Pierre Cardin

Pierre Cardin©Abaca

Naturalisé français, le jeune Pierre débute son apprentissage dans le monde de la couture en 1936, à l'âge de 14 ans, chez Bonpuis, un tailleur de Saint-Etienne. Ce sera après avoir travaillé un temps chez Manby, un tailleur à Vichy, qu'il rejoint Paris. À la fin de la guerre, le futur couturier débute chez Jeanne Paquin grâce à qui il rencontre Jean Cocteau et Christian Bérard : avec eux, ils réalisera des costumes et des masques pour La Belle et la Bête.
Après une rapide passage chez Elsa Schiaparelli, Pierre Cardin devient le premier tailleur de la maison Christian Dior lors de son ouverture en décembre 1946. Le jeune homme participera également au succès du "tailleur Bar", une pièce qui, selon Harper's Bazaar, définit le "New Look" de Dior. Cardin quitte cependant la maison Dior trois ans plus tard, sur un coup de tête.
C'est en 1950 qu'il ouvre sa propre maison de couture au 10 rue Richepanse, où se trouvait un ancien magasin de costumes de scène : une activité qu'il conservera y ajoutant plus tard la création de pièces haute couture. Le styliste crée alors des costumes pour les bals d'après-guerre ainsi que des manteaux et des tailleurs, sa spécialité, et se crée une belle clientèle. Sa première collection sort trois ans plus tard en 1953 : composée de manteaux et de tailleurs à la coupe impeccable, il montre là son inventivité et son sens du détail. En 1957, Pierre présente une collection de 120 vêtements qui est un véritable triomphe : il devient par la suite membre de la Chambre syndicale de la couture.
Après l'ouverture de ses boutiques Eve (1954) et Adam (1957), Pierre Cardin, considéré comme un précurseur, se lance dans le prêt-à-porter en parallèle de la haute couture. Il fait scandale avec son mélange de haut de gamme et mode populaire mais persiste. En 1959, il signe une collection de prêt-à-porter luxueux au grand magasin Printemps : il est alors le premier couturier à présenter un défiler de prêt-à-porter inspiré de la haute couture, qui plus est dans un tel magasin.
Dans les années 1950, Cardin lance sa ligne pour homme qui révolutionne la mode masculine avec pour critères confort et élégance. En 1961, il crée une ligne à la demande de Printemps qui sera commercialisée sous le nom du magasin : ce sera cependant un échec commercial qui ne manquera de faire le tour des médias. Sa rébellion ainsi que cet échec contribueront à ce qu'il se mette à dos la profession mais soit connu mondialement : ainsi tous les grands magasins du monde lui ouvrent des "corners", et le nombre de produits augmente à grande vitesse.
En 1966, Pierre Cardin va à l'encontre des règles de la Chambre syndicale en refusant de respecter le calendrier de la remise à la presse de certains documents : il donne alors sa démission. Dans les années 1970, sa ligne masculine est un tel succès qu'elle s'envole pour les Etats-Unis, alors que ses lignes féminines font déjà le tour du monde. Ce succès perdurera jusque dans les années 1980.
Parmi ses nombreuses créations, on peut retenir la robe bulle et le costume Mao. Mettant en avant le mode cosmonaute mais aussi la mode unisexe, il crée la ... chasuble à découpe hublot ou encore la robe moulée en fibres synthétiques. Précurseur, il importe l'art de vivre japonais à Paris à travers ses collections, après y avoir voyagé en 1960 : c'est là qu'il rencontre Hiroko Matsumoto, la fameuse Mademoiselle Hiroko, mannequin japonais qui l'accompagnera à Paris avant de devenir sa maîtresse, sa muse et son égérie pendant près de dix ans.
Au coeur des années 1960, il est à l'origine des fameux costumes de scène - une veste sans col - des Beatles et habille John Steed pour la série Chapeau melon et bottes de cuir. Il crée également les costumes féminins pour le film La Princesse de Clèves de Jean Delannoy en 1961. Designer, il présente en 1970 une collection de meubles. Egalement mécène, il crée l'Espace Cardin l'année suivante où se produisent alors des artistes tels que Marlène Dietrich, Bob Wilson, Gérard Depardieu, Jeanne Moreau ou encore des groupes de jazz et de rock.
Premier Français à s'implanter en Chine communiste en 1978, le créateur fait défiler ses mannequins dans la Cité interdite de Pékin. Véritable homme d'affaires, il est gastronome et amateur d'art et devient, en 1981, le propriétaire du célèbre restaurant Maxim's de Paris, une marque qu'il développera dans le monde entier. Dans les années 2000, il inaugurera un musée consacré à l'Art nouveau aux 2ème et 3ème étage du restaurant parisien.
Le couturier créera également un système de licence : il dessine, les industriels fabriquent et lui reversent ensuite des pourcentages sur les ventes, sa signature marquant la politique de développement de sa marque. Ce concept lui permettra de se placer premier au monde en nombre de licences et en volume de ventes. Aujourd'hui, sa marque possèderait près de 700 licences, allant du textile aux arts de la table, en passant par l'eau minérale, les vélos, les sacs en plastiques, les briquets ou les tringles à rideaux. Tandis que Saint Laurent, Gucci et Dior réduisent sensiblement le nombre de leurs licences pour se maintenir à un niveau de gamme élevé, Pierre Cardin a fait fortune grâce à ce système, qui, à son apogée, a généré du travail pour 200 000 personnes et un chiffre d'affaire de 10 milliards de francs (environ 1,5 milliard d'euros).
Premier couturier à être élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1992, il a lui-même a dessiné son épée d'académicien. En octobre 2009, Pierre Cardin a été nommé Ambassadeur de bonne volonté de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture. Fort de son succès, ses créations de mode ainsi que ses designs font l'objet de nombreuses expositions à travers le monde et lui ont permis de recevoir de nombreuses distinctions. Récompensé par plus d'une centaine de prix internationaux, il a conquis les domaines de la couture, de l'art, du design et des affaires et a été l'un des rares couturiers à avoir fait la couverture du Time. Pierre Cardin est aussi considéré, avec Paco Rabanne et André Courrèges, comme l'inventeur de la mode futuriste en 1963. Sa marque est aujourd'hui présente dans plus de 100 pays, faisant de lui l'un des 5 Français les plus connus au monde avec une fortune estimée à plus de 600 millions d'euros en 2009.

Ses dernières news

Toutes ses news
Quand Jean-Paul Gaultier fait défiler un adorable bébé mannequin et sa mère
Anthony Vincent
25 janvier 2018

Quand Jean-Paul Gaultier fait défiler un ...

25 janvier 2018
article

Ses dernières vidéos

Toutes ses vidéos
La Belle et la bête - bande annonce - (1946)
05:38

La Belle et la bête - bande annonce - (1946)

Pour l'offrir à sa fille, le père de la Belle ...
02 septembre 2017
La Belle et la bête - bande annonce 2 - (1946)
00:58

La Belle et la bête - bande annonce 2 - (1946)

Pour l'offrir à sa fille, le père de la Belle ...
03 septembre 2017
La Baie des Anges - bande annonce - (1963)

La Baie des Anges - bande annonce - (1963)

Jean Fournier, modeste employé de banque, est ...
03 septembre 2017

Ses derniers films

Tous ses films

La Belle et la bête

fantastique/SF
sortie le 25 septembre 2013
La Belle et la bête

La Baie des Anges

drame
sortie le 31 juillet 2013
La Baie des Anges

Jeanne la française

aventure
sortie le 12 mars 1975
Jeanne la française

La Fille à la casquette

comédie dramatique
sortie le 1 janvier 1963
La Fille à la casquette

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.