The Pretenders

The Pretenders

Nous sommes au début des années 1970, à l'apogée du punk, lorsque Chrissie Hynde, née en 1951 dans l'Ohio, décroche un job de journaliste et même de critique chez New Musical Express (NME). En parallèle, la globe-trotteuse, qui a fréquenté la Kent University, la France et s'est fixée à Londres, fréquente le musicien des Kinks, Dave Davies, avec qui elle partage le même amour pour la musique.

Tandis que lui sature sa guitare, elle joue notamment avec le guitariste anglais de jazz et de rock, Chris Spedding, sans se douter que c'est lui, quelques années plus tard, qui produira les premières démos des... Sex Pistols ! En 1979, grâce à ses connaissances dans le milieu, l'Américaine rencontre le manager de The Move, Tony Secunda, qui lui fait enregistrer ses toutes premières démos. Séduit à la fois par le charisme de la jeune femme que par son punk rock nerveux, le label Real Records, porté par le producteur Chris Thomas (qui a signé le "Never Mind The Bollocks" des Sex Pistols) la signe pour un premier album.

Vient alors le temps de trouver la bonne troupe de musiciens qui l'accompagneront dans cette aventure. Son choix s'arrête sur le bassiste Peter Farndon, le guitariste James Honeyman-Scott et le batteur Martin Chambers. Trois hommes anglais face à cette femme américaine qui en a dans le ventre et dans la tête. Naturellement leadeuse du groupe, qu'elle mène à la voix - froide et cassante - et à la guitare, elle va devenir l'une des plus grandes figures féminines du rock des années 1980 et 1990.

Dès 1980, The Pretenders se hisse pour la première fois en tête du hit-parade UK avec leur tout premier single, Stop Your Sobbing, une reprise des Kinks. Écrite par le frère de Dave, Ray, cette chanson suppliant une fille d'arrêter de pleurer figure sur le premier album des Kinks ainsi que sur celui des Pretenders. Le morceau précipitera d'ailleurs la relation entre Hynde et Davies, qui s'uniront en 1983 et donneront naissance à leur premier enfant, Natalie, dans la foulée.

Cette reprise à succès figure sur le premier album éponyme des Pretenders, sorti dans les bacs en 1980, tout comme les hits Kid et Brass in Pocket (qui sera reprise par Scarlett Johansson dans "Lost in Translation"). En 2003, le magazine Rolling Stone classera l'album dans sa liste des 500 meilleurs disques de tous les temps. Rien que ça. Il est suivi par "Pretenders II" (1981), un deuxième opus très attendu par les fans. Composé de douze titres entièrement composés par Chrissie Hynde, on y retrouve les deux singles à succès, Message of Love et Talk of the Town.

Réalisé en à peine deux mois, un laps de temps dû à l'engouement qu'a suscité le premier album, il reçoit un accueil plutôt mitigé. En effet, la critique musicale reproche à l'époque au groupe d'avoir sorti en single les deux seules meilleures chansons extraites de l'album et surtout d'avoir écrit des morceaux trop similaires à ceux du premier album. Mais avec le temps la critique s'adoucira, ne pouvant nier le succès d'une nouvelle reprise des Kinks, I Go to Sleep. Mais "Pretenders II" va malheureusement resté aussi célèbre car il marque le dernier album de la formation originale du groupe. En effet, l'abus de drogues coûte, en 1982 et 1983, la mort du guitariste James Honeyman-Scott et du bassiste Pete Farndon. Ce ... dernier avait déjà été évincé du groupe en 1981 justement à cause de ses problèmes de drogue.

Malgré la situation, la leadeuse continue néanmoins de battre des ailes et donne un second souffle au groupe. En 1983, The Pretenders, renforcé par des musiciens de session, continue sa route et sort le morceau Back In The Chain Gang, enregistré en hommage aux disparus, suivi de Learning to Crawn, avec le renfort de Robbie McIntosh à la guitare. Cette année-là, Chrissie Hynde épouse le chanteur de Simple Minds, Jim Kerr. Sur tous les fronts, la chanteuse, parallèlement activiste militante de Greenpeace et de la Vegetarian Society, assume l'essentiel des morceaux du prochain album du groupe, "Get Close", sur lequel figure le tube Don't Get Me Wrong (entendu notamment en 2001 dans "Le Journal de Bridget Jones"), deuxième titre des Prentenders à se hisser dans le Top 10 US.

Il s'écoule ensuite quatre ans avant que le groupe ne remette les pieds en studio d'enregistrement : "Packed!", album plus calme que ses trois prédécesseurs, est co-écrit avec l'ex-Smith Johnny Marr. Le suivant, "Last Of The Independants" (1994) et sa power ballade incontournable I'll Stand by You, les remet définitivement dans la course. En cette moitié de l'année 1990, The Pretenders sont plus à la mode que jamais. Leur septième opus, "Viva El Amor", sorte d'hymne espagnol à la révolution, contient de nouveau des slows de qualité et des morceaux plus couillus mais davantage calibrés pour les années 1980 que 1990. Le succès est très modéré aux Etats-Unis comme au Royaume-Uni malgré les deux singles porteurs Popstar et Human.

Pour l'album suivant, "Loose Screw" (2002), on prend les mêmes que les deux précédents (Chrissie Hynde, Martin Chambers, Andy Hobson et Adam Seymour) et on recommence. C'est une première pour le groupe, qui n'avait jamais conservé ses mêmes membres sur plus de deux albums consécutifs. Suivent la compilation "Pirate Radio" (2006) et un neuvième album studio, "Break Up the Concrete" (2008). Le batteur Martin Chambers ne participe pas à l'album, la leadeuse ayant estimé qu'il n'était pas capable de lui proposer un nouveau style musical, et se fait remplacer par Jim Keltner. Un choix qui va payer puisque l'album reçoit des critiques positives qui le considèrent comme le meilleur album du groupe depuis "Get Close" en 1986.

Le 21 octobre 2016, les Pretenders font leur grand retour avec l'album Alone. Enregistré à Nashville sous la houlette du multi-instrumentiste Dan Auerbach (le frontman des Black Keys) et édité sur le label BMG Rights Management, il reçoit des critiques favorables à sa sortie. Prévu à l'origine comme une suite du dernier album solo de la chanteuse, "Stockholm" (2014), il s'impose finalement dans la continuité des projets des Pretenders. Chrissie Hynde et Dan Auerbach se sont entourés ici de l'ancien bassiste de Johnny Cash, Kenny Vaughan, d'un guitariste de country et des membres de The Arcs, autre groupe d'Auerbach. Chrissie Hynde raconte : "Cet album représente ce que j'aime le plus : de vrais gens jouant de la vraie musique. J'ai chanté et enregistré toutes les paroles en 48 heures, 48 heures de chansons, 40 ans de préparation !".

Discographie :

2016 : Alone
2008 : Break Up the Concrete
2002 : Loose Screw
1999 : Viva El Amor
1994 : Last of the Independents
1990 : Packed!
1986 : Get Close
1981 : Pretenders II
1980 : Pretenders

Ses dernières news

Toutes ses news
Playlist : 10 slows incontournables pour se mettre dans l'ambiance
Sébastien Jenvrin
14 février 2017

Playlist : 10 slows incontournables pour se ...

14 février 2017
article

Vos réactions doivent respecter nos CGU.