T. Rex

T. Rex©Getty Images, Ian Dickson / Contributeur

Derrière la création de ce groupe phare anglais, on trouve Marc Bolan et Steven Peregrin Took, qui commencent d'abord par s'appeler Tyrannosaurus Rex. Au départ, Marc Bolin sort deux titres en solo, mais le succès n'est pas au rendez-vous.
1968 marque l'année du premier album de Tyrannosaurus Rex, "My people Were Fair and Had Sky in Their Hair... But Now They're Content to Wear Stars On Their Brows". Déjà, le public s'attache au style Bolan : ses titres un peu psychédéliques et sa voix de badboy lanscinante fonctionnent tout à fait, même au-delà de l'Angleterre puisque le groupe joue également aux Etats-Unis.
Dès 1970, le groupe change d'identité et se fait appeler T. Rex, un nom − de fait − nettement plus court. Pour asseoir cette transition, leur album est éponyme. Néanmoins, c'est l'opus suivant qui propose des titres qui deviennent tout de suite des succès et enfin, se transforment en chansons culte. Dans "Electric Warrior", sorti en 1971, on retrouve "Cosmic Dancer" ou encore "Get It On", deux titres qui seront les signatures T. Rex, maintes fois utilisées tant dans le cinéma que dans la publicité.
"Tanx" sort en 1973 avec sa chanson phare, un bijou nommé "Born To Boogie". La même année, c'est le batteur des BeatlesRingo Starr qui réalise un documentaire sur le groupe de Marc Bolan, qui connaît une véritable adoration de la part de leurs fans. La chanson "Children of the Revolution" est celle qui est très souvent ... citée comme la création ultime de T. Rex.
En 1975, le groupe est déclaré fini par Bolan lui-même. Il s'exile aux Etats-Unis où il retente de jouer une carrière solo, mais rien n'y fait. Il revient en 1976 pour une courte reformation avec Steve Took, mais Marc Bolan meurt dans un accident de voiture le 16 septembre 1977, drame qui surgit au beau milieu d'une vie déjà particulièrement chaotique, parsemée de problèmes d'alcool et de drogue.
Le film "Billy Eliott" de Stephen Daldry, sorti en 2000, rend hommage à une large partie de l'héritage musical de T. Rex, mis en avant par le propos du film comme un patrimoine culturel social anglais. La plupart des scènes montrant le jeune Billy en train de danser sont également les moments où celui-ci doute ou souhaite se rebeller. La musique de T. Rex est calquée sur les chansons du groupe The Jam, tout aussi célèbre dans les années 80, apparenté à du rock prolétaire.
Discographie :
1977 : Dandy in the Underworld
1976 : Futuristic Dragon
1975 : Bolan's Zip Gun
1974 : Zinc Alloy and the Hidden Riders of Tomorrow
1973 : Tanx
1972 : The Slider
1971 : Electric Warrior
1970 : T. Rex
1969 : Unicorn
1969 : Unicorn
1968 : My People Were Fair and Had Sky in Their Hair... But Now They're Content to Wear Stars on Their Brows
1968 : Prophets, Seers & Sages: The Angels of the Ages

Vos réactions doivent respecter nos CGU.