Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" Exception reçue : Deezer API Exception : "Quota limit exceeded" The Go-Go's

The Go-Go's

The Go-Go's©BestImage, Zuma Press

The Go-Go's naît de l'initiative de la chanteuse Belinda Carlisle et la guitariste Jane Wiedlin, qui se faisait alors appeler Jane Drano. Si elles se lancent d'abord comme de simples dilettantes dans la musique, inspirées par leur entourage punk, les jeunes femmes finissent par se prendre au jeu et embauchent deux mois plus tard la guitariste plus expérimentée Charlotte Caffey. Avec par ailleurs les dénommées Margot Olavarria à la basse et Elissa Bello à la batterie, qui sera toutefois rapidement remplacée par Gina Schock, la formation se lance à la fin des années 1970 sur la scène punk de Los Angeles, au petit mais réputé club The Masque.

Évoluant graduellement d'un son dissonant à une musique plus maîtrisée, rappelant la pop-rock pétillante de Blondie, The Go-Go's se fait remarquer par le phénomène ska Madness lors d'un séjour en Angleterre. La maison de disques du groupe londonien, Stiff Records, permet aux Américaines d'enregistrer une première version de We Got the Beat, qui devient déjà une petite sensation dans les clubs new wave outre-Manche. Soucieuses de réussir dans leur propre patrie, les jeunes femmes se tournent par la suite vers un son encore plus pop et embauchent Kathy Valentine à la place de Margot Olavarria, jugée trop punk. Elle parviennent alors à décrocher un contrat auprès du label américain I.R.S. et dévoilent en 1981 un premier album intitulé "Beauty and the Beast".

L'opus ne tarde pas à produire le premier hit-single de la formation, Our Lips Are Sealed, qui atteint la vingtième position du classement Billboard. Son clip, mettant en scène les cinq jeunes filles emplies d'une énergie rafraîchissante, fait un carton sur MTV. Peu après sort une ré-édition de We Got the Beat, qui s'installe pour sa part dans une confortable deuxième place. Et lorsque, porté par de tels succès, "Beauty and the Beast" se hisse en pôle position, The Go-Go's devient le premier groupe 100 % féminin, qui écrit et compose ses propres musiques, à prendre la tête des charts américains.

Alors que son tout premier essai sera plus tard consacré par le magazine Rolling Stone comme l'un des "500 meilleurs albums de tous les temps", le prochain opus de la formation promet de déborder d'une énergie encore plus guillerette : "Vacation" (1982) et son single-titre confirment le ... style pop à l'eau de rose, assumé, de The Go-Go's. Mais le groupe connaît un peu moins de succès qu'avec sa précédente oeuvre, et ne parviendra pas non plus à reconquérir son public avec "Talk Show" (1984) - malgré le petit succès de Head Over Heels, qui s'inscrit parfaitement dans la mouvance synthétique de la décennie. Par ailleurs usées par des années d'excès, les cinq jeunes femmes décident d'emprunter des chemins séparés après une dernière tournée en 1984. Chacune s'en va poursuivre une carrière solo... ou une cure de désintoxication.

En 1990, le groupe se réunit pour la première fois en six ans à l'occasion d'un concert de charité organisé pour l'organisation de protection animalière américaine PETA. Quatre ans plus tard, il se reforme temporairement dans le cadre de la promotion d'un best of ("Return to The Valley of The Go-Go's", 1995). The Go-Go's enregistre pour l'occasion un titre inédit, The Whole World Lost Its Head (1994), un peu plus rock que ses précédentes compositions, et se lance dans une tournée. C'est ensuite en 2001 que la formation décide finalement de reprendre le chemin des studios pour réaliser un quatrième et dernier album : "God Bless The Go-Go's" est plutôt bien accueilli par les critiques et parvient à décrocher une petite cinquante-septième place dans les charts américains, porté par le single Unforgiven, coécrit avec le leader de Green Day, Billie Joe Armstrong.

Toujours soudées après toutes ces années, Belinda Carlisle, Jane Wiedlin, Charlotte Caffey, Gina Schock et Kathy Valentine se produisent régulièrement en concert depuis le passage au nouveau millénaire. Elles organisent notamment une tournée dénommée "Ladies Gone Wild" pour célébrer le 30e anniversaire de "Beauty and the Beast" en 2011, recevant d'ailleurs cette année-là une étoile sur le prestigieux "Walk on Fame" du Hollywood Boulevard. Si The Go-Go's perd une de ses membres deux ans plus tard, Kathy Valentine se voyant remerciée pour "des différents irréconciliables", les quatre autres continuent de s'afficher côte-à-côte sur scène pendant quelques années, soutenues à la basse par Abby Travis. C'est finalement en 2016, après une tournée d'adieu effectuée durant l'été à travers les États-Unis, qu'elles tirent définitivement leur révérence, après 38 ans de carrière.

Discographie :

2001 : God Bless The Go-Go's
1984 : Talk Show
1982 : Vacation
1981 : Beauty and the Beast

Sa discographie avec

Toute sa discographie

Vos réactions doivent respecter nos CGU.