ZZ Top

ZZ Top©BestImage, Zuma Press/Myles Wright
Souvent accompagnée de tenues assorties, au point de rendre les deux presque indissociables, cette signature stylistique fait des ZZ Top des êtres reconnus du tout un chacun. Et ce même si leur musique, un mélange distinctif de blues, boogie rock et hard rock, n'est pas des plus populaires sur la scène internationale. Si ce n'est, bien sûr, pour ce titre légendaire, La Grange, dont les premières notes de guitare et le cliquettement des baguettes - un rythme classique blues déjà tenté par John Lee Hooker sur Boogie Chillen et les Rolling Stones sur Shake Your Hips - résonnent encore dans l'imaginaire collectif.

Le trio indéfectible voit le jour à Houston en 1970. Chacun a déjà fait ses armes dans de précédents groupes, Billy Gibbons ayant même déjà fondé ZZ Top un an auparavant avec des musiciens dénommés Dan Mitchell et Lanier Greig. Mais en Dusty Hill et Frank Beard, il trouve de véritables âmes soeurs de blues rock : les trois Texans entament une longue et fructueuse carrière musicale avec un premier opus, simplement intitulé "ZZ Top's First Album", dès l'année suivante. C'est sur scène, enchaînant les concerts principalement dans le Sud américain, que la formation se fait petit à petit une belle réputation. Si bien que son deuxième enregistrement studio, "Rio Grande Mud", paru en 1972 et porté par le single Francine - le premier à intégrer le classement américain, en soixante-neuvième position - commence à faire du bruit. Les trois bonshommes se voient d'ailleurs invités par les Rolling Stones à ouvrir les concerts de leur tournée.

Avec son troisième album, le sobrement titré "Tres Hombres" qui grimpe jusqu'en huitième position des charts en 1973, ZZ Top connaît un vrai succès national. Surtout, Billy Gibbons, Dusty Hill et Frank Beard produisent alors leur plus grande réussite, le morceau qui les rendra célèbre tout autour du globe et qui deviendra incontestablement leur signature musicale : La Grange, inspiré d'une ville au Texas, à l'instar d'une grande majorité de leur oeuvre. Si à l'époque celui-ci n'atteint qu'une petite quarante-et-unième place dans le classement des singles outre-Atlantique, il deviendra bientôt un grand classique de blues rock, classé parmi les "100 Meilleures chansons de guitare de tous les temps" selon le magazine Rolling Stone. Le groupe prolonge ensuite sa notoriété avec un nouvel opus entré tout juste dans le Top 10 aux États-Unis, "Fandango!" (1975), partagé entre une partie live et de nouveaux titres originaux dont notamment Tush, qui se hisse en vingtième position des charts américains.

Le trio fait par la suite sensation avec un incommensurable "World Wide Texas Tour" effectué en promotion de "Tejas" (1976). Ses membres assument alors pleinement la caricature de Texans invétérés, avec une scène à la forme du Lone Star State et la présence d'emblèmes animaliers de la région comme un buffle, quelques buses et autres crotales... Reste que le show se vend comme des petits pains, les ZZ Top devenant même les artistes les plus rentables du pays, jouant d'égal à égal en terme de billets vendus avec les bêtes de scène venues d'outre-Manche que sont les Rolling Stones et les Beatles. Alors qu'il jouit ainsi d'une belle reconnaissance populaire, et que cela fait déjà près d'une décennie qu'il roule sa bosse, le groupe parvient enfin, à l'aube des années 1980, à devenir plus qu'un simple acte de boogie rock sudiste aux yeux des critiques. Lesquels finissent en effet par apprécier la taquinerie de ses paroles et applaudissent, surtout, l'immense talent de Billy Gibbons, qui se verra classé trente-deuxième parmi les "100 meilleurs guitaristes" sélectionnés par le magazine Rolling Stone - ...
une place devant Prince...

Soit un changement de coeur entamé avec "Degüello" (1979), un album porté par les singles I Thank You et Cheap Sunglasses, puis confirmé avec "Eliminator" (1983) et son tube Gimme All Your Lovin. ZZ Top s'adapte avec aisance à la nouvelle décennie : il inclut des sonorités synthétiques à ses riffs de guitare et joue le jeu de la vidéo musicale aux balbutiements de MTV, décrochant même quelques prix pour les clips de Legs et Sharp Dressed Man. Le trio en profite d'ailleurs pour introduire un nouvel élément iconique à son image : la fameuse Ford coupée rouge. Alors que l'opus demeure le plus grand succès commercial du groupe, avec plus de dix millions d'exemplaires écoulés rien qu'aux États-Unis, il sera plus tard reconnu, avec "Tres Hombres", comme l'un des "500 meilleurs albums de tous les temps" par Rolling Stone.

ZZ Top poursuit son évolution vers un boogie rock électronique avec "Afterburner" (1985). Porté par les hits-singles Sleeping Bag, Stages, Rough Boy et Velcro Fly, il s'agit de son opus le plus haut placé dans les charts outre-Atlantique, en quatrième position, malgré des ventes moins importantes que son prédécesseur - étant "seulement" certifié cinq fois platine. Après quoi le groupe tourne la page des années 1980 pour revenir à un blues rock plus classique avec "Recycler" en 1990. S'il est loin de se porter aussi bien, obtenant tout juste la certification platine, l'album se hisse tout de même en sixième place du classement américain grâce à trois titres faits numéro 1 dans la catégorie rock : My Head's In Misssissippi - un hommage à la légende du blues Muddy Waters -, Give It Up et Doubleback. Ce dernier est par ailleurs inclus dans la bande originale du célèbre "Retour vers le futur 3" de Robert Zemeckis, dans lequel les trois Texans font d'ailleurs un cameo en tant que musiciens de l'Old West.

Le trio continue par la suite d'assurer une certaine présence sur la scène musicale, attirant toujours les foules à ses concerts alors qu'il diffuse trois autres opus au long de la décennie : "Antenna" (1994), "Rhythmeen" (1996) et "XXX" (1999), qui célèbre le trentième anniversaire de la fondation du groupe par Billy Gibbons. Si les disques ne s'arrachent plus autant qu'auparavant, ZZ Top maintient sa réputation, sachant rester à la fois fidèle à son style, les barbes toujours aussi longues bien que grisonnantes, mais aussi à sa musique en tant que véritable icône du blues rock. Aussi, après la parution de son quatorzième album studio, "Mescalero" (2003), le groupe se voit-il (enfin) introduit en 2004 au fameux Rock and Roll Hall of Fame par Keith Richards.

Nettement moins prolifique qu'à ses débuts, la formation texane ne revient que huit ans plus tard dans les bacs avec "La Futura" (2012). Dernier opus original produit à ce jour, il est le premier depuis "Recycler", quelque vingt-deux ans avant lui, à intégrer le Top 10 du classement américain. Le Guardian note ainsi qu'il s'agit d'un "retour étonnement formidable de la part d'un groupe sous-estimé". Lequel continue depuis, près d'un demi-siècle après sa formation, d'émerveiller son public en concert. Après la sortie d'un live dénommé "Greatest Hits From Around the World" (2016), ZZ Top entame d'ailleurs en 2017 une vaste tournée internationale intitulée The Tonnage Tour, qui comprend notamment un passage au Zénith de Paris.

Discographie :

2012 : La Futura
2003 : Mescalero
1999 : XXX
1996 : Rhythmeen
1994 : Antenna
1990 : Recycler
1985 : Afterburner
1983 : Eliminator
1981 : El Loca
1979 : Degüello
1976 : Tejas
1975 : Fandango!
1973 : Tres Hombres
1972 : Rio Grande Mud
1971 : ZZ Top's First Album

Ses dernières news

Toutes ses news
10 papys du rock qui font de la résistance
Fabien Gallet
26 juillet 2017

10 papys du rock qui font de la résistance

26 juillet 2017
diaporama

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - ZZ Top
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]