d'or dans des chaussettes mises à sécher près du feu... Aussi est-il devenu ce saint patron, protecteur des enfants et des plus démunis, célébré à travers toute l'Europe le jour de sa mort.

Saint Nicolas prend au Moyen-Âge des airs divins, avec sa longue barbe blanche et ses habits ecclésiastiques, descendant du ciel accompagné de son âne ou de son cheval blanc dans la nuit du 5 au 6 décembre pour encourager les enfants à se tenir à carreaux et dire leurs prières en échange d'un présent. La réforme protestante du XVIe siècle vient largement mettre un terme au mythe, si ce n'est en Hollande où le généreux personnage est affectueusement appelé Sinterklaas. Dans le reste de l'Europe, quelques descendants d'histoires germaniques tentent en vain de le remplacer. Plus effrayants, ceux que l'on appelle Ru-Klaus (Nicolas le dur), Aschenklas (Nicolas cendré) ou Pelznickel (Nicolas à fourrure) punissent les enfants qui n'ont pas été sages à coups de fouet... Si depuis ces personnages obscures ont été largement occultés, ils réapparaissent de temps à autres dans les histoires, sous la forme du Père fouettard ou encore de Krampus, le démon de Noël.

Sinterklaas se rend quant à lui, avec nombreux autres Hollandais au début du XVIIe siècle, de l'autre côté de l'Atlantique à la conquête du Nouveau Monde. C'est là qu'il va connaître son plus grand make-over, lorsque les Anglais s'emparent de la Nouvelle-Néerlande sur la côte Est américaine en ... 1664 - renommant au passage quelques colonies, comme New Amsterdam, dorénavant appelée New York. Lui, aussi, s'anglicise : Sinterklaas devient Santa Claus. Et grâce à certains écrivains et illustrateurs du début du XIXe siècle, son portrait s'étoffe. À bas la tenue d'évêque, le gentil vieillard revêt un long manteau rouge agrémenté de fourrures blanches, troque la crosse pour un bâton de sucre d'orge, prend quelques kilos et remplace ses équidés par des rennes pour le conduire de sa maison au Pôle Nord à travers les cieux dans un traîneau rempli de cadeaux. Des cadeaux qu'il va désormais distribuer - toujours en passant par les cheminées - le soir de Noël, célébrant par la même occasion la naissance du Christ.

À l'aube des années 1930, Santa Claus devient d'autant plus populaire qu'une grande compagnie de boisson gazeuse se sert de son image pour booster les ventes de son produit (frais) en plein hiver... Coca-Cola le rend encore plus rondouillard, les pommettes rosées derrière une épaisse barbe frisée et des lunettes de gentil papy, dans un costume encore plus douillet qui, ça tombe bien, correspond aux couleurs de la marque. Le bonhomme paraît si sympathique qu'il aura bien plus d'aisance à voyager en Europe que son homologue soviétique, Grand-Père Frost, durant la Guerre Froide.

Il est en effet accueilli, après la Seconde Guerre Mondiale, comme la promesse de jours plus heureux dans le Vieux Continent. Si ce n'est pour quelques irréductibles... Celui que l'on appelle Father Christmas, Père Noël ou encore Papá Noël, selon les pays, ne fait bien sûr pas le poids face à son ancêtre Saint Nicolas dans sa Terre natale. Même en France il est, à son arrivée, vu d'un mauvais oeil par la communauté chrétienne. Scandalisée de voir ce personnage qui sert de marketing faire de l'ombre au petit Jésus, celle-ci fera la Une des journaux en brûlant un grand modèle à son effigie devant la cathédrale de Dijon le 23 décembre 1951.

Mais le vieux bonhomme est coriace. Si bien, qu'il est aujourd'hui définitivement ancré dans la culture occidentale. Les plus grandes vedettes de l'industrie musicale, comme Elvis Presley, Michael Jackson, Mariah Carey, Justin Bieber, Tino Rossi, ou encore Dalida chantent ses louanges. De même qu'il est régulièrement célébré au cinéma, autant d'acteurs que Tim Allen, Bryan Cranston, Tahar Rahim ou même Whoopi Goldberg ayant déjà endossé son costume. Et Gérard Jugnot a beau en faire une ordure dans le film culte du Splendid, le Père Noël est toujours attendu avec impatience par des millions de bambins qui, chaque nuit du 24 décembre, rêvent de voir sa hotte surgir au fond de la cheminée...

Ses dernières news

Toutes ses news
Le Père Noël est-il vraiment une invention américaine ?
Mina Levy
12 décembre 2018

Le Père Noël est-il vraiment une invention ...

12 décembre 2018
article
Rovaniemi : découvrez la ville du Père Noël
Hélène Demarly
11 décembre 2018

Rovaniemi : découvrez la ville du Père Noël

11 décembre 2018
article
10 activités à faire avec ses enfants pour préparer Noël
Laetitia Reboulleau
07 décembre 2018

10 activités à faire avec ses enfants pour ...

07 décembre 2018
diaporama
3 applis pour attendre le Père Noël
Laetitia Reboulleau
06 décembre 2018

3 applis pour attendre le Père Noël

06 décembre 2018
article

Vos réactions doivent respecter nos CGU.